Le Vieux Campeur surfe sur la naphtaline

Le Vieux Campeur : la pub sent la naphtaline

Source illustration : La Tribune d’aujourd’hui.

Le Vieux donne dans la publicité conceptuelle

Cette publicité de Vieux Campeur est en totale cohérence avec l’expérience consommateur ; prenons le cas des magasins parisiens du Vieux Campeur : le produit que vous cherchez est toujours dans le point de vente d’à côté, quel que soit celui dans lequel vous vous trouvez ! Eh bien, le concept de labyrinthe est parfaitement exprimé dans cette pleine page presse :

  • Les chiffres entre parenthèses nous égarent
  • Le « code 16″ nous replonge dans un univers d’évocation abandonné depuis par le BHV (c’est dire !), la syntaxe nous perd « avec… c’est aussi… c’est aussi… »)
  • Enfin, particulièrement travaillée et en affinité avec le support La Tribune (titre de presse populaire n’accueillant que des pages promo en « mode papy »), la mise en œuvre visuelle s’affiche totalement raccord avec l’absolue modernité des magasins
  • Pour terminer, le must : la promotion jusqu’au 11 novembre… : le Vieux Campeur, c’est reparti comme en 14 !

Cette année encore, tôt avant la saison, la neige a fait des dégâts chez l’annonceur (et peut-être en agence).

Cocaïne, de JJ Cale : du kitch et de la neige, comme le Vieux Campeur

avatar
Planneur stratégique. Profil de Serge-Henri Saint-Michel et articles publiés.


6 commentaires

  1. avatar

    Jean

    29 octobre 2009 at 15:51

    Drôle de pub effectivement… En totale rupture avec la précision des articles vendus en magasin…

    C’est quoi au fait le « code 16″?

  2. avatar

    Julien

    29 octobre 2009 at 18:54

    C’est grâce à ce côté « old school » des pubs du vieux campeur que ça marche si bien peut être !
    On est à fond dans le marketing de l’authentique!

  3. avatar

    Serge-Henri Saint-Michel

    29 octobre 2009 at 19:32

    Ben… code 16, je ne sais pas non plus !

  4. avatar

    Lalier Eric

    2 novembre 2009 at 16:55

    Gaffe les gars, « le code 16″ c’est peut être un truc comme le DA VINCI CODE ou la Kabbale…
    je suis sûr que ces gens ont beaucoup d’humour… Quant au 11 novembre, c’est énorme.
    A bien y regarder, leur vieux campeur a le look des poilus ou des gars de la légion étrangère avec leur tablier.
    Moi je dis : « totale cohérence ».

  5. avatar

    Monsieur Stéphane

    5 novembre 2009 at 22:50

    Le code 16 n’est-il pas une référence à B16 notre pape ?, d’où l’allusion au Da Vinci Code et au complot du 9/11 :+)
    Plus franchement je pense qu’il s’agit d’une référence de leur fameux catalogue que je vous invite tous à lire pour le plaisir. C’est en effet, d’un point de vue graphique, à l’image de la page de pub de La Tribune mais pendant 500 pages. Je ne pense vraiment pas que cela soit volontaire. Je pense plutôt que le vieux campeur est une maison de tradition dans laquelle on n’a pas voulu licencié le vieux maquettiste linotypiste et qu’il s’est formé seul sur un ancien MAC II d’occasion avec illustrator version 1.16.

    Je suis peut être un peu moqueur mais je pense qu’il y a du vrai dans ce que j’avance.
    Reste à savoir si le passage à un graphisme de bon ton et branchouille transformerait les ventes ? A n’en pas douter cela changerait l’image qui en a bien besoin.
    Bien à vous, marketingement votre.

  6. avatar

    Patrick

    18 octobre 2010 at 15:00

    Je les connais assez bien ces braves gens du « Vieux » pour y avoir moi même oeuvré quelques temps au magasin de plongée sous marine.

    Mon point de vue, assez éclairé mais sans prétention, est que, effectivement nous sommes là dans une société « à l’ancienne » qui communique « à l’ancienne » …

    pour faire simple remémorez vous les Deschiens qui faisaient l’article des « fromageries Morel », le patriarche en tête, entouré du gamin et de la crémières, qui filment eux même leur petit film de pub.

    Le Vieux, c’est exactement la même chose, c’est du « fait à la maison » et ça donne effectivement un côté complètement décalé et il faut bien le reconnaître, ça sort du lot. Je pense sincèrement que ça ferait moins mal aux yeux si leurs catalogues ressemblaient à ceux de Décathlon ou de Go Sport, mais finalement, en plus d’être moins drôle, ça les rendrait aussi moins visibles. Les mauvaises langues diront : « moins risibles ».

    Le fait est que Au Vieux, on trouve tout ce qui à trait au sport, le choix est immense, les vendeurs pratiquent vraiment l’activité pour laquelle il vendent le matériel et sont donc vraiment de bons conseillés. C’est étrange, les choses semblent tout simplement être mal coordonnées : d’un côté la com, pleine de promesses, avec un choix de produits guidé par le meilleur gain possible pour le vendeur, de l’autre la com en « brasse coulée totale » mais une qualité de produit réelle …

    Pour ma part, j’aime feuilleter le catalogue du vieux car ça me fait toujours sourire, et quand je cherche un petit phare de vélo à perdre sitôt le printemps revenu, je vais chez Go, quand je veux du matériel de sport, je vais au vieux !-)

Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>