EcoBusiness Angels fait éclore les startups

Accompagnement de startups

Frédéric Pellissier Tanon, Président de l’Association des EcoBusiness Angels (EBA), qui accompagne les porteurs de projets et startups évoluant dans le domaine et sur les marchés de l’environnement, précise les appuis proposés aux startups accompagnées, les projets traités, les secteurs-cible, puis dispense ses conseils aux entrepreneurs en recherche d’accompagnement.

Pourquoi privilégier l’accompagnement de startups à un investissement « classique » ?

Notre association a pour but d’accompagner les projets éco-innovants dans leur développement. Il ne s’agit donc pas d’une association de business angels classique dont l’objectif est le financement des projets par ses membres. Le financement n’est qu’une conséquence de l’accompagnement des EBA, pas une finalité absolue.En effet, l’expérience de nos membres nous a permis de nous rendre compte que pour qu’un projet se développe, ce n’est pas obligatoirement de fonds dont il a le plus besoin. Le porteur de projet est souvent une personne seule qui ne peut faire face avec succès à toutes les nécessités du développement de son activité. Elle ne dispose pas de toutes les compétences ni de toutes les connaissances pour effectuer les choix les plus avisés.

Côté startup, quelle est l’utilité de pouvoir se faire accompagner par EcoBusiness Angels ?

Fort de ce constat, l’association de EcoBusiness Angels a été créée mi 2012 non seulement pour accompagner les porteurs de projet dans la structuration de leur entreprise mais aussi sur diverses thématiques et savoir-faire mis à disposition par l’association : stratégie de développement, commercial, RH, juridique (propriété intellectuelle, choix de la forme juridique). Nous pouvons accompagner des projets que des business angels purs ne considèrent pas comme suffisamment matures pour qu’ils interviennent. Aussi, nous nous situons légèrement en amont d’autres acteurs.

L’association repose sur l’existence de 3 collèges de membres :

  • les porteurs de projets, demandeurs,
  • les business angels, apporteurs de fonds,
  • les personnes ressource, apporteuses de services, de savoir-faire et de conseils,

Les 2 derniers collèges étant au service du premier. L’association constitue une véritable boîte à outils pour les porteurs de projets qui peuvent recourir à ses services en fonction de leurs besoins.

Pour le porteur de projet, l’intérêt réside donc dans le fait de pouvoir s’appuyer sur une structure partenaire qui pourra répondre à une large palette de ses besoins sur la durée. Notre intervention débute par un audit du projet partagé avec le porteur de projet afin d’obtenir une compréhension commune de ses problématiques. De plus, cet audit lui apporte un point de vue extérieur sur son « bébé ». Ensuite, nos interventions sont réalisées et rémunérées au résultat obtenu, ce qui a pour conséquence de ne pas grever inconsidérément le budget de structures toujours fragiles financièrement à leurs débuts.

Notre communication et notre positionnement sont essentiellement tournés vers les start up mais plus généralement nous sommes en mesure d’intervenir sur tout type de projet « environnement » (véritable), même issus de structures déjà établies désirant renforcer leur positionnement « développement durable », au sens large du terme.

Quels appuis mettez-vous à disposition des startups que vous accompagnez ?

Notre approche consiste à fournir d’abord un audit du projet qui nous est présenté, il est réalisé en échange d’une adhésion du porteur de projet à l’association.

Ensuite, le porteur de projet, en partenariat avec une personne référente qui le suit dans son accompagnement, définit puis choisit les sujets et prestations que peut lui fournir l’association Il fait son choix entre les services proposés par les personnes ressources qui lui auront présenté des offres de services chiffrées. La pratique montre que les choix du porteur de projet sont dictés tant par la dimension économique de ces offres que par la relation humaine qui peut s’établir entre porteur de projet et personne ressource.

Quelles relations contractuelles avec les startup mettez-vous en place pour assurer leur accompagnement ?

La relation contractuelle est directe entre porteur de projet et personne ressource, elle est de la responsabilité de l’un et de l’autre qu’il s’agisse de prestation de services ou de financement de projet. Toutefois l’association reste au cœur de la relation. Il lui est rendu compte de l’ensemble des avancées et développements de la relation. A l’adhésion de tout membre un accord de confidentialité est signé par le candidat membre pour engager et protéger tous les membres sur la sensibilité des informations qu’ils pourraient être amenés à traiter.

Comment sélectionnez-vous les projets-cibles ?

Le critère de sélection d’un projet tient à son caractère « environnemental » véritable à savoir : apporter un service ou un produit innovant ayant une contribution réelle au développement durable.

Plus précisément, les projets sélectionnés doivent-ils être en rapport avec « l’économie écologique » ?

Oui, ces activités peuvent donc recouvrir un champ très large couvrant les secteurs de l’énergie (renouvelable, efficacité énergétique…), de l’environnement et aussi des domaines en lien avec des activités comme l’agriculture, l’agroalimentaire, la santé, la construction, l’industrie… Toutefois les projets n’utilisant la dimension « verte » qu’à des fins marketing ne sont simplement pas retenus.

Les porteurs de projet doivent faire la démonstration d’une vraie contribution de leur projet en termes de développement durable.

Au cours des 2 dernières années, combien de projets votre structure a-t-elle accompagné ?

Depuis notre création, nous avons accompagné et accompagnons encore à divers degrés une grosse dizaine de projets parmi lesquels :

  • Méthodologie et solution logicielle d’analyse et de pilotage de la biodiversité
  • Dispositifs et solutions de protection et de reconstitution du littoral contre l’érosion tant éolienne que marine (accompagné depuis plusieurs années par notre Président-fondateur)
  • Technologie hydrolienne d’exploitation des courants marins et fluviaux
  • Technologie innovante de production de biogaz.
  • Diverses technologies dans le domaine de l’énergie solaire
  • Société de service et d’entretien des espaces verts.
  • Société innovante proposant un procédé de construction aux vertus isolantes remarquables.
  • Dispositif de filtrage des eaux polluées…

Ces projets ont fait l’objet d’un suivi et d’un accompagnement. Certains ont pu lever des fonds ou se financer. L’un d’entre eux a été abandonné par ses porteurs, faute d’avoir réuni les fonds suffisants.

Quels conseils donneriez-vous aux startups qui souhaiteraient vous proposer un dossier ?

Nous leur suggérons de ne pas hésiter à nous solliciter en venant dans un état d’esprit ouvert car les solutions aux défis qu’elles doivent relever ne sont pas toujours celles envisagées initialement. Le développement des jeunes pousses ne passe pas seulement par un apport de fonds. Nous le répétons : le financement est une conséquence d’un bon projet et non son préalable.

***

Un article de notre dossier Business Angels et financement de startups

(c) ill. Shutterstock – Dandelion seeds in the morning sunlight blowing away across a fresh green background

avatar
Planneur stratégique. Profil de Serge-Henri Saint-Michel et articles publiés.


Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>