Quelles stratégies pour la presse ?

Presse : bilan publicitaire 1er trimestre 2010

Selon le Centre d’analyse stratégique, le nombre de Français déclarant lire tous les jours un quotidien payant diminue régulièrement : de 43 % en 1989, à 36% en 1997, il est passé à 29% en 2008, le nombre de lecteur en ligne ne cessent lui d’augmenter.

Presse : quelles stratégies de capture de la valeur ?

Presse : quelles stratégies de capture de la valeur ?

L’Internet détruit de la valeur en Presse

Chaque jour, près de 6,6 millions d’internautes se connectent en France pour consulter les informations sur des sites d’actualité. Le formidable essor d’Internet a en effet créé une très grande facilité de diffusion de l’information que les internautes ont pris l’habitude de consommer de façon gratuite.

L’étude fait apparaître que la situation de la presse française est préoccupante, sans être aussi problématique qu’au Royaume-Uni ou aux États-Unis. Le basculement des journaux vers le numérique apparaît cependant comme une évolution irrésistible qui ne peut être contournée ou différée.

Quelles stratégies de capture de la valeur ?

Afin de tirer parti des innovations les plus prometteuses comme la tablette tactile et redonner à l’information toute sa valeur, l’étude suggère plusieurs pistes :

  • Étendre l’opération « mon journal offert » aux abonnements « tout numérique » des grands quotidiens et à ceux des pure players
  • Développer des modules d’ingénierie informatique, d’infographie et de data journalisme, au sein des formations de journaliste
  • Créer un laboratoire français de réflexion en ligne dédié à l’avenir de la presse
  • Conditionner l’attribution des financements du fonds d’aide au développement des services de presse en ligne (SPEL) à des engagements en matière de développement de contenu enrichi
  • Aligner le taux de TVA de la presse payante en ligne (19,6%) sur celui de la presse papier (2,1%).

Ces préconisations, certes moins radicales que celles évoquées par Jeff Jarvis dans La Méthode Google,

  • Oublient de parler des choses qui fâchent, comme les coûts de production et de distribution
  • N’évoquent pas l’adaptation du produit papier au digital : déclinaison, agrégation, sélection, thématisation… voire un passage radical au digital assorti d’une suppression de l’édition papier. Pourtant envisagé dès 2007 par La Tribune (cf. précisions dans Libération de ce jour)
  • Considèrent la presse comme un monde à part (cf. « créer un laboratoire français de réflexion en ligne dédié à l’avenir de la presse« ) alors que la transition vers le numérique concerne tous les médias traditionnels à contenu, comme la télévision et la radio
  • Omettent d’évoquer comment les entreprises de médias pourraient mieux répondre aux attentes des acheteurs (ou des fréquentants ?), ce qui suppose une écoute du marché. Et l’écoute, l’analyse de la demande, doivent à mon avis précéder toute recommandation stratégique sous peine d’instrumentalisation.
avatar
Planneur stratégique. Profil de Serge-Henri Saint-Michel et articles publiés.


Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>