Internet mobile : l’avènement du « touriste-mobinaute » ?

Internet mobile, le touriste mobinaute

Plantons le décor…

On entend par « Internet Mobile » tout service ou fonctionnalité nécessitant une connexion internet depuis un appareil mobile.

Internet mobile, le touriste mobinaute

Internet mobile, le touriste mobinaute

Entre janvier et mars 2008, la France a recensé 11,3 millions de personnes (de 11 ans et plus) s’étant connectées à l’Internet Mobile. Avec ce chiffre, la France affiche une franche progression avec une augmentation de 600.000 mobinautes par rapport à la même période l’année dernière et les derniers chiffres publiés pour le 1er semestre 2008 nous apprennent que les mobinautes passent une journée de plus connectés avec un temps de connexion s’élevant à 7,6 jours pour les mois de mars-avril 2008.

Comme au temps du développement des premiers sites internet, il y a fort à parier que si une industrie doit rapidement s’intéresser à ce nouveau moyen de communication et de commercialisation, c’est bien l’industrie du tourisme ! Si les touristes-consommateurs se mettent vraiment à utiliser ce mode de communication, l’offre touristique va devoir s’y adapter rapidement.

La plupart des experts prédisent une explosion de l’internet mobile, mais pas à très court terme, plutôt dans les 2 à 3 ans).

En effet, il existe encore trois niveaux de blocage: le financier, le technique et les contenus.

Au niveau financier, le blocage est clair

Pour tout un chacun des consommateurs et des touristes que nous sommes tous, il peut revenir très cher d’utiliser intensivement sa connexion mobile pour surfer sur Internet.
Les offres des opérateurs ne sont pas encore adaptées à ce comportement et le blocage de la « facture mensuelle » est bien réel.

Pour autant les dernières statistiques sur les « mobinautes » montrent que les récentes offres des opérateurs de téléphonie mobile (qui commencent à mettre sur le marché des offres « tout compris » ou « illimitées » incluant ou rendant financièrement accessibles les services d’Internet Mobile) produisent clairement leurs effets.

Ce phénomène n’est pas s’en rappeler les débuts des abonnements internet « classiques » (les « 30 heures », les « 50 heures » mensuelles…) et l’apparition subite de l’illimité à coût réduit avec des opérateurs comme Free. D’ailleurs, qui a présenté sa candidature pour être le 4ème opérateur français à disposer d’une licence 3G ? Iliad, la maison mère de Free… à suivre !

Au niveau technique, le blocage est double

Tout d’abord, et tout simplement, pour profiter confortablement de l’internet mobile il faut disposer d’un appareil qui le permette (réception 3G, ergonomie de l’appareil, taille de l’écran, navigateur web…).
L’histoire montre toutefois que ce point est un faux problème, les évolutions techniques s’adaptent très rapidement à la demande : Samsung sort un nouveau modèle de téléphonie mobile tous les deux jours…
Plus difficile à résoudre est le problème de la qualité et de la performance du réseau auquel est connecté notre « touriste mobinaute » au cours de son surf électronique…

Les couvertures 3G et 3G+ se limitent en France aux agglomérations et aux grands axes de communication, certes ce sont là les principaux bassins de clientèles touristiques mais l’utilisation de l’internet mobile pour le touriste ne se conçoit pas ainsi.

Le « touriste mobile » aura principalement une utilisation « pratique » et « dernière minute » de son internet mobile : par exemple, en train de bronzer sur un plage il souhaitera avoir la liste de toutes animations de la soirée dans un rayon de 15km et pour cela se connectera par exemple au site de l’office de tourisme le plus proche.

La qualité de la couverture 3G peut à ce moment là poser un problème, mais certainement qu’avec le temps cette problématique se résoudra peu à peu.

Enfin, le principal blocage concerne les contenus

Actuellement dans le tourisme l’offre est quasi inexistante sur l’internet mobile, et lorsque l’on trouve quelques tentatives elles ne sont pas forcément adaptées aux attentes et aux comportements des « touristes mobinautes ».
L’erreur la plus classique consiste à essayer de « dupliquer » son site internet dans une version allégée destinée à l’internet mobile : c’est clairement une erreur !
L’internet mobile est un tout autre média que l’internet classique et y développer un site demande un travail de préparation bien spécifique (et des travaux de réalisation également spécifiques) afin qu’il apporte vraiment les services attendus par les utilisateurs finaux.
Pour information, si vous avez développé un site pour l’internet mobile ou si vous voulez tester le niveau de visibilité de votre site actuel sur un téléphone mobile, vous pouvez utiliser le site Mobi Ready Report.

Actuellement en France, le site web « Tourisme et Voyage » le plus important (en terme de trafic et de chiffre d’affaires) est « www.voyages-sncf.com ». A cet égard il est très intéressant d’analyser comparativement leur site web « classique » et leur nouveau site mobile « http://beta.sncf.mobi/ » afin d’y détecter la stratégie marketing développée sur ce nouveau média.

Et la visibilité d’un site touristique mobile ?

Comme pour un site web « classique », le professionnel du tourisme qui aura développé un site web « mobile » va rapidement se poser la question de sa visibilité.
Actuellement deux grandes stratégies existent, les « Gallery » et le « Off Portal ».
Les opérateurs disposent historiquement du contrôle de la très stratégique page d’accès à l’internet mobile : en maîtrisant cette page, ils drainent l’essentiel du trafic mobile naissant sur leur portail et ils y proposent alors une multitude de services « premium » qu’ils contrôlent ou coéditent avec des éditeurs spécialisés dans leur « Gallery ».
Les portails des opérateurs et les « Gallery » trustent aujourd’hui la quasi intégralité du trafic mobile français (soit environ 85%) mais il existe un espace web mobile ouvert : le « off portal » où chacun peut librement créer un site mobile.
Toutefois, vu le développement et la démocratisation de l’utilisation de l’internet mobile, la logique du « Off Portal » devrait prévaloir à court terme et c’est certainement dans cet esprit que les professionnels du tourisme doivent penser leurs futurs sites web mobile.

avatar
4V


Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>