Le succès du français Youscribe est écrit

Le succès de la startup  française Youscribe est écrit

YouScribe se positionne comme le YouTube européen des documents écrits numériques : un site qui permet de publier, partager, commenter et vendre des documents gratuitement.

A la tête d’une entreprise proposant 2 millions de documents au catalogue, en croissance de 200 % par an ; avec une communauté de plus de 360 000 membres, Juan de Corbion, Président fondateur de YouScribe, témoigne de ses tours de table et ses levées de fonds via l’appui d’investisseurs historiques, de fonds d’investissement, et les conseils d’un leveur. Il rappelle l’importance du business plan et du marketing dans le succès d’une l’opération financière puis dispense ses conseils aux futurs créateurs d’entreprise et porteurs de projets.

Quelles furent les principales étapes de votre levée de fonds ?

En 2012, YouScribe a besoin de fonds pour financer sa croissance, mettre au point de nouvelles technologies, développer l’usage de sa plateforme auprès des entreprises et des particuliers. L’équipe est forte, au complet, convaincue par le succès futur de l’entreprise. Les utilisateurs deviennent très nombreux. Bâtir la plus grande bibliothèque partagée de documents autour de la diffusion du savoir et de la connaissance : cela crée des liens, de l’enthousiasme.

D’abord, bien identifier comment le modèle se déploie dans la durée, bien définir les besoins de financements, bien comprendre ce qu’attend l’investisseur professionnel, savoir le mieux possible ce à quoi les fonds vont être affectés. Pour nous, le besoin est estimé à environ 2 millions d’euros.

Anticiper c’est-à-dire savoir que le financement des entreprises par des professionnels prend du temps. Un temps qui est toujours trop long pour l’entreprise et souvent trop court pour l’investisseur qui a besoin de comprendre l’ambition et de construire une relation de confiance. Il faut souvent de 6 à 12 mois pour accomplir sereinement une levée de fonds.

Identifier les bons partenaires : comme dans de nombreux autres secteurs, on gagne du temps à identifier la société d’investissements adaptée à la taille, la nature du projet, le momentum de l’entreprise. C’est comme dans l’édition par exemple: il ne sert à rien de proposer un roman à une maison qui ne publie que des dictionnaires. On perd du temps à chercher des fonds d’amorçage dans des sociétés qui font plutôt du développement.

Nous avons choisi d’appuyer notre démarche avec les services d’un leveur (Global Equities). Pour deux raisons (on ne les découvre souvent qu’après) : d’abord, parce qu’un leveur professionnel connaît bien la cartographie des acteurs et fait gagner du temps à tout le monde : la bonne entreprise pour l’investisseur adapté ; ensuite, parce qu’un leveur a un regard (très) critique sur le modèle, le secoue, le retourne et finit par contraindre l’entrepreneur et l’entreprise à renforcer sa vision (en la simplifiant souvent), en particulier en phase de démarrage, ce qui était notre cas, à l’époque.

Quel intérêt les investisseurs ont-ils accordé à votre business plan ?

Juan de Corbion, Président fondateur de YouScribe

Juan de Corbion, Président fondateur de YouScribe

C’est le fonds Iris Capital, le fonds MyMicroInvest et des investisseurs historiques qui ont constitué la levée de fonds fin 2012-début 2013. C’est le résultat d’une conviction partagée dans le projet et aussi d’affectio societatis (dans tour de table, il y a le mot table qui est un lieu d’échanges et de partage aussi).

L’intérêt ? Si l’investisseur investit, dans notre catégorie, c’est qu’il est convaincu que l’entreprise a un modèle solide de leadership dans son domaine, une équipe de qualité pour réussir, avec un potentiel de croissance, de création de valeur et de profit et qu’elle a, de préférence, une capacité de consolidation possible à terme.

…Et à votre plan marketing ?

La réussite de YouScribe est fondée sur l’usage généralisé des outils de publication. Le message est simple : l’entreprise propose la liberté, la gratuité de publication à tous, quel que soit le format de fichier, quel que soit le sujet. « C’est Vous qui publiez », tel est le slogan.

C’est donc une approche marché qui doit proposer le meilleur produit de publication de documents : simplicité, rapidité, commodité. Nous attaquons le marché en visant les professionnels qui font un grand usage des écrits : les éditeurs de presse, les éditeurs de livres, les blogs, les écrivains, les étudiants, les professeurs, les services de presse… Le plan marketing est fondé sur l’adoption gratuite de la solution.

Quelles furent les difficultés rencontrées lors de cette recherche de fonds ?

Les difficultés rencontrées lors d’une recherche de levée de fonds sont très nombreuses et pas toujours les mêmes selon les entreprises. Dans le cas des sociétés de croissance en démarrage, avec des besoins relativement importants, c’est une question de réussite ou d’échec. Il n’y a pas de demi- mesure. Comme le temps nécessaire est long, la difficulté principale est la gestion du temps (le temps de la trésorerie et le temps à dédier à la recherche). La difficulté, cela peut être aussi la capacité à se remettre en question (son modèle auquel on croit dur comme fer), la capacité à écouter les convictions des autres, à gérer les doutes. Une autre difficulté à surmonter est d’accepter sereinement le « non » ou le « pas tout de suite » ou le « revenez me voir avec telle et telle métrique ». Bien associer toutes les équipes au processus permet souvent d’éviter des difficultés inutiles. Il y a aussi des difficultés plus générales liées à l’environnement : les véhicules d’amorçage sont moins nombreux, le financement des startups est complexe, la fiscalité pour les investisseurs évolue.

Quels conseils inédits donneriez-vous à un entrepreneur en recherche d’investisseurs ?

Par exemple, lire et relire Sénèque (les Lettres à Lucilius). Pourquoi ? Parce qu’on y découvre un « entrepreneur » à qui Sénèque offre très amicalement une série de conseils profonds : garder une distance critique par rapport à ce que l’on fait, à ce que l’on pense. Construire une ténacité sans faille pour des projets qui ont du sens ou une utilité réelle pour les autres (pas uniquement des clients) et se rappeler en permanence que personne n’a beaucoup de temps pour laisser des traces.

Ah oui, j’oubliais, si vous voulez lire cette œuvre, vous pourrez bien évidemment la trouver et la lire gratuitement sur YouScribe ;)

***

Un article de notre dossier Business Angels et financement de startups

(c) ill. Shutterstock – Book Full collection of icons like that is in my portfolio

avatar
Planneur stratégique. Profil de Serge-Henri Saint-Michel et articles publiés.


Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>