iPhone et industrie du tourisme (part. 1)

iPhone et industrie du tourisme

Nous entamons ce mois-ci un dossier en deux parties sur le phénomène du moment, l’iPhone.

La première partie (juin 2009) va établir un état des lieux du phénomène et tenter de dresser les pistes d’action possibles pour l’industrie du tourisme.

La seconde partie (juillet 2009) entrera plus pratiquement dans les manières d’utiliser actuellement l’iPhone pour promouvoir, vendre ou rendre attractive une destination touristique.

L’histoire est-elle un éternel recommencement ?

Il faut se rappeler qu’au début des années 90 l’industrie du tourisme regardait le développement du réseau mondial Internet avec une certaine curiosité, mais sans plus…

Les chiffres des utilisateurs « grand public » progressaient à vitesse exponentielle et pourtant beaucoup ne croyaient pas à ce média : « trop compliqué », « trop technique », trop coûteux », « trop lent »…

Les ventes d'Iphone dans le monde

Les ventes d

Bien évidement tous ces arguments ont peu à peu volé en éclat sous la pression des consommateurs et l’industrie du tourisme a du s’y adapter, de gré ou de force, avec pour résultat la transformation phénoménale que l’on connait de ce secteur d’activité.

Aujourd’hui cette expérience nous conduit à observer le phénomène « iPhone » avec une réelle acuité.

Actuellement plus de 20 millions d’iPhone ont été vendus dans le monde et Apple annonce que le chiffre de 40 millions sera dépassé en 2009… l’accélération de ces chiffres est principalement due à l’évolution technologique des iPhone qui sont « devenus 3G » fin 2008 permettant un réel accès au web et répondant ainsi aux attentes des consommateurs.

Carte 3G du monde

Carte 3G du monde

Ces chiffres devraient par ailleurs complètement « exploser » lorsqu’un accord sera trouvé entre Apple et China Mobile pour ouvrir le marché chinois à l’iPhone 3G (actuellement China Mobile refuse le modèle économique de l’Apple Store et souhaiterait récupérer à son profit « une partie » des revenus obtenus avec la vente des applications mobiles).

Enfin, en France, la fin du monopole de vente des iPhone par Orange fait actuellement littéralement exploser les ventes et les rumeurs les plus folles courent sur des records de vente chez Bouygues et chez SFR… plus pragmatiquement et en attendant les chiffres officiels la plupart des sources s’entendent à estimer à 1,5 millions le nombre d’iPhone actuellement utilisés en France.

De la technologie à l’usage courant du web mobile…

Au-delà des chiffres et des prévisions qui sont très impressionnants, il faut noter que la philosophie de fonctionnement de l’iPhone induit de nouveaux comportements et de nouvelles attentes de la part des consommateurs… on retrouve là encore la même sensation qu’au moment de l’arrivé de l’ADSL pour Internet : la possession de l’iPhone appelle l’usage !

Principales utilisations « web »

du téléphone mobile en Europe

% des possesseurs du téléphone

iPhone

Smartphone (autres que iPhone)

Autres téléphones

News et informations via le navigateur

80.4%

32.2%

10.7%

Ecouter de la musique

70.0%

32.5%

18.4%

Gérer sa boîte email (perso ou pro)

69.5%

25.6%

7.6%

Recherches générales sur le web

56.6%

18.3%

5.0%

Participer à un réseau social ou un blog

42.4%

10.3%

3.2%

Regarder des chaînes de TV mobiles et vidéos

32.0%

14.6%

7.4%

Source : ComScore MMetrics – MobiLens – 2008

Une autre approche réalisée par la société Hitlinks (société qui analyse en temps réel les usages du Web et les outils qui sont utilisés par les internautes) confirme cet état de fait : avant le lancement de l’iPhone 3G, environ 0,15% des connexions Web se faisaient au travers d’un iPhone. Dès le lancement du modèle 3G, on a constaté une progression importante de ce taux qui tourne autour de 0,40% actuellement. HitsLink positionne aujourd’hui l’iPhone à la quatrième place des systèmes d’exploitation qui consultent le Web.

Ces enquêtes montrent clairement qu’en facilitant l’accès au web en situation de mobilité, l’iPhone en développe l’usage et formate les consommateurs à l’internet mobile.

Une étude de Gartner montre d’ailleurs que depuis l’explosion des ventes d’iPhone, la demande globale des consommateurs dans les boutiques de téléphonie mobile pour des « smartphones » progresse de 52% par an… cette étude prévoit que les ventes de « smartphones » représenteront 700 millions d’appareils en 2012, généralisant ainsi totalement l’utilisation de l’internet mobile.

Restera alors à savoir si un « appareil » ou une « technologie » (iPhone, Blackberry, Androïd…) dominera complètement le marché ou non. L’histoire montre qu’Apple a souvent été à l’origine d’idées extrêmement novatrices (l’ordinateur personnel, le moniteur couleur, la souris…) mais s’est toujours fait copier puis doubler lors de la commercialisation à très grande échelle.

L’iPhone et l’industrie du tourisme : quels ponts possibles ?

Jean Abt, chef du service "systèmes d’information" du Comité Régional du Tourisme (CRT) du Languedoc-Roussillon.

Jean Abt, chef du service

Le mois prochain nous déclinerons pratiquement l’utilisation des outils potentiellement utilisables par l’industrie du tourisme dans le monde de l’iPhone.

Avant de commencer ce dossier pratique, il nous a paru intéressant d’interviewer un double expert du tourisme et des technologies de communication, Jean Abt, chef du service « systèmes d’information » du Comité Régional du Tourisme (CRT) du Languedoc-Roussillon.

NB : Le Languedoc-Roussillon est la troisième région touristique française avec environ 100 millions de nuitées par an. Le CRT du Languedoc-Roussillon a mis en ligne son premier site internet en 1995.

M. Abt, pensez-vous que l’iPhone peut devenir un support de promotion de destinations touristiques ?

Jean Abt : « Non seulement il peut le devenir, mais il l’est déjà !
Beaucoup de ville, de régions ou de filières touristiques utilisent ce support à l’étranger, et les français commencent à s’intéresser à ce support.

Globalement on retrouve trois schémas techniques possibles :
• un site web adapté à ce terminal ;
• une application qui est un « document » électronique diffusé via iTunes, la boutique en ligne d’Apple ;
• un mix des deux techniques précédentes qui permet de posséder sur son terminal une application que l’on peut mettre à jour. »

Pouvez-vous nous donner quelques exemples concrets déjà réalisé par des destinations touristiques ?

JA : « Oui bien sur, il y a en de plus en plus mais on peut rapidement en citer trois :

Amsterdam Mobile Guide édité par Netherlands Board of Tourism & Conventions (cf. illustration en têtière).

Ce guide fournit à l’utilisateur une description illustrée des principales attractions, point d’intérêts de la ville et renseignements pratiques.
On y retrouve des hôtels, des bars, les musées, un guide de la vis nocturne…
Cette application est gratuite.

iski Autria, application Iphone

iSki Autria, application Iphone

iSki Austria permet d’avoir toutes les informations sur les domaines skiables autrichiens : plans et cartes panoramiques…

En mettant à jour les données, l’utilisateur dispose station par station :
• les informations sur l’enneigement et la qualité de la neige ;
• le nombre de pistes (total / ouvertes) ;
• le kilométrage de pistes (total/ouvertes) ;
• les remontées mécaniques (total/ouvertes) ;
• la météo et les températures ;
• les informations de sécurité (risques d’avalanches…) ;
• les informations sur l’accès des stations avec l’état des routes ;
• le calcul d’itinéraires via Google Maps ;
• les bons plans du jour ;
• … et cette liste n’est pas exhaustive !

Le tout est en français, anglais allemand et italien.
Dernier exemple, le Musée National du Moyen Âge à Paris a édité une application qui propose à la fois une visite audio et vidéo de la collection et les actualités du musée (événements, expositions temporaires…)

Ces outils répondent à une demande réelle ?

JA : « Si l’on prend en compte le fait que les applications et les données web sont également disponibles sur l’ipod Touch via respectivement iTunes et les connections Wi-Fi c’est un parc de plus de 40 millions de terminaux qui est concerné à ce jour !

Ce type de matériel a un énorme succès commercial car il permet à l’utilisateur d’avoir dans la poche (ou le sac à main !) non seulement un téléphone perfectionné, mais de la musique, des photos, de la vidéo, des documents, des informations à jour, des applications techniques liées à son métier ou à son style de vie, à ses loisirs.

Avec plus de 25.000 applications payantes ou gratuites disponibles, chacun y trouve son compte. La boutique d’Apple a dépassé le milliard de téléchargement d’applications en avril dernier. Il est donc logique de penser que les possesseurs d’iPhone / iPod Touch souhaitent également pouvoir disposer d’informations touristiques sur leurs portables.

Ces informations peuvent être chargées le temps de la préparation et de la consommation d’un séjour et effacées ensuite. Ces nouveaux supports sont donc bien utiles et agréables comme l’ont été et le sont encore dans certains cas les brochures imprimées. Les outils changent, mais la demande d’information est toujours là ! »

Et plus qualitativement, comment pensez-vous qu’il va falloir s’adapter à ces nouveaux usages ?

JA : « Il y a deux types d’usages à prendre en compte :

1 – Ceux qui concernent le touriste adepte de l’information mobile :
Quand nos clients auront l’habitude de disposer sur leur lieux de séjour d’une information remise à jour en permanence sur les fêtes, manifestations et autres événements, nous seront bien obligés de leur fournir !
On peut également imaginer que les terminaux mobiles vont servir à acheter des billets d’entrée à des expositions, musées, aquariums… Le client présentera son terminal à un lecteur et entrera sans avoir à subir une attente pour atteindre une caisse.

2 – Ceux qui vont modifier les usages métiers des chargés de promotion des destinations :
Il faudra connaitre et apprendre à travailler avec les fournisseurs spécifiques de l’info mobilité.
Par exemple, des nouvelles agences de marketing mobile spécialisées comme PhoneValley, filiale de Publicis.

Les moteurs de recherches auront aussi leur importance. Google va-t-il s’adapter, les nouveaux entrants vont-ils devenir des acteurs incontournables ? [Voir par exemple www.gallery.fr]

Pour vous, les destinations touristiques doivent-elles alors décliner leurs efforts de promotion sur l’internet mobile ?

JA : « Quoiqu’il en soit, le monde du tourisme ne peut pas négliger un tel phénomène. « Nous troquons un monde dans lequel le gros mange le petit pour celui où les plus rapides mangent les plus lents » (Klaus Schwab, fondateur du Forum économique mondial).

Vous avez rappelé fort à propos l’histoire du tourisme et d’internet.

Nous ne devons pas commettre les mêmes erreurs que dans le passé récent, d’autant que les risques financiers sont faibles pour tester l’internet mobile.

Un site internet lisible sur un terminal mobile n’est pas compliqué à réaliser avec un CMS (Content Management System) moderne : en deux mots, il faut que le serveur reconnaisse le type de terminal qui se connecte et lui envoi les informations formatées dans un gabarit adapté. Les CMS gérant le multi positionnement de l’information permettent aux webmasters de choisir l’information à publier sur terminal mobile.

Et spécifiquement au niveau des applications Iphone, quels sont les coûts et les implications techniques ?

JA : « Pour les applications iPhone, leur coût est variable en fonction de leur complexité.
Une application simple avec des informations en dur ou reprenant un flux existant dans un système d’information peut être développées pour 15.000 euros TTC environ.

La difficulté actuelle est surtout de trouver le bon fournisseur : les applications se développent avec le SDK (Software Developpement Kit) fourni par Apple et peu de développeurs sont formés à l’utilisation de cet ensemble d’outils.

Autre difficulté, l’appropriation de ces nouveaux canaux d’information et de promotion par les équipes en place. Les responsables de veille technologique, qu’ils soient informaticiens ou spécialistes du marketing et de la communication doivent présenter ces outils à tous les chargés de promotion et de communication pour tirer la culture des entreprises vers le haut. »

Une destination touristique doit-elle s’intéresser spécifiquement à l’iPhone ou plutôt à la nébuleuse de l’internet mobile ?

JA : « Nous parlons beaucoup des produits Apple car ils sont en avance sur leurs concurrents.
L’iPhone killer a été annoncé plusieurs fois mais n’est pas encore là !

Ceci étant dit, nul doute que le principe de la mobilité avec le mix online-offline va se développer dans les prochaines années. Ce canal de diffusion est bien né est se développera indépendamment de l’histoire de telle ou telle entreprise.

Commencer à faire la promotion d’une destination ou d’une filière par le biais des terminaux Apple va permettre de maîtriser ce type de support et de faire évoluer les modes de production de l’information pour prendre en compte les caractéristiques de l’internet mobile et des usages qui s’y rattachent. »

Suite de ce dossier le mois prochain avec une analyse du profil des utilisateurs d’iPhone et la démarche concrète de développement d’une application iPhone pour un territoire.

Lire la suite de cet article sur Marketing-Professionnel.fr

Lire la suite du dossier Les outils NTIC : digital, numérique, et emarketing

Le digital modifie les actions sur les marchés et la perception consommateur

Le digital modifie les actions des entreprises… jusqu’en interne

Le digital : une panoplie de nouveaux outils pour de nouveaux usages

Le digital : les blogs, les médias sociaux et le web 2.0

Le marketing sur mobile : les applications Iphone sont mainstream

Après l’année Facebook, l’année Twitter ?

Buzz, viral et storytelling

Le marketing sensoriel, entre modernité technique et animalité sensorielle

Quelle que soit l’optique choisie…

avatar
4V


Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>