De la communication d influence… à la transfluence

Relations publics RP : oublions la communication d'influence et passons à la transfluence, pour jouer plus humainement sur les interstices des marques.

Le terme d’influence rime avec violence, emprise, pouvoir, prestige, puissance ; il semble rénover la propagande et flanque le mot communication d’un adjuvant rénovateur. Il « fait bien », sonne important et stratégique.

Oublions la communication d’influence, parlons de transfluence, dans laquelle le message est trans-mis, donc placé dans les mains d’un interlocuteur qui, à son tour, le retransmettra après l’avoir modifié et dissout, tel le morceau de cire de Descartes. La transfluence dépasse donc le marquage (branding) originel, l’empreinte, de la cire-message pris en exemple par Aristote. Elle s’intéresse au principe même de dissolution.

La transfluence se nourrit de plasticité sur laquelle repose toute logique de sensation. En somme, la transfluence sera l’objectif des marques interstitielles : transmettre pour être modelé, adapté en fonction des caractéristiques cognitives et sensorielles des récepteurs. Sans trans, pas d’au-delà, pas de passage, pas de changement qui coule de source, « qui coule dans », qui in-fluence.

Le nouveau consultant RP jouera avec les interstices

Les consultants RP seront des transfluenceurs. Ils sauront dévoiler sans affirmer, révéler sans exposer, permettant à leurs interlocuteurs d’agir non mécaniquement, mais réflexivement, non sous la pression, mais après un libre-arbitre humain.

A force de messages, d’informations et de sursollicitations, notre attention s’érode.Vieille comme Hérode, cette remarque remet en selle la pensée de Pythagore : les révolutions des astres produisent un « céleste concert ». Si nous ne les entendons pas, c’est que nous y sommes habitués depuis notre enfance. Les nouvelles missions « sensationnelles » du consultant RP seront de nous révéler ces bruits mécaniques et de jouer avec de nombreux interstices oxymoriques : segmenter et couvrir une cible, débanaliser l’événement, agir pour le futur, penser l’action, creuser les discours.

En somme, marques, agences et consultants auront compris que leurs rêves, leurs actes, leurs entre-deux, peuvent nous intéresser, pas leur nombril, au centre. Alors, certainement, les médias et les transfluencés s’intéresseront aux marques, toutes filles –naturelles- de Pythéas : scientifique, géographe, innovateur, humain, aventurier. Et génial.

***

Un article de notre dossier Influence

(c) ill. Shutterstock

avatar
Planneur stratégique. Profil de Serge-Henri Saint-Michel et articles publiés.


1 commentaire

  1. avatar

    Adrianne

    10 octobre 2016 at 16:49

    La transfluence certes sera l’objectif des marques interstitielles.

Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>