Les médias sociaux expliqués à mon boss, H. Kabla et Y. Gourvennec

Les médias sociaux expliqués à mon boss, H. Kabla et Y. Gourvennec

Les médias sociaux expliqués à mon boss, de Hervé Kabla et Yann Gourvennec, est construit autour de témoignages variés (principe en vogue) illustrant les pratiques des membres de l’association MediaAces. Illustratif de pratiques, donc.

Les médias sociaux expliqués à mon boss : il y a du bon…

Le marketeur aura plaisir à trouver quelques informations…

  • Une intéressante Charte de Transparence (p. 213, puis rappelée p. 292)
  • Des conseils de bon sens qui méritent d’être rappelés, 181 sq, 221 sq etc.
  • Des schémas, restant à approfondir ou à généraliser, comme p. 227
  • L’ouvrage se défie de l’extrémisme de certaines actions et considérations quant aux médias sociaux, mais pas des grandes règles, qu’il énonce en 211, 281, etc.
  • Un descriptif de poste du community manager, 278 sq.
  • Un rappel des codes de conduite des médias sociaux en entreprise, 283 sq. (plus un fichier téléchargeable, cf. 286
Les médias sociaux expliqués à mon boss, H. Kabla et Y. Gourvennec

Les médias sociaux expliqués à mon boss, H. Kabla et Y. Gourvennec

Nous avons apprécié

  • Les introductions de chaque chapitre, claires
  • Les notes et renvois en annexe, pertinents et bien classés permettant d’aller plus loin sans freiner la lecture de ce bouquin de plus de 400 pages.

Acheter Les médias sociaux expliqués à mon boss

… et du moins bon

Plan plan

Les médias sociaux expliqués à mon boss pêche par le manque de plan ; ainsi, par exemple, le community manager est en 275 puis le social media officer est abordé en 337 ; la web TV d’Orange vient 4 chapitres après l’origine de la web TV, 204 / 234… et le chapitre 3.8 devrait se placer derrière le 3.3…

En somme, un travail minimal d’architecture, de plan, de retraitement de l’information ne semble pas avoir été réalisé, permettant, il est vrai, de laisser la place à des témoignages « bruts », que j’aurais souhaités mieux articulés et moins proches d’un « auto-témoignage » des membres de l’association et des pratiques de Orange Business, qui, à la longue, finissent par lasser même s’ils sont globalement utilisés à propos.

Contenus incomplets

Lecteurs, ne cherchez pas de développement sociologique ni théorique, ou de traitement des logiques affinitaires liées aux médias sociaux (239 sq.), ce n’est pas la vocation de cet ouvrage semble-t-il.

Vous n’y trouverez pas non plus de réponses structurées et méthodiques à des questions précises pourtant posées (306 sq.) comme

  • « comment traiter un buzz négatif« 
  • comment utiliser les réseaux sociaux en communication de crise ou en politique (même si l’interview du Medef est l’uns des meilleures, 366).

Pas grand-chose non plus sur les aspects stratégiques ni sur le ROI, qui semblent pourtant au cœur des réflexions sur l’utilisation des réseaux sociaux. D’ailleurs, le chapitre  « Au-delà du ROI » ne donne aucun chiffre ni aucune méthode de mesure ! (312). Pas un intervenant ne précise non plus ses chiffres de conversion… et je passe sur les « règles promotionnelles » de Facebook (327) jetées en pâture sans précision de leur contenu.

Enfin, les intéressantes remarques de la p. 336 auraient du faire l’objet de plus amples développements.

