Bilan semestriel des investissements publicitaires

Bilan semestriel des investissements publicitaires

Bilan semestriel des investissements publicitaires : le rebond ?

Selon Kantar Media, c’est la première fois depuis 3 ans qu’un premier semestre enregistre une évolution brute à 2 chiffres : +12,4% (hors internet). Aussi, malgré un effet de base indéniable par rapport à 2009, l’ensemble des médias retrouvent enfin une vraie dynamique.

La télévision tire les investissements médias

Le marché est tiré vers le haut par la télévision (+18,3%). Chacun des autres médias présente également de bons résultats. Aussi la radio termine le semestre à +11,5%, le cinéma à +10,1%, la publicité extérieure à +10%, et la presse à +7,5%. Deux secteurs en particulier permettent au marché de retrouver de la vigueur : la grande consommation (+18,1%) et l’automobile (+19,3%).

A fin juin, les recettes de la télévision sont très dynamiques sur les 3 segments. En effet, les chaînes historiques semblent réagir après une année 2009 difficile et voient leurs recettes croître de +13,3%. Les chaînes thématiques bénéficient de ce nouvel élan et progressent de leur côté de +6,1% en valeur (et ne présentent que 2 mois en baisse depuis janvier). Enfin les chaînes de la TNT continuent de tirer les recettes du média (+38,4%) malgré un mois de juin relativement faible par rapport aux autres mois (+21,4%). La communication en parrainage télé est aussi en progression : les établissements financiers constituant le secteur phare des chaines nationales tandis que les télécommunications prennent le pas sur les autres marchés pour la TNT.

Côté secteurs, l’automobile (+23,5%) et les établissements financiers (+25,1%) investissent de façon très significative. Seules les boissons reculent au sein de la grande consommation (-7,1%) par rapport au 1er semestre de l’an passé.

Le CA publicitaire de la presse rebondit

La presse rebondit également au premier semestre 2010 puisque ses recettes évoluent positivement de +7,5% et que son nombre de pages croît de +3,9%. Si les recettes des quotidiens nationaux ne représentent que 18,8% de la presse, elles tirent néanmoins le média vers le haut en cumul (+18,4%) et particulièrement sur le mois de juin (+27,2%). Les magazines qui présentaient des recettes à -12,8% à fin juin 2009 sont au rebond en valeur sur le 1er semestre à +5,9% comme en volume +4,2%. A noter sur le total presse la bonne tenue du secteur automobile qui se place en tête du média et progresse de +16,4% vs l’an passé détrônant ainsi la distribution (1er secteur investisseur à fin juin 2009).

… tout comme la radio, en écho

La radio, termine ce premier semestre 2010 à +11,5% en valeur et à +8% en volume. Sur le cumul 2010, on notera que le mois de mai a été particulièrement dynamique en valeur (+25%) alors que le mois de juin est le plus faible (+6%). Les stations généralistes sont le moteur du média puisque leurs recettes enregistrent +17,5% au cumul. Les stations musicales évoluent tout de même de +8,3% en valeur et de +9,2% en volume tirées vers le bas sur les 2 items par un mauvais mois de juin (à travers les investissements des télécommunications notamment à -20,8% sur le mois).

Côté secteurs, les télécommunications, 3ème secteur à fin juin 2009 se désengagent du média en 2010 et se placent 7ème en retrait de -33,4% au cumul.

Affichage : la face sourit

La publicité extérieure enregistre une évolution de ses recettes de +10% à fin juin 2010. Le média reprend de la vigueur en 2010 alors qu’il avait été impacté de façon très négative en 2009 et qu’il avait fini le premier semestre 2009 en présentant des recettes à -10,9%.

A noter en 2010, le regain d’intérêt pour le média de la part des annonceurs automobile qui investissent +11,7% des leurs budgets en publicité extérieure (vs -26,7% à fin juin 2009).

Le cinéma a bien commencé l’année

Le cinéma enregistre des recettes positives pour ce premier semestre 2010 (+10,1%) mais on distingue clairement 2 périodes : un premier trimestre très dynamique à +68,1% et un deuxième trimestre à -14,9%.
Sur le cumul, on note le désengagement du secteur culture et loisirs (-17%) et des annonceurs des boissons (-8,5%).

A fin juin 2010, internet représente 12,2% de PDM par rapport aux autres médias boosté par le secteur culture et loisirs, établissements financiers et assurances et automobile.

avatar
Planneur stratégique. Profil de Serge-Henri Saint-Michel et articles publiés.


Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *