Buenos Aires : un Paris à la sud-américaine

Billet d’humeur de nos deux communicantes globe-trotteuses, en direct ce mois-ci, de Buenos Aires.

Cela ne surprendra aucun voyageur qui a déjà posé ses valises à Buenos Aires si nous lui disons que la capitale ressemble beaucoup à sa cousine parisienne. Tant par son architecture, ses immeubles haussmanniens et son urbanisme, Buenos Aires se distingue clairement par sa « Parisian touch ». Et si nous pouvons nous amuser à tracer un parallèle permanent entre les deux villes sur tout ce que nous voyons, la comparaison paraît évidente lorsque les shoppeuses occidentales que nous sommes se réveillent.

Clandestine, la version argentine de Claire s

Clandestine, la version argentine de Claire's

Les commerces, concentrés dans quelques zones commerciales dont l’inévitable avenida Florida ressemblent tellement à nos enseignes françaises qu’on se croirait presque chez nous, avec le soleil, l’espace et le sourire des argentins en plus.

Le bon français ne peut souffrir du dépaysement quand il a accès à sa bien chère baguette qui pousse à tous les coins de rues dans les boulangeries ou bien tranchée au restaurant, son expresso sera servi en terrasse qu’il accompagnera bien sûr par la lecture assidue d’un quotidien local qu’il aura trouvé dans un des kiosques bien comme chez nous. Enfin, pour compléter son shopping franchouillard, il trouvera un large choix de vin argentin chez « Old Smuggler »(Groupe Campari), le « Nicolas » local.

Mademoiselle trouvera elle aussi la panoplie des accessoires de mode à l’européenne chez « Clandestine », l’équivalent de « Claire’s » ici.

Brandz : les modes des cours d école passent les frontières et les océans

Brandz : les modes des cours d école passent les frontières et les océans

Enfin, nous avons noté la présence dans tous les magasins de quartier (supermarchés, épiciers de quartier et même pharmacie) des si célèbres bracelets en silicone qui inondent les bras de nos petites têtes blondes françaises : les Bands. Les modes des cours d’école passent donc les frontières et même les océans.

En collaboration avec Alexandra Finet



2 commentaires

  1. avatar

    clément

    17 février 2011 at 13:07

    Bonjour, merci pour cet article qui nous fait voyager !
    Si je puis me permettre une petite correction, les bracelets colorés s’appellent des Bands et non des Brandz. Un lapsus digne d’une vraie marketeuse 😉
    Bonne journée

  2. avatar

    Louise Racine

    17 février 2011 at 15:59

    Merci Clément pour la correction que je fais instantanément et merci pour les encouragements!

Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *