Comment parler de Hokusai aux enfants, E. de Lambilly

Comment parler de Hokusai aux enfants (et aux marketeurs ?), d'Elisabeth de Lambilly : critique du livre paru aux éditions Le baron perché

Comment parler de Hokusai aux enfants, d’Elisabeth de Lambilly, en plus d’être propulsé par un style doux, didactique, nous fait comprendre pourquoi Hokusai, l’Etoile polaire, fut un objet d’admiration pour les impressionnistes ; il ravira les marketeurs à trois titres (Hokusai mix ?)…

Comment parler de Hokusai aux enfants, d'Elisabeth de Lambilly

Comment parler de Hokusai aux enfants, d’Elisabeth de Lambilly

Tout d’abord parce que les enfants sont prétexte à une explication claire, pédagogique, plaisante sans superficialité ni anecdote futile. Un bel exemple de ciblage d’une cible intermédiaire (les adultes)… qui se révèle être aussi la cible principale lorsque les adultes recherchent une immersion dans l’art de l’estampe (ukiyo-e), parfois difficile d’accès aux néophytes. Les enfants peuvent donc être considérés comme un prétexte (mais toute excuse est valable pour acheter un livre) à un accompagnement dans le décodage des estampes de Hokusai, pour aller plus loin que la simple impression. Et uniquement pour du paysage et des animaux ; en ce qui concerne les shunga, images de printemps, il faudra acquérir un ouvrage pour adultes ;)

Ensuite, comment parler de Hokusai aux enfants fait partie d’une collection d’une cinquantaine de titres ayant par exemple pour ambition de parler de Claude Monet aux enfants (même auteur. A quand un ouvrage sur Hiroshige ?), de Frida Kahlo (pas facile) et d’un grand nombre d’artistes, mais aussi de racisme, d’islam, de sexualité, du Moyen-Age ou du Louvre ! Saine ambition nourrie par une gamme complète ;)

Enfin, ce livre servira d’immense tremplin aux analogies utilisables en marketing : le branding (Hokusai a changé plusieurs fois de nom d’artiste, toujours avec des connotations), l’hybridation (entre maîtres japonais et peinture hollandaise), innovation dans les couleurs (le bleu de Prusse importé par les Bataves), les déclinaisons (le mont Fuji) ouvrant la voie à celles de Monet et de Cézanne, la mise en page (cadrage, utilisé en méta marketing), le format (apparition du « paysage » ou yoko-e), la mobilisation de symboles et de mythes (la nature, les légendes), les références culturelles (les poèmes tanka)…

Acheter Comment parler de Hokusai aux enfants de Elisabeth de Lambilly, Le baron perché.

avatar
Planneur stratégique. Profil de Serge-Henri Saint-Michel et articles publiés.


Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>