Cartes de fidélité dématérialisées sur mobile : l’efficacité au coin de la rue !

Fidall permet d'intégrer sur smartphone les cartes de fidélité de différentes enseignes et de pousser des offres promotionnelles géolocalisées auprès des détenteurs de cartes de fidélité. Le point sur le dispositif avec Yann Casanova, Fondateur de la structure

Intégrer sur smartphone les cartes de fidélité de différentes enseignes et pousser des offres promotionnelles géolocalisées auprès des détenteurs de cartes de fidélité est désormais possible. Le point sur ce dispositif avec Yann Casanova, Fondateur de Fidall.

Quels avantages pour le client, les enseignes et les marques proposez-vous ?

Fidall permet d'intégrer sur smartphone les cartes de fidélité de différentes enseignes et de pousser des offres promotionnelles géolocalisées auprès des détenteurs de cartes de fidélité. Le point sur le dispositif avec Yann Casanova, Fondateur de la structure

L'intégration sur smartphone de cartes de fidélité multi-enseignes permet de pousser des offres promotionnelles géolocalisées

Notre appli mobile est gratuite pour ses utilisateurs, et leur offre plusieurs avantages. D’abord le fait de toujours avoir sur eux leurs cartes de fidélité puisqu’elles peuvent toutes être enregistrées dans leurs mobiles.

Nous permettons aussi la consultation de soldes de points ou Miles de nombreuses cartes.

Mais nous proposons surtout deux services à valeur ajoutée uniques : la possibilité d’adhérer automatiquement à de nouvelles cartes de fidélité, sans avoir à remplir le sempiternel formulaire papier ou attendre de recevoir la carte plastique ; la diffusion de mCoupons ou Bons Plans correspondant aux cartes de fidélité possédées par les utilisateurs, donc en réelle adéquation avec leurs attentes.

Pour les enseignes, nous considérons le mobile comme un nouveau canal de recrutement et d’acquisition, en facilitant le process d’adhésion à leurs cartes de fidélité. En utilisant Fidall pour communiquer auprès de leurs clients des offres de leurs programmes de fidélité, les enseignes peuvent alors cibler une partie additionnelle de leurs clients qu’elles ne peuvent pas forcément atteindre par d’autres canaux.

Nous permettons aux marques de communiquer auprès de leurs clients finaux avec une qualité de ciblage inégalée : il ne s’agit pas d’adresser par exemple une femme de 35 ans intéressée par la beauté ou un homme de 30 ans qui déclare aimer le sport, mais un client actif et fidèle d’une enseigne comme Sephora ou Décathlon.

Comment concilier moins d’intrusion et plus d’efficacité ?

Si vous enregistrez une carte de fidélité Casino ou Nicolas dans votre mobile, c’est que vous avez forcément un de ces points de vente à proximité de votre domicile ou lieu de travail. De fait, la géolocalisation est induite. Par conséquent, et contrairement à de nombreuses applis qui diffusent des milliers de deals sur seul critère de géolocalisation, Fidall ne pousse des offres qu’à partir du moment ou elles correspondent à des cartes de fidélité possédées par le destinataire.

Ce qui évite effectivement tout risque d’intrusion ou de sentiment de Spam puisque la première raison pour laquelle on adhère à un programme de fidélité est justement pour recevoir les offres promotionnelles correspondantes.

Ce positionnement nous permet aujourd’hui d’obtenir des taux de lecture des offres diffusées de plus de 60%, mais surtout des taux de transformation (offre lue Vs déplacement en point de vente avec acte d’achat) de plus de 7%. Le mobile devient alors un vrai vecteur de trafic en point de vente, avec un CA mesurable pour l’enseigne.

Récemment, nous avons diffusé des mCoupons (% de remises ou bons d’achat à valoir sur le montant final) pour des enseignes comme Norauto, Nocibé, Pimkie ou encore Nature et Découvertes, pour lequel le ROI a été largement positif

Yann Casanova, Fondateur de Fidall

Yann Casanova, Fondateur de Fidall

Couvrez-vous aussi des enseignes en GSA et GSS ?

Nous référençons effectivement tout type d’enseignes, à partir du moment ou elles possèdent une carte de fidélité.

La possibilité de faciliter l’adhésion aux clients est possible et identique pour les 2 types d’enseignes tout comme la fonctionnalité de diffusion d’offres promotionnelles ou de mCoupons.

La différence pour la GSA/GSS ou les distributeurs en général est que les marques qui y sont vendues peuvent s’adresser directement à leurs clients finaux en s’affranchissant de la contrainte distributeur.

Ainsi, une marque vendue en GSA/GSS a la garantie de pouvoir s’adresser à un consommateur qui se rend régulièrement dans le point de vente ou ses produits sont distribués. Et pas uniquement à un chasseur de prime qui se trouverait à proximité de la dite enseigne.

