Business model et développement des ventes, le cas Qobuz

Le business model des abonnements en streaming de musique dans le futur c'est la segmentation... Interview d Yves Riesel, co-fondateur de Qobuz

Qobuz se positionne comme le premier service de musique en ligne mondial 100% orienté qualité : qualité du son, qualité de l’expérience rédactionnelle, qualité des métadonnées.

Précisions avec Yves Riesel, Président et co-fondateur de l’entreprise.

Quelle est la proposition de valeur de Qobuz ? Les bénéfices proposés aux consommateurs ?

Le business model des abonnements en streaming de musique dans le futur c'est la segmentation... Interview d Yves Riesel, co-fondateur de Qobuz

"Le business model des abonnements en streaming de musique dans le futur c'est la segmentation !"

Un périmètre fonctionnel totalement similaire à ses meilleurs concurrents en termes d’usage, et en plus, toujours la meilleure qualité audio disponible sur tous les catalogues et sur tous les répertoires, que ce soit en streaming ou que ce soit en téléchargement. Qobuz est le seul site qui offre l’ensemble de son catalogue en « Vraie Qualité CD » 16 Bits / 44,1 kHz c’est à dire similaire à celle du CD en streaming et téléchargement. Mais Qobuz propose aussi un catalogue vaste en qualité « Studio masters ». le Studio Masters correspond à la Très Haute Définition, et un encodage 24 Bits / 96 kHz et supérieurs. Cette qualité de son, destinées aux audiophiles quelle que soit leur préférence musicale, est supérieure à celle du CD et même à celle du SACD. Et bientôt Qobuz proposera du 5.1 Wave !

En quoi est-ce différent de la concurrence ?

La concurrence, à l’exception de certains sites audiophiles dont le répertoire est en revanche très limité, vend des formats compressés sans aucun remord depuis dix ans. C’est à la fois un crime contre les oreilles de nos contemporains, et une erreur marketing puisque ces fichiers sont inférieurs ou égaux à ce que les gens s’échangent sur Internet sans payer. D’autre part, Qobuz est un site qui a été créé par des professionnels de la musique désireux d’élever les standards de la musique en ligne et de satisfaire les passionnés de musique – pas par des publicitaires pour engranger des millions et faire du NRJ.

Quel est le business model du site, en particulier son modèle de revenus ?

Le client « Qobuz abonnement » est assez atypique parce que non seulement il paie son abonnement assez cher (13 ou 29 euros) mais *en plus* il télécharge. Pourquoi ? Parce que le client 13 euros, si à la base il n’a aucun intérêt à télécharger à l’acte de la qualité compressée déjà disponible dans le cadre de ses playlists offline, a sur Qobuz la possibilité de télécharger les albums auxquels il tient en Vraie Qualité Cd ou même en Qualité Qobuz Studio Masters. Il y a donc une vraie logique de valeur pour ce client comme pour l’abonné à 29 euro qui dispose du streaming et du téléchargement offline Vraie Qualité CD : avec son abonnement il goûte, mais dans de tres bonnes conditions – et il peut acheter en téléchargement définitif une version de qualité sonore exceptionnelle. L’abonné Qobuz a donc un ARPU tres élevé.

Par ailleurs les revenus de Qobuz sont aussi publicitaires (publicité musicale spécialisée), et enfin Qobuz va désormais proposer à ses abonnés des offres de produits physiques dans l’univers de la musique avec des propositions particulièrement intéressantes.

Comment en êtes-vous venus à la conclusion que seul ce business model pouvait être efficace ?

Yves Riesel, co-fondateur de Qobuz

Yves Riesel, co-fondateur de Qobuz

Ce business model n’est pas le seul à pouvoir être efficace dans l’absolu, mais en tous cas il certainement le seul à être efficace pour permettre aux artistes, aux auteurs et aux producteurs de gagner leur vie, dès lors qu’ils ne sont pas dans la musique « mainstream ».

Les Business Models d’abonnements à 10 euro ne sont valables que pour la musique mainstream. La part de consommé donc payé aux répertoires en développement ou spécialisés sera toujours minuscule dans ses abonnements « populaires ». Dès lors les répertoires spécialisés  ne touchent quasiment rien.

Pour leur permettre de vivre, il faut soit offrir des abonnements avec tous les répertoires mais plus chers (ce que fait Qobuz), soit des abonnements spécialisés musicalement, mais qui présentent l’inconvénient de leur limitation en termes de répertoire, qui peut être frustrante. Les artistes et les producteurs n’ont pas intérêt à « donner » leur musique à ces abonnements bon marché car elle y sera consommée sans contrepartie par ceux là mêmes, moins nombreux, qui doivent les financer.

Le business model des abonnements dans le futur c’est la segmentation. Les abonnements populaires seront de plus en restreints en termes de catalogues proposés, un mouvement qui s’affirme actuellement.

Une fois votre business model validé et pérenne, comment envisagez-vous de développer vos ventes ?

Les procédés de recrutement ne peuvent pas être ceux du gratuit : le Freemium n’est pas une source de recrutement adéquate pour nous, avec des taux de désabonnement important dès lors que les prélèvements arrivent.

Nous recrutons actuellement en travaillant avec des partenaires dont les univers sont proches et complémentaires des nôtres.

Nous développons des partenariats avec de nombreux constructeurs en mettant à leur disposition notre API.
Nous développons surtout la notoriété de notre offre, enfin visible et reconnue, qui a été étouffée jusqu’à présent coincés que nous étions entre l’écrasant succès de iTunes sur le téléchargement à la carte qui a mis dans le fossé toutes les autres offres, et les mensonges de Deezer sur le streaming gratuit.

Aujourd’hui, les offres d’abonnements payants sont clairement établies comme le principal modèle de monétisation futur – mais pas le seul : notre offre apparait au moment où ces offres commencent à se qualifier et à se segmenter. Le téléchargement sur Qobuz marche très bien et progresse de 30 à 40% d’un mois sur l’autre ; maintenant les abonnements streaming vont suivre cette tendance. Les tout-premiers chiffres des abonnements à 29 euro sont très encourageants.

Dossier E-commerce, comment développer ses ventes sur Internet

Panorama de l’e-commerce

Développement de business en ligne : réseaux sociaux et mobile

Email et accroissement des ventes de sites e-commerce

Retour vers le futur

avatar
Planneur stratégique. Profil de Serge-Henri Saint-Michel et articles publiés.


Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>