Les français et les soldes, selon l’Ifop

Les français et les soldes, selon Ifop (c) Conforama

La période des soldes en ce début d’année 2009 s’inscrit dans un contexte particulier, sur fond de crise économique et de préoccupations non seulement pour le pouvoir d’achat mais également pour l’emploi.
Signe des temps, cette année on observe une progression non négligeable du nombre de personnes déclarant ne pas faire les soldes cet hiver, 11% contre 8% il y a un an, soit une évolution de 3 points. Par ailleurs, plus des deux tiers des Français (68%) consacreront moins de 150 euros pour leurs achats. L’an passé à la même époque, ils étaient près des trois quarts (73%, -5 points). Si c’est une proportion équivalente de Français qui consacrera moins de 80 euros pour ces soldes (39% contre 40% en 2008), ils sont sensiblement moins nombreux à prévoir un budget compris entre 80 et 149 euros (29% contre 33%). A l’inverse, les personnes disposant d’une enveloppe supérieure à 150 euros sont très nettement minoritaires : 15% dépenseront entre 150 et 300 euros et seulement 6% plus de 300 euros.

La crise impacte tous les segments de consommateurs

Dans le détail, on observe que cette crise économique impacte l’ensemble des profils considérés. Parmi les segments de population déclarant avoir un budget inférieur à 80 euros pour ces soldes, on trouve notamment les moins de 35 ans (44%), les hommes (44%), les ouvriers (46%) et les sympathisants de gauche (42%). Comparativement à la précédente mesure de janvier 2008, le budget des cadres pour ces soldes a semble-t-il été revu à la baisse, ce qui pourrait avoir un impact sur les produits haut de gamme ou de luxe. En effet, 34% d’entre eux envisagent cette année un budget inférieur à 80 euros, tandis qu’ils étaient 22% l’an passé, soit un écart de 12 points. De même, 38% possédaient une enveloppe comprise entre 80 et 149 euros, proportion qui tombe à 20% cette année. Enfin, les personnes âgées de 65 ans et plus (24%), les habitants des communes rurales (14%) et les sympathisants communistes (21%) sont parmi les plus nombreux à se priver de solde en ce début d’année.

… mais les soldes restent un succès

En dépit de ce contexte morose, les soldes d’hiver apparaissent toujours (le succès des soldes en Lorraine l’ayant démontré) comme un moment attendu des Français pour réaliser leurs achats importants : 44% déclarent les attendre autant qu’auparavant (+1 point par rapport à 2008) et 28% plus qu’avant (29%). Malgré la crise, les Français n’ont semblent-ils pas attendu cette période avec plus d’impatience que lors des années précédentes. Par ailleurs, plus du quart des français interrogés (27%) déclarant même les attendre moins qu’avant, mais il est vrai que les promotions se sont multipliées en dehors des périodes de soldes ces dernières années. Les femmes (31% contre 25% des hommes), les jeunes de moins 35 ans (31%), les professions libérales et cadres supérieurs (33%, 32% en 2008), les employés (33%) sont parmi les plus nombreux à attendre cette période pour faire leurs achats importants.

Source Ifop (téléchargement de l’étude)

A lire sur le rapport des français à l’argent…

- La bipolarisation des achats : consommer plus même si l’on gagne moins

- Au royaume des bons plans, l’avare est roi

- Société, argent, valeurs : un mariage possible ?

- La crise va-t-elle changer les comportements ?

Actu légale : les nouvelles dispositions d’affichage des réductions de prix

avatar
Planneur stratégique. Profil de Serge-Henri Saint-Michel et articles publiés.


1 commentaire

  1. avatar

    grandclaude

    21 janvier 2009 at 19:11

    j’ apprécie cet article qui nous donne des indications quant à l’ origine des consommateurs: »le sympathisant communiste qui a un comportement d’ achat différent ».
    Cependant il ne prend en compte que les consommateurs et la notion de budget et non pas de sommes réellement dépensées.
    Pour avoir une idée réelle de l’ impact de la crise sur les soldes,il faudrait que les entreprises parlent et annoncent leur CA N comparé à N-1.
    Car étant lorrain,je pense que le succès des soldes dans cette région est justifié par une photo de foule dans les magasins qui a donné un avant-gout de ruée aux autres régions.
    Mais est-ce que cela correspond à une réalité économique?
    En outre, les soldes sont devenus le marché opportuniste par excellence.
    Tout le monde solde sur n’importe quel marché si bien qu’au final,déterminer que c’est un succès peut paraitre facile.
    Car à l’origine,les soldes c’ était du chiffon et aujourd’hui ce sont des maisons…
    Cordialement,
    Didier.

Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>