La levée de fonds selon 1001Pharmacies

La levée de fonds selon 1001Pharmacies. Santé et e-commerce se portent-ils bien ?

Lancé fin 2012, le site Internet 1001Pharmacies.com est le leader français de la pharmacie en ligne. Basé sur un modèle marketplace, le site permet la mise en relation des pharmacies françaises avec les consommateurs pour garantir la qualité et la provenance des produits. Face à un marché de la santé en ligne en pleine croissance, Sabine Safi (ESC Toulouse) et Cédric O’Neill (Docteur en pharmacie), fondateurs de l’entreprise, ont été les premiers à surfer sur un changement de législation qui permet maintenant la vente en ligne de médicaments en France. Fort d’un réseau de plus de 500 pharmacies partenaires, le site propose 12000 produits à la vente, et ambitionne de devenir la référence en matière de santé sur Internet.

Les deux créateurs témoignent en exclusivité de leur tour de table et de leur levée de fonds. Ils rappellent l’importance du business plan et du marketing dans le succès d’une l’opération financière puis proposent des conseils aux futurs créateurs d’entreprise.

Quelles furent les principales étapes de votre levée de fonds ?

En Décembre 2012, la législation a changé pour enfin permettre en France la vente en ligne de médicaments, 1001Pharmacies était alors le seul acteur positionné sur ce nouveau marché et nous avons donc bénéficié de nombreuses retombées presses (Canal+, TF1, etc…). Cela nous a permis d’accélérer la levée de fonds auprès de Business Angels avec lesquels nous étions déjà en contact. En moins d’un mois, en Janvier 2013, ils avaient investi alors que cela faisait déjà 6 mois que nous étions en discussion. Et compte tenu du marché et de la belle croissance sur l’année 2013, ils sont tout naturellement réinvestis en Février 2014, au côté de BPI France. Nous avons préféré pour ces premières levées de fonds nous passer d’un leveur de fonds, mais cela s’est avéré très chronophage en termes d’exécution.

Quel intérêt les investisseurs ont-ils accordé à votre business plan ?

Sabine Safi et Cédric O'Neill, fondateurs de 1001Pharmacies

Sabine Safi et Cédric O’Neill, fondateurs de 1001Pharmacies

Les investisseurs ont rapidement compris l’intérêt du « First-Mover Advantage », c’est-à-dire se positionner rapidement sur un nouveau marché pour asseoir la notoriété de 1001Pharmacies, et écraser toute concurrence avant quelle ne se créée. Ce changement de législation était donc la possibilité pour des acteurs Internet d’adresser un nouveau marché jusque là inexistant ; les investisseurs ont vite vu l’opportunité.

…Et à votre plan marketing ?

Nous aurions pu développer un acteur pure player ayant du stock en propre, mais au contraire, nous avons préféré développer une marketplace en s’appuyant sur un réseau de pharmacies à travers la France. Le plan était bien plus complexe techniquement et commercialement, nécessitant plus de ressources au démarrage. Cette stratégie aurait pu décourager les investisseurs, mais ils ont rapidement compris l’intérêt marketing de travailler avec des pharmacies physique, gages de confiance et de qualité pour le consommateurs.

Quelles furent les difficultés rencontrées lors de cette recherche de fonds ?

Le marché de la pharmacie est un marché très réglementé, le changement de législation nous permettant d’adresser ce marché sur Internet fut en même temps perçu comme une opportunité par certains investisseurs, mais aussi comme un risque pour d’autres. C’est pourquoi la principale des difficultés fut d’être très pédagogue pour expliquer des dizaines de fois aux investisseurs l’intérêt et les opportunités que nous avions avec la dérégulation du marché. Cela nous demanda d’être patients et de rencontrer beaucoup d’investisseurs différents, alors qu’à côté de cela nous avions déjà beaucoup de travail avec le développement au quotidien de l’entreprise.

Quels conseils inédits donneriez-vous à un entrepreneur en recherche d’investisseurs ?

Faites rentrer au préalable une « star » à votre capital, une personne reconnue dans votre domaine d’activité qui va avoir pour effet de rassurer les investisseurs lors d’un tour de table. Même si vous devez offrir quelques actions à une personnalité de votre secteur d’activité, cela se révélera rapidement rentable par la suite.

***

Un article de notre dossier Business Angels et financement de startups

Lire aussi « La santé a ses business angels »

(c) ill. Shutterstock - green cross ribbon

avatar
Planneur stratégique. Profil de Serge-Henri Saint-Michel et articles publiés.


Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>