Les millennials, entre rupture et tarte à la crème