Notre accès à internet est-il menacé ?

La question de la neutralité du net peut paraître obscure, elle est pourtant directement liée à l’avenir de nos libertés sur la toile.

La question de la neutralité du net peut paraître obscure, elle est pourtant directement liée à l’avenir de nos libertés sur la toile.

La facilité d’accès au réseau internet a permis des possibilités nouvelles en termes de liberté d’expression, d’accès au savoir et d’innovation. Mais le manque de régulation d’internet peut être assimilé à une zone de non-droit dans laquelle personne ne peut contrôler ce qui s’échange. Les discours sur le filtrage du réseau se multiplient depuis la création d’internet, or son essence même est de reposer sur une libre circulation des données et un accès qui soient les mêmes pour tous.

Les contenus transitent sur internet par le biais des « tuyaux » que les FAI ont mis en place. Ces opérateurs garantissent aux différents acteurs de la toile, du simple internaute au géant du net, un traitement équitable des flux de leurs données en ligne.

Neutralité du net : un fait acquis aux USA

En février 2015, après avoir remis en question un an plus tôt la neutralité du net, le régulateur américain des télécoms (la FCC) a adopté, par trois voix contre deux, l’interdiction pour les fournisseurs de faire payer les utilisateurs du réseau en fonction des contenus qu’ils génèrent. Les géants du web et la prise de parole du président Barack Obama ont réussi à faire pencher la balance du côté de la protection de la neutralité du net. Sans cette décision, un internet à deux vitesses aurait bien pu voir le jour avec d’un côté de gros acteurs qui continueraient à emprunter les bandes passantes fluides contre rémunération des FAI et de l’autre les utilisateurs lambda qui auraient dû se contenter des bandes passantes parallèles plus lentes.

Maintenant que les FAI n’ont plus le droit de trier les contenus qui transitent sur la toile en fonction de la source, de la destination et surtout du contenu, pouvons nous estimer rassurer ? Pour autant la neutralité pour le consommateur et la protection de la liberté de parole sont-elles réellement totalement acquises ?

Les GAFA se gavent de bande passante

Dans les faits, les gros acteurs tels que Amazon, Google, Facebook, Netflix ont gagné le droit de continuer de s’accaparer une part de la bande passante, sans pour autant payer davantage. En effet, ces grands groupes génèrent des revenus colossaux alors que ce sont les opérateurs qui ont dû investir massivement pour la construction du réseau et qui doivent encore le faire aujourd’hui pour sa maintenance. Car si certains accusent les FAI de n’être motivés par rien d’autre que par la perspective de revenus supplémentaires, il n’empêche que la consommation en bande passante des gros producteurs de contenus n’a de cesse d’augmenter et que la capacité du réseau n’est pas sans limite.

Par ailleurs, la neutralité met en place l’instauration d’une barrière artificielle à l’entrée d’Internet et renforce le monopole des FAI qui gèrent actuellement le réseau. Les moyens financiers nécessaires pour délivrer des contenus de façon neutre sont tels qu’il est désormais difficile pour un nouveau FAI de venir proposer une alternative innovante. La neutralité du net, si elle favorise l’émergence de nouvelles entreprises créatrices de contenus, dans le même temps empêche l’apparition de nouveaux acteurs dans le secteur des FAI. Le protectionnisme de l’Etat fait d’internet un bien public (comme le sont actuellement l’eau, l’électricité et le gaz), ce qui à terme favorise les monopoles d’entreprises.

La neutralité du net est ainsi largement soutenue par les acteurs majeurs de la production de contenus et par le gouvernement américain mais leurs intérêts premiers sont-ils vraiment la défense des libertés des citoyens ? Les fournisseurs de contenus ne seraient-ils pas motivés en priorité par la défense de leurs intérêts financiers ? Est-ce le rôle du gouvernement américain de réguler internet, lui qui a déjà montré par le passé sa volonté de surveiller et de réguler nos agissements sans s’embarrasser des libertés et des droits de ses concitoyens ?

A qui profite la (non) neutralité du net ?

La neutralité du net semble pouvoir défendre les petits producteurs du net de leur disparition et protéger le porte monnaie et les libertés des utilisateurs. Cela paraît trop beau et il ne faudrait pas oublier que l’Etat qui s’instigue en défenseur de la liberté et de l’égalité est celui là même qui est régulièrement impliqué dans des affaires de financements obscurs en provenance de puissances financières.

La défense de la neutralité du net est apparue comme la réponse pour contrer un hypothétique scénario, où les fournisseurs de contenus chercheraient à augmenter le prix de leurs offres (afin de répercuter sur les consommateurs ces nouvelles dépenses) et où les FAI imposeraient des forfaits selon nos usages. Cette théorie n’est pas totalement infondée et a le mérite de défendre une position. Car toute la question est là : prendre parti pour ou contre la neutralité du net est une exigence.

Le consommateur doit s’intéresser aux enjeux qui entourent la question de la neutralité du net s’il ne veut pas être manipulé. Internet est un des derniers espaces de liberté d’expression qui donne à un simple utilisateur la possibilité de créer du contenu ou de commenter l’information qu’on lui propose. Or faute de relais dans les médias traditionnels et en raison de la complexité du problème, force est de constater que la majorité du grand public ignore ce qui se joue dans le débat autour de la neutralité du net. C’est pour cela qu’une prise de conscience de la part des citoyens est nécessaire, afin qu’ils soient capables de se mobiliser autour de ce type de questions. Cette prise de conscience est dans leur intérêt s’ils souhaitent qu’internet reste un espace d’investigation, de divertissement et de création.

Auteur : Nicolas Royer

***

Un article de notre dossier Consommation, aliénation, libération

Sources de l’article :

  • http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/05/19/neutralite-du-net-de-quoi-parle-t-on_4420338_4355770.html
  • https://www.contrepoints.org/2015/09/11/221323-liberte-du-net-contre-neutralite-du-net
  • http://rue89.nouvelobs.com/2015/02/26/neutralite-net-cest-important-cest-chiant-preuve-videos-257923
  • http://www.liberation.fr/futurs/2016/03/03/respect-my-net-la-neutralite-du-net-sous-surveillance-citoyenne_1437226
  • http://www.dominique-rabeuf.com/net-neutrality/Etudiants-Chercheurs/Samuel_Go%C3%A9ta.pdf
  • http://meta-media.fr/2014/04/27/neutralite-du-net-il-est-temps-daffirmer-que-cest-un-droit-fondamental.html
  • http://www.numerama.com/magazine/32119-la-neutralite-du-net-remporte-une-victoire-aux-etats-unis.html
  • https://www.contrepoints.org/2015/03/02/199781-une-neutralite-du-net-pas-tres-nette

(c) ill. Shutterstock

avatar
ISCPA Paris. Profil de l'ISCPA et articles publiés.


Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>