Quand pourra-t-on consulter via une interface unique les soldes de points de tous programmes de fidélité ?

Je ne sais pas si nous réussirons un jour à pouvoir offrir ce service pour toutes les centaines de cartes qui sont actuellement référencées, mais l’ajout de nouvelles cartes dont le solde est accessible se fera au gré des accords que nous mettrons en place avec les enseignes.

Plus largement, quels sont les points à surveiller pour mettre efficacement en place un dispositif de fidélisation et de promotion push sur smartphone ?

Nocibé, dématérialisation de la carte de fidélité sur téléphone mobile

Nocibé, dématérialisation de la carte de fidélité sur téléphone mobile

Je pense que les choses à surveiller sont la fréquence d’envoi et le type de message diffusés. Compte tenu du rapport que l’on a avec son mobile, une sur-sollicitation peut être mal perçue par l’utilisateur final. C’est pour cela qu’il faut se servir des fonctionnalités de notification push avec parcimonie, et pas à n’importe quelle heure. A titre d’exemple, les push que nous envoyons le sont exclusivement dans le créneau 10h-20h.

Ensuite, il ne faut pas croire que parce que l’on va diffuser via le mobile 10 bons de réduction à un de ses clients, il va tous les utiliser. Dans le cadre d’une CRM, les messages diffusés se doivent aussi d’avoir une certaine valeur ajoutée pour le client final. Cela peut être de l’info, du conseil ou même du reward.

L’interfaçage avec les SI des enseignes est de plus en plus simple. Même si le terminal final est le mobile, tout « passe » par l’intermédiaire de Webservices dont les enseignes sont largement équipées depuis l’avènement du web fixe.

Enfin, quels sont les coûts pour une marque qui souhaiterait utiliser vos services ?

Nous proposons des campagnes de CRM mobile à la performance, sans aucun frais ou cout fixe.
Les couts liés à l’acquisition (CPL) sont de 2€ par nouvel adhérent, ce qui revient en fait à environ 1,5€ à l’enseigne puisqu’elle fait l’économie du formulaire papier à imprimer et à saisir et de la carte plastique.
Pour ce qui concerne le cout lié à une campagne d’activation (envoi de mCoupons), il est basé sur un CPM de messages effectivement lus par le destinataire final (au delà du potentiel ciblé ou du nombre de Notification Push reçus). Ce CPM est de 500€ (soit 0,50€ par message effectivement lu par l’utilisateur) et peut être dégressif en fonction des volumes.

Dossier : Digital et points de vente physiques

Les aspects stratégiques du digital en point de vente

  • Digital en points de vente : un mille-feuille à la recette délicate. A l’ère du parcours client multi et cross-canal, quels sont les objectifs possibles et pertinents pour réussir l’intégration du digital en point de vente et comment aborder le sujet de manière globale ? Par Youmna Ovazza, Chief Digital Officer, Altavia
  • Le digital peut-il vraiment faire venir en magasin ? Oui, le digital génère du trafic en magasins ! Essentiellement via les réseaux sociaux, le téléphone mobile. Bilan de quelques dispositifs, exemples d’approches, par Elisabeth Exertier, co-présidente du club Adetem Performance Point de Vente et Directrice Générale du Site Marketing.
  • La révolution technologique dans les points de vente ne fait que commencer ! Depuis l’essor du web, à la fin des années 1990, et l’avènement du e-commerce, les points de vente ont très souvent été mis de côté en ce qui concerne les investissements technologiques, faisant figure de « parents pauvres » de la révolution Internet. Aujourd’hui, la seconde révolution du web est en marche avec la multiplication des devices « nomades ». Dans ce contexte, comment ont évolué les points de vente ? Quel est leur positionnement ? Par Yohan Stern, fondateur et dirigeant de Mail Metrics (Key Performance Group).
  • Le Digital au service du Retail, par la société ViewOn, adhérente de la Digital Media Association
    La combinaison des canaux web, mobiles et physiques donne aux solutions digitales un rôle prépondérant. Quels sont donc aujourd’hui ces outils digitaux ?
  • Distribution : les défis de l’omni canal. Face au développement du E Commerce et de l’omni canal, la distribution en général fait aujourd’hui face à une mutation profonde. Une mutation portée notamment par des innovations digitales multiples. Par Philippe Nobile, Senior Manager Grande Consommation, cabinet Kurt Salmon.

Les outils digitaux en points de vente réels

____________

Le dossier E-commerce, comment développer ses ventes sur Internet peut aussi vous intéresser !

Précédent Dossier : Planning Stratégique

avatar
Planneur stratégique. Profil de Serge-Henri Saint-Michel et articles publiés.


Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>