Explosion et fragmentation du marché du coaching en séduction

Une femme coach pour les hommes dont la vie sentimentale nécessitent un coup de fouet...

Le coaching en séduction, avant même d’avoir atteint son maximum de couverture, commence à se fragmenter, à se segmenter… De nouvelles cibles sont visées. Ainsi, de l’aveu même des coachs en séduction, ils aimeraient voir plus de femmes à leurs cours.

Femmes coachées, femmes coachs

Si quelques livres, comme « The Rules » se vendent bien (rupture de stock fréquente) qui aident les femmes à comprendre les hommes, il n’existe pas (encore) de coach pour les femmes. Les femmes attendent-elles qu’un homme viennent leur expliquer que nous venons de Mars ? (Cf. Les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus). C’est en tout cas le pari inverse qu’a pris et réussi une jeune anglaise, Kezia Noble, qui remporte le succès outre manche auprès des hommes à qui elle explique ce qui fