TPE en récession mais moral des dirigeants en hausse

PME

La 51ème vague du Baromètre des TPE, l’enquête de conjoncture trimestrielle réalisée par l’Ifop pour Fiducial fait état d’un soupçon d’optimisme auprès des chefs d’entreprise en ce qui concerne leur activité, malgré leur profonde inquiétude face à la situation économique française.

Cette édition, hymne à l’indépendance des petits patrons, propose également un focus sur les usages d’Internet et des réseaux sociaux par les patrons de TPE, que vous pourrez lire en parallèle de notre dossier consacré au Marketing digital des PME.

Plus optimistes, mais moins confiants dans le gouvernement

Le moral de quelques patrons de TPE se porte mieux, mais on est encore loin de l’embellie généralisée. L’optimisme dans le climat des affaires remonte de 7 points en trois mois, mais n’atteint toujours que 23%. La confiance dans leur propre activité suit la même tendance, avec + 5 points au cours de la même période, même si les optimistes demeurent minoritaires (48%).

Sur le front de l’emploi, le retour à l’équilibre du solde net de création d’emplois (+0,5%), après avoir atteint son niveau le plus bas il y a six mois (-4% en février dernier) doit être accueilli avec prudence. En effet, si près de 12% des TPE ont embauché sur le trimestre écoulé (contre 10% en avril) les créations de postes ont surtout visé des emplois précaires (71%) alors que les suppressions de postes concernaient surtout des CDI (78%).

De plus, les patrons restent alarmistes quand il s’agit de l’économie française : 80 % d’entre eux n’anticipent toujours pas de retour à la croissance avant 2015 voire 2017.

Jugé impuissant, le gouvernement voit sa cote de confiance battre le record d’impopularité. Avec 13% d’opinions favorables, il a effacé des tablettes l’ancien record détenu par le gouvernement Raffarin en 2005, juste avant sa démission (14%).

TPE, récession et stratégie

Les ventes continuent de baisser pour le huitième trimestre consécutif (-0,2%). Cette diminution est moins importante que lors du précédent baromètre (-0,8% en avril).

Pour faire face à la récession, les TPE ont multiplié les actions. 40% ont par exemple mis en place de nouveaux produits ou services, voire misé sur des produits ou services plus innovants, avec un impact positif élevé sur l’activité (63% des cas). Plus d’une TPE sur quatre a diversifié ses canaux de distribution, élargi sa zone de distribution ou visé d’autres clients, avec là aussi un bon impact positif sur l’activité (de 68% à 70%). Certaines ont également revisité leur politique tarifaire, 30% misant sur une baisse des prix et 19% sur une hausse, avec des résultats plus mitigés. D’autres ont réorganisé leur production (18%) ou renforcé leur politique de formation (30%).

Malgré leurs efforts, 42% des dirigeants de TPE français déclarent être moins bien armés que leurs homologues allemands pour faire face à la conjoncture.

Au regard de ces enseignements, Jean-Marc Jaumouillé, Directeur des techniques professionnelles de Fiducial, souligne : « Même si les dirigeants d’entreprise font part d’une légère embellie, il ne faut pas crier victoire au vu des mauvais résultats économiques de la France. On ne peut qu’espérer que cette courbe continue d’évoluer positivement. En tout état de cause, les patrons de TPE n’attendent rien du pouvoir exécutif. Compte tenu des contraintes qui pèsent sur leur entreprises (impôts excessifs, réglementations abusives…) ils ne devront leur salut qu’à leurs propres efforts ».

Internet et réseaux sociaux : les TPE avancent à petits pas

Pour 80% des patrons de TPE, internet et les réseaux sociaux constituent un réel progrès en termes d’accès à l’information et de partage de cette information. Beaucoup moins (47%) en attendent de véritables opportunités de développement de leur activité, même si ces chiffres grimpent jusqu’à respectivement 57% et 61% dans les secteurs des services aux entreprises et de l’hôtellerie. Si 36% se déclarent passionnés par ces technologies, 28% en ont plutôt peur.

Le site internet reste la communication numérique la plus largement utilisée par les patrons de TPE (46%). A l’opposé, ils utilisent essentiellement sur les réseaux sociaux à titre privé plutôt qu’au plan professionnel : 42% des chefs d’entreprise possèdent un compte Facebook personnel, 17% sont présents sur Google+, seulement 14% sur Linkedin et 7% disposent d’un blog.

Les patrons de très petites entreprises utilisent internet et les réseaux sociaux d’abord pour suivre l’actualité et les tendances du marché (55%) ainsi que l’actualité économique et politique (53%). Ils les emploient également dans un but marketing : gérer la relation clients (41%), communiquer leur offre (31%), surveiller les concurrents (27%), faire de la publicité (23%). Néanmoins, pour leur communication locale, les supports traditionnels restent encore très présents, plus que ne l’est internet : Pages Jaunes (35%), prospectus dans boîtes aux lettres (16%), affichage sur véhicule (15%), journaux locaux (11%)… et Internet (16%)

A noter également, les chefs d’entreprise actifs sur internet gèrent majoritairement leur présence en ligne en personne (55%).

La question principale reste cependant sans réponse : au-delà des outils, quelles sont les stratégies menées sur les réseaux sociaux par les PME ? C’est ce que notre dossier cherche à éclairer…

Marketing, PME et digital

Quel état des lieux peut-on dresser de l’utilisation du numérique par les PME françaises ? Quels sont les freins des PME à des actions marketing utilisant le digital ? Dans quels objectifs les PME utilisent-elles les réseaux sociaux professionnels ? Quelle place accordent-elles au brand content ? Sur quels supports ces contenus de marque sont-ils ensuite publiés ? Quelle articulation, dans ce cas, entre les RP et le community management ? Avec quel ROI, selon quels KPI et avec quels coûts  ?

Réponse à ces questions par nos experts !

Comment les PME utilisent-elles le digital ?

Méthodologie de TPE en récession mais moral des dirigeants en hausse

Échantillon de 1 002 dirigeants de TPE de 0 à 19 salariés (hors auto-entrepreneurs), raisonné sur les critères secteur d’activité de l’entreprise, taille de l’entreprise, région d’implantation de l’entreprise et interrogé par téléphone du 3 au 22 juillet 2013. Des résultats nationaux représentatifs : redressement selon les données INSEE pour la meilleure représentativité de cette composante du tissu économique français.

avatar
Planneur stratégique. Profil de Serge-Henri Saint-Michel et articles publiés.


Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>