Demain, je cuisine connecté !

Objets connectés, IoT Utopie ou réalité, à quoi pourra bien ressembler la cuisine de demain ?

Utopie ou réalité, à quoi pourra bien ressembler la cuisine de demain ?

Comme tous les matins, le réveil de Marc, 31 ans, Directeur artistique dans une petite agence de publicité, sonne à 8h15 précises. Comme tous les matins en l’éteignant, Marc lance sa cafetière depuis son application mobile, pour que son café soit prêt à sa sortie de la douche.

Ce soir il a invité Emma, sa compagne depuis peu, à venir diner à la maison. Il l’apprécie vraiment et il va devoir l’épater pour lui montrer qu’il tient à elle, il le sait.

Alors qu’il n’est même pas encore descendu à la cuisine, il peut déjà vérifier ce qu’il reste dans son réfrigérateur, il sait aussi ce qu’il peut préparer avec cela et quoi acheter pour créer de nouvelles recettes. Nul besoin de l’ouvrir, tout n’est que succession de commande vocales pour que la liste du contenu de celui-ci apparaisse sur son bracelet connecté. Par chance le réfrigérateur est encore plein. Sur la route pour aller au travail il programme d’avance son four pour que celui-ci se mette à préchauffer à 19h20.

La cuisine connectée : une cuisine qui vous veut du bien

Le soir une fois rentré chez lui, il peut se hâter à la préparation du repas. Grâce à sa nouvelle poêle munie de capteurs et son doseur bluetooth, plus besoin de regarder Top Chef ou Master chef pour bien gérer la cuisson de son steak et respecter les bonnes quantités. Emma est arrivée, c’est l’occasion pour lui de lui concocter un cocktail à l’aide de son shaker relié à son téléphone. Le shaker lui permet de mettre les bons ingrédients au bon moment grâce à un signal sonore. Le repas suit son cours, il lui explique comment il a lui-même tout préparé de A à Z. Une fois le dîner terminé, il lance le démarrage du lave-vaisselle à distance, alors qu’il est encore à table avec Emma, qui, impressionnée, n’a plus qu’une idée en tête : faire de Marc son dessert.

Les entreprises mettent les petits plats dans les grands

A moins d’avoir vécu durant les dix dernières années sous un rocher, vous avez forcément dû remarquer l’importance qu’ont pris la cuisine et la connectivité dans notre quotidien.

Nous nous retrouvons à consommer des produits auxquels nous n’aurions même pas pensé, et dont on n’aurait pas vu l’utilité il y a quelques années encore.

La société dans laquelle nous vivons nous pousse sans cesse à la consommation et paradoxalement nous dit de faire attention aux addictions, nous répète de faire attention à notre alimentation, pas trop de gras, pas trop de sucré ou de salé, de bien veiller à manger cinq fruits et légumes par jour, de surveiller la qualité des produits que l’on consomme…

Cela demande du temps et une certaine connaissance des produits et si comme moi vous n’y connaissez rien, l’exercice devient tout de suite un peu plus compliqué. C’est la raison pour laquelle les objets connectés de la cuisine sont devenus nos nouveaux partenaires au quotidien.

Manger c’est bien, mais manger bien, c’est mieux. Tout le monde n’a pas forcément le temps, l’envie ou même assez de connaissance pour passer plus d’une heure derrière les fourneaux. Les entreprises l’ont bien compris.

La cuisine constitue aujourd’hui une vraie mine d’or pour les grandes entreprises, les enseignes de grande distribution, tout comme pour les start-up qui ont trouvé dans les objets connectés un moyen de se lancer, de se réinventer ; une vraie valeur économique pour eux. Si l’on regarde de plus près, chaque étape de la cuisine, que ce soit les courses, la préparation ou le repas en lui-même, sont toutes des terrains sur lesquels les entreprises misent de plus en plus. Ce qui a été le cas pour le géant de l’électroménager SEB qui a su surfer sur la tendance pour renouveler son image de marque. Ce qui lui a permis de faire évoluer sa gamme de produits pour pouvoir se mettre au goût du jour et ainsi toucher une cible plus large.

En plus de trouver de nouveaux clients, les objets connectés de la cuisine permettent surtout aux entreprises de pouvoir collecter plus de données sur leurs clients actuels, que ce soit en termes d’informations à propos de leurs caractéristiques de “base” (sexe, âge, localisation…) pour arriver à des données beaucoup plus pointues sur les habitudes de consommation des utilisateurs, par exemple : la fréquence à laquelle un individu fait ses courses, en quelles quantités, les produits et surtout les marques qu’il achète. Une vrai plus value pour pouvoir optimiser au mieux le Customer Relationship Management.

Les Objets Connectés mettent les bouchées doubles

D’après une étude de Xerfi, en 2016 le marché des objets connectés pourrait atteindre les 500 millions d’euros. Une projection qui laisse à penser que nous ne sommes pas arrivés au bout de nos surprises en termes d’innovation. Cela peut s’expliquer par la démocratisation des objets connectés dont le prix a considérablement baissé. Il sera bientôt possible de pouvoir connecter n’importe quelle application à un objet à des coûts très faibles. Ces objets sont plus présents dans notre quotidien et on peut s’apercevoir qu’en France, par exemple, 61% de la population possède un smartphone et 46% possède une tablette. Une aubaine pour les entreprises qui s’adaptent aux tendances actuelles. De fait, le marché se développe très rapidement et dès qu’un produit rencontre un certain succès, comme ce fût le cas avec la cafetière connectée, la plupart des sociétés concurrentes s’empressent de commercialiser leur propre version.

Selon une étude de Gartner en 2020 le nombre d’objets connectés à travers le monde se situera entre 50 et 80 milliards, contre 4.5 milliards aujourd’hui. La cuisine connectée a donc encore des réserves pour nous permettre de croquer la vie à pleines dents !

Auteure : Tracy Baku

***

Un article de notre dossier Marketing des objets connectés

Aller plus loin…

(c) ill. Shutterstock - Young woman standing in her kitchen

avatar
ISCPA Paris. Profil de l'ISCPA et articles publiés.


Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>