Free ! par Chris Anderson, chez Pearson

Free, par Chris Anderson, chez Pearson
Free, par Chris Anderson, chez Pearson

Free, par Chris Anderson, chez Pearson

Comment des entreprises peuvent-elles gagner de l’argent sans faire payer les consommateurs ? Une économie peut-elle se créer autour d’un prix nul que l’auteur appelle « prix radical » qui évacue la problématique du penny gap (71) ? Pourquoi la gratuité paraît-elle suspecte aux plus de 30 ans et naturelle aux jeunes ? Telles sont les questions qu aborde ici Chris Anderson, l’auteur de La Longue Traine, livre qui a définitivement révolutionné la compréhension du web et de son économie.

Avec Free !, il explore le concept de la gratuité « concept, écrit-il, à la fois familier et profondément mystérieux», et qui est en train de subir une véritable révolution. En effet, avec l’avènement du web et la diminution de ses coûts dans des proportions jamais vues, le gratuit cesse d être un gadget promotionnel pour devenir une réalité quotidienne. Dès lors, ce sont des pans entiers de l’économie qui doivent se positionner par rapport au prix « radical » (c’est-à-dire zéro), quitte à rendre gratuite une partie de leurs activités pour trouver d’autres sources de rémunération : honoraires de conseil, concerts, produits dérivés, etc.

Évaluant le poids de la freeconomics, cette nouvelle économie de la gratuité qu’il chiffre aujourd’hui à 300 milliards de dollars, Chris Anderson montre que la question décisive pour les entreprises peut se formuler ainsi : qui paye quoi ? Il y répond tout au long du livre en réinterprétant à la lumière de la gratuité d’autres secteurs que l’économie numérique, de l’éducation à l’industrie automobile ou aéronautique, du marché de l’occasion à la santé. Ces exemples incitent à la réflexion et sont accompagnés d’utiles rappels (à la terminologie imprécise, mais Anderson n’est pas marketeurs, pardonnons-le) tant sur le plan marketing qu’historique (cf. l’histoire de l’informatique, le secteur de la musique, 176 sq.).

Polémique, illustré d’exemple et de business cases fictifs invitant à envisager la gratuité pour de nombreux secteurs et produits, Free ! explore toutes les facettes de la gratuité, des marchands de remèdes de la fin du 19e siècle, au piratage à la chinoise (là, je ne vois pas trop le lien avec les stratégies de prix), de la psychologie du 18e siècle aux dernières péripéties du web.

Free ! montre que, sans qu’on en ait toujours bien conscience, le gratuit est déjà parmi nous. Mais Chris Anderson peine à démontrer comment la destruction de valeur d’un marché peut être compensée par des « marchés plus efficients » (152).

Enfin, comme souvent, on apprécie l’index, mais Marketing-Professionnel.fr s’interroge sur l’absence de bibliographie. Anderson aurait-il la science infuse ? Ou l’éditeur aurait-il limité la pagination ? Dans ce dernier cas, il fallait supprimer le chapitre 15, totalement dénué d’intérêt ou tailler dans le chapitre 3, longuet !

Achetez Free, entrez dans l’économie du gratuit, de Chris Anderson

avatar
Planneur stratégique. Profil de Serge-Henri Saint-Michel et articles publiés.


1 commentaire

  1. avatar

    Marion REMY

    18 février 2010 at 18:15

    Voici l’édito d’une newsletter rédigée par Bruno Paillet, qui indique que cette newsletter est gratuite, et épilogue sur la valeur et le prix…

    C’est gratuit… mais pas à n’importe quel prix !
    Une lettre consacrée à un sujet paradoxal « l’économie du gratuit », dont l’influence est croissante au point d’interpeller nos systèmes de valeurs. Avant c’était simple, le gratuit, fallait pas nous prendre pour des idiots, c’était payant et le cadeau Bonux était compris dans le prix de la lessive… Ou lorsque le gratuit était rare et précieux, on appelait cela de la générosité. Aujourd’hui Microsoft arrête la vente de son encyclopédie « pourquoi voudriez-vous payer ce que vous avez gratuitement sur Wikipedia ? ». D’un clic nous voilà possiblement avec des informations, des amis, des amours… et c’est gratuit !
    Le poids de cette économie est évalué à 300 milliards de dollars… Alors le gratuit aurait un prix ? Cette lettre est bien gratuite même si elle vous est très chère ! Flatter le lecteur potentiellement client peut être un investissement ou un acte gratuit…

    Bruno Paillet

Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>