La crise = de nouveaux modes de consommation ?

La crise = de nouveaux modes de consommation ?
La crise = de nouveaux modes de consommation ?

Serrer la ceinture et attendre le (re)décollage ?

Plus d’un an après l’arrivée de la crise, les effets sur le pouvoir d’achat se confirment. selon Ipsos.

La majorité des Français (56%) affirme que son niveau de vie a diminué depuis un an, dont 27% qui estiment qu’il a « beaucoup » diminué. Les Français sont moins nombreux qu’en novembre 2008 à pointer une baisse de leur niveau de vie (-12 points), une proportion plus importante de personnes indiquant que leur pouvoir d’achat se stabilise (23% ; +9 points). Les répercussions de la crise sont donc persistantes et provoquent le sentiment parmi les Français d’une nouvelle baisse de pouvoir d’achat, ou au mieux d’une stabilité après la forte diminution de l’année dernière.

La majorité des Français ressent toujours fortement la hausse des prix mais beaucoup commencent à souffrir aussi de la stagnation des salaires

Les personnes qui déclarent que leur pouvoir d’achat a diminué expliquent cette baisse essentiellement par la hausse des prix (57%), mais de manière moins prononcée qu’en novembre 2008 (-16 points). En revanche, la stagnation des salaires est perçue comme une cause grandissante de baisse de pouvoir d’achat (27%, +8 points).

Dans ce contexte, les parents pensent que leur budget rentrée va augmenter

Près d’un parent sur deux (48%) déclare ainsi que son budget pour l’achat de fournitures scolaires augmentera cette année par rapport à l’année dernière. 42% pensent qu’il va rester au même niveau, et 8% qu’il va diminuer.

Près d’un Français sur deux ne croit pas en une perspective d’amélioration prochaine

41% d’entre eux pensent en effet que leur niveau de vie va diminuer dans les prochains mois. Seuls 20% pensent qu’il va augmenter tandis que 36% anticipent une stagnation.

Pour faire face à cette situation, les Français réduisent leur budget

Près d’un Français sur deux (49% ; +4 points) déclare renoncer à acheter certains produits qui ne sont pas de toute première nécessité plus souvent qu’il y a un an.

Une large part de sondés avouent également avoir diminué les dépenses consacrées aux loisirs (43% ; +7 points). Par ailleurs, quatre Français sur dix déclarent davantage rechercher les produits les moins chers sans se soucier du pays de fabrication (42% ; +1 point) et davantage privilégier les achats en petite quantité (40% ; +1 point).

Les modes d’achat alternatifs se développent

Plus d’une personne sur trois (34%) dit fréquenter plus que l’année dernière les magasins discount et 58% disent le faire autant. Les Français sont moins nombreux qu’en novembre 2008 à dire aller plus souvent dans les magasins discount (ils étaient alors 43%) mais cela au profit d’une stabilisation de la fréquentation : faire ses achats dans un magasin discount semble donc s’installer dans les mœurs de consommation.

Par ailleurs, Internet et les magasins de déstockage semblent attirer une proportion non négligeable de Français depuis la crise. Ainsi, Internet est un lieu d’achat « souvent » ou « parfois » utilisé par 42% des personnes interrogées, tandis que les magasins de déstockage et de démarque sont un mode de consommation régulier pour 38% des Français.

Vous pouvez consulter le diaporama de cette étude sur le site Ipsos.

avatar
Planneur stratégique. Profil de Serge-Henri Saint-Michel et articles publiés.


Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>