Nos enfants sauront-ils ce qu est une entreprise ?

De nouvelles organisations émergent : plus ouvertes, plus agiles, plus collaboratives... Le monde du travail de demain n'aura plus rien à voir avec celui d'aujourd'hui. Portrait-robot de l'entreprise du futur...

De nouvelles organisations émergent : plus ouvertes, plus agiles, plus collaboratives… Le monde du travail de demain n’aura plus rien à voir avec celui d’aujourd’hui. Portrait-robot de l’entreprise du futur…

De nouveaux métiers existent aujourd’hui, qui n’existaient pas il y a dix ans : social Media Manager, développeur d’applications, expert de la Génération Y… Et la mutation des descriptions de poste ne va pas s’arrêter là. D’après le département américain du travail, 65 à 70 % des métiers qu’exerceront les enfants actuellement en classe de maternelle n’existent pas encore ! Ces transformations auront bien entendu un impact sur le futur de l’éducation : de nouvelles compétences devront sans doute être acquises dès le plus jeune âge, comme le fait de savoir coder ;

De nouveaux contrats de travail se développent rapidement : le CDI est loin d’être mort, mais les autoentrepreneurs ou freelances par exemple sont de plus en plus nombreux. Selon le rapport de l’European Forum for Independant Professionals, il y aurait plus de 700 000 freelances en France aujourd’hui. La croissance de ces populations impose de réfléchir à des sujets connexes, comme les assurances pour encadrer les travailleurs de cette nouvelle économie « à la demande » ;

De nouvelles organisations du travail voient le jour : un pied dans l’organisation, un pied à l’extérieur, les collaborateurs cumulent plusieurs activités. Des structures comme ‘Stagiaires Sans Frontières’ proposent ainsi des stages partagés entre des entreprises (80% du temps) et des associations (20% du temps). Ces transformations vont de pair avec des organisations plus décentralisées, les collaborateurs étant parfois dispersés à travers le globe ;

De nouveaux maux prennent de l’ampleur : le futur du travail pose de nombreuses interrogations, éthiques, économiques, business. Par exemple, faut-il prévoir un revenu universel de base pour tous? Si ces questions ne sont pas encore tranchées, il importe de réagir rapidement à l’apparition de nouvelles maladies comme le ‘burn-out’ ou le ‘bore out’. Christian Bourion, professeur à ICN Business School Nancy-Metz estime que 30 % des salariés pourrait souffrir de cet ennui au travail pouvant conduire à la dépression et, selon l’Institut National de Veille Sanitaire, 30 000 personnes en France seraient victimes de ‘burn out’. Le premier procès relatif à cette maladie en France s’est tenu début mai à Paris : peut-on condamner son entreprise pour ennui ?

Source : Equancy

 



Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>