Acheter Les médias sociaux expliqués à mon boss

Les médias sociaux expliqués à mon boss : les trucs qui énervent

  • D’innombrables fautes d’orthographe : 63, 76, 95, 96, 123, 130, 152, 192, 203… je craque ! Et, in cauda venenum, la jolie faute dans le rabat de la 4 de couverture avec un « il donnât accès à des vidéos » !
  • Les témoignages parfois à la chaine (cf. de 144 à 175)
  • Le prosélytisme généralisé et multivague : Orange Business en particulier. J’ai frôlé l’overdose
  • De nombreux pataquès dans les illustrations et schémas : 94, 271, 286…
  • Une pétouille dans les notes en bas de page : « savoir qu’on ne sait jamais rien » (229) renvoie au « connais-toi toi même de Platon » (cf.note n° 241). Non. Il s’agit d’une maxime de Socrate, Scio me nihil scire
  • La « 4 de couverture » s’est égarée pour atterrir p. 395-395, jetez-y un œil :)

Alors, concrètement, comment s’y prendre pour mettre en place les réseaux sociaux en entreprise ou utiliser avec efficacité les réseaux sociaux ? En refermant Les médias sociaux expliqués à mon boss, vous ne serez pas plus avancés malgré l’excellent niveau de réputation de chacun des contributeurs et interviewés. Mais peut-être qu’en adhérant à l’association…

Ah, ce livre serait-il alors un outil de communication ?

Acheter Les médias sociaux expliqués à mon boss

Autres suggestions bibliographiques sur les réseaux sociaux

- Facebook, Twitter et les autres… Lire notre critique de Facebook, Twitter et les autres

Ouvrages non lus par Marketing-Professionnel.fr :

- Comment devenir une star des médias sociaux : Maîtriser Facebook et Twitter comme des pros
- Le Community Management – Stratégie et bonnes pratiques pour interagir avec vos communautés
- Le Community Management : Nouvelle approche de la communication
- Le guide pratique Facebook : débutant ou expert, un guide pratique pour tous

avatar
Planneur stratégique. Profil de Serge-Henri Saint-Michel et articles publiés.


1 commentaire

  1. avatar

    Herve Kabla

    22 mars 2011 at 19:46

    Bonjour Serge-Henri,

    Merci pour cette recension très fouillée, même si elle est assez critique. Yann et moi ne manquerons pas d’y puiser quelques pistes pour améliorer à la fois la forme et le contenu de l’édition qui suivra.

    Je me permets de revenir sur certaines remarques:
    - le manque de plan: je ne suis pas d’accord, nous avons construit ce livre sur une progression, depuis le projet initial vers une mise en oeuvre plus poussée, et j’ai plutôt le sentiment que cela se voit assez bien. Community manager et Social media officer sont deux rôles différents, le premier étant souvent « le grouillot » du second (et oui, on reste en entreprise…)
    - les contenus incomplets: ^nous n’avions pas l’intention de proposer des recettes toutes faites pour gérer des crises – et d’ailleurs la diversité des crises possibles rendrait cette tâche bien audacieuse – mais plutôt offrir des pistes de réflexion. Nous le disons bien dans l’introduction, ce livre ne donne pas réponse à tout, mais fournit des arguments pour développer un projet « médias sociaux » auprès de sa hiérarchie
    - les fautes d’orthographe: nous en avons bien conscience, et hélas le regrettons tout aussi amèrement. C’est la rançon de la hâte. J’espère qu’on ne décevra plus nos lecteurs sur ce point
    - l’omni-présence d’Orange Business Services: il était normal qu’on parle d’une des entreprises qu’on connaît le mieux

    Pour finir, ce livre est-il une campagne de communication? Oui et non. Ce livre a pour objectif à la fois de servir à ses lecteurs, et de faire connaître Media Aces au travers des témoignages de ses membres, pour amener de nouvelles entreprises à développer ce type de démarche. Je pense que le résultat n’est pas si loin que cela de cet objectif. Et en la matière, je ne pense pas qu’il y ait eu tromperie sur la marchandise. Mais peut-être cela n’est-il pas assez visible.

    Merci en tout cas pour cette revue détaillée, en espérant qu’elle servira aux éventuels lecteurs.

Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>