Sur la route du Machu Pichu : les rails dorés de Perurail

Accès au Machu Pichu au Pérou : les tarifs du train atteignent les sommets. Découvrez un monopole européen en territoire Inca !

A quelques kilomètres de Cuzco, petite ville péruvienne fréquentée par des milliers de touristes se trouve le Machu Pichu, merveille archéologique du temps inca. Véritable moteur touristique et économique du Pérou, le Machu Pichu attire tous les jours entre 2000 et 4000 personnes selon la saison. Sa notoriété touristique mondiale a entraîné un développement extraordinaire tout autour. De Cuzco à Aguas Calientes, petit village au pied du site, la machine inca fait vivre plus de 200 000 personnes. Un large réseau d’infrastructures touristiques a vu le jour ces dernières années. On y trouve aisément un grand choix d’hôtels luxueux et de restaurants branchés, à quelques kilomètres seulement de villages très simples. A lui seul, les bénéfices du Machu Pichu représentent près de 90% des revenus touristiques du Pérou.

Accès au Machu Pichu : les tarifs du train atteignent les sommets !

Pour se rendre à Aguas Calientes, le village d’où on peut accéder au site, un seul moyen de transport, une seule route : le rail, et pas n’importe lequel. Perurail détient le monopole sur le transport vers le Machu Pichu. Pour s’y rendre, les touristes n’ont d’autres choix que de payer, au prix fort, un billet de train en 1ere classe. Il n’y a pas vraiment de 1ere classe mais c’est tout comme puisque le touriste lambda peut rarement choisir sa place. Il prend ce qu’il reste et au prix qu’on lui propose. Aucun touriste passant par le Pérou ne pourra manquer le Machu Pichu, spot touristique incontournable.

Accès au Machu Pichu au Pérou : les tarifs du train atteignent les sommets. Découvrez un monopole européen en territoire Inca !

Accès au Machu Pichu au Pérou : les tarifs du train atteignent les sommets à cause d'un monopole européen en territoire Inca !

Perurail l’a compris et pratique des prix dépassant l’entendement. Pour un trajet depuis Cuzco-Aguas Calientes, le tarif oscille entre 30 et 64 $ pour un aller simple (4h de trajet), en fonction de l’heure de la journée et de l’anticipation de la réservation. Alors que l’entrée du Machu Pichu ne coûte pas moins de 40 $, il vaut mieux s’organiser bien en amont pour ne pas payer le double, voire le triple pour s’y rendre. Pour les plus fortunés, la compagnie propose des trains encore plus chers dont un véritable Orient Express, qui, pour pas moins de 300 $, vous régale à bord d’un wagon ultra luxueux et grand chef à bord.

En embarquant dans un train standard, la file se sépare en deux, les locaux dans un wagon basique avec sièges inclinés à 90° et les touristes, dans un autre, plus spacieux, plus blanc, larges sièges, service restauration et Michael Jackson en bande sonore. On se croirait dans un des wagons de Jurassik Park ou Disneyland, aucunement sur la route de la montagne sacrée des Incas.

Un monopole européen en territoire Inca !

La question qui se pose alors paraît évidente. Pourquoi n’y a-t-il pas de routes alternatives au coûteux train ? Selon les professionnels du tourisme interrogés à Cuzco, la société ferroviaire initialement péruvienne a été rachetée par le groupe Orient Express il y a une vingtaine d’années. Grâce à des accords passés avec l’Etat, il détient désormais le monopole du transport vers le Machu Pichu. Contre la promesse de ne pas faire construire de routes, la société verserait un tout petit pourcentage de ses bénéfices au gouvernement péruvien. En attendant, les habitants de la région sont privés de routes par lesquelles leurs déplacements seraient évidemment facilités et les touristes engraissent la grosse locomotive européenne.

Perurail n’a donc pas fini d’encaisser les dollars du Machu Pichu. Les élections péruviennes, qui devraient se clore dans les prochaines semaines pourraient-elles faire bouger un peu les choses? Rien n’ est moins sûr. A suivre….

A lire sur Marketing Professionnel



3 commentaires

  1. avatar

    david

    18 mai 2011 at 11:32

    Mais les péruviens de la région de Cuzco ne payent pas ce prix la, il y a un tarif résident et un tarif touristes …

  2. avatar

    Louise Racine

    18 mai 2011 at 15:27

    Effectivement oui, ils payent un prix très réduit mais sont aussi en classe très « cheap ». Evidemment que les péruviens n’ont pas à subir ces prix exorbitants mais ils subissent néanmoins l’absence de route et la contrainte de prendre… ce train et pas un autre.

  3. avatar

    david

    23 mai 2011 at 7:52

    Il existe en fait une route, mais elle s’arrete en bas de Aguas Calientes, il faut prendre un train, pour monté au village.
    Il est possible de prendre des minivas qui vont sur les petits chemins , afin de s’y rendre, ca diminue considérablement le cout du transport.
    Quand a la class Cheap qu’utilise les Peruviens … elle reste suffisante pour le peu de trajet que cela représente.

Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>