Faites de la météo et du climat vos meilleurs alliés marketing !

Meteo - credit : rawku5
Meteo - credit : rawku5

Meteo - credit : rawku5

Météo et Marketing ? Gadget ou discipline à part entière ? En tout cas si la météo et le climat influencent 30% a 70% du PIB Mondial comme l’affirment les experts du Département du Commerce des Etats-Unis, force est de constater que le Météo-Marketing n’est encore que peu développé mais a le vent en poupe.

Deux thématiques liées à la météo sont au centre du Météo marketing : l’influence de la météo sur le comportement des consommateurs et les modifications des habitudes de consommation liées au contexte de changement climatique.

C’est donc ces deux thématiques que j’ai choisi d’animer sur ces pages au cours des prochains mois pour répondre à l’invitation des créateurs de marketing-professionnel.fr

La demande climat peut atteindre parfois 80% des ventes mensuelles

Il ne fait aucun doute que parmi les facteurs qui influencent les comportements des consommateurs les conditions météo jouent un rôle prépondérant. Nous avons tous en tête des exemples issus de nos expériences personnelles : s’il fait chaud on achète une glace ou un soda et on délaisse le chocolat, s’il pleut on va au cinéma et on déserte les parcs d’attraction.

Pourtant rares sont les marketeurs qui prennent en compte précisément la météo dans l’analyse de leur marché et leur opérations de communications alors que les enjeux sont évidents. C’est bien entendu sur les produits saisonniers que l’effet météo est particulièrement visible puisqu’il est capable de fortement moduler les trois paramètres clés d’une saison : le démarrage, le pic, et la fin. La composante climatique va donc faire fluctuer la demande d’un produit générant au final de « bonnes » ou de « mauvaises » saisons de ventes.

Dans les deux cas les aléas météo vont venir brouiller la vision que l’on peut avoir d’un marché, de la performance du produit et celle de l’entreprise puisque la demande climat peut atteindre parfois 80% des ventes mensuelles ! Comprendre, prévoir et assurer sont les leviers aujourd’hui disponibles pour intégrer les aléas météo dans les décisions opérationnelles d’un service marketing.

Le changement climatique, préoccupation majeure des européens et des consommateurs

Quant aux modifications des habitudes des consommateurs liées au changement climatique la aussi, il me semble, je n’ai besoin de convaincre personne vu la prolifération de la métrique des rejets de CO2 ou « empreinte carbone » sur des produits et services de grande consommation.

Cette tendance ne peut que s’accentuer car le changement climatique est une des préoccupations majeures des européens (lire par exemple le sondage réalisé par la commission européenne « Europeans’ attitudes towardsclimate change« ) en tant que consommateurs mais aussi celle des investisseurs institutionnels qui possèdent les fleurons du CAC40, SBF120 et autres FT500 (lire par exemple le rapport France du CarbonDisclosure Project).

Les entreprises vont donc se retrouver sous un feu croisé entre la pression des consommateurs et des actionnaires avec des conséquences aussi bien en terme de marketing opérationnel que communication extrafinancière (n’est ce pas du marketing ?).

Beaucoup de matière donc a traiter dans ces pages météo marketing que je m’efforcerai d’animer avec le plus grand plaisir.

Bon vent et à très bientôt !



3 commentaires

  1. avatar

    jeanne couprat

    18 novembre 2008 at 10:34

    ça marche aussi pour le marché de la planche à voile et du surf ?
    Ou uniquement pour l’alimentaire ?
    Cette approche explique-t-elle aussi la tempête dans nos assiette évoquée par l’article sur la restauration ?

  2. avatar

    Harilaos Loukos

    20 novembre 2008 at 1:05

    Si les ventes présentent une saisonnalité l’influence de la météo est probable…. Cela ne concerne pas uniquement l’agroalimentaire mais l’ensemble des produits de consommation au sens le plus large …

    Dans le cas précis du marché windsurf/surf difficile à dire sans analyser les données de ventes …. les possibilités sont nombreuses, par exemple la décision d’achat même peut ne pas dépendre de la météo (« j’achète au printemps pour cet été ») mais la fréquentation du magasin oui (« j’y vais quand il pleut ») …

    hl

    PS: pour votre point sur la restauration merci d’indiquer le lien de l’article en question

  3. avatar

    Nathalie

    19 octobre 2009 at 14:53

    Votre article m’intéresse au plus haut point mais je constate qu’il remonte à 2008 y a t’il eu d’autres articles liés au marketing météo?

Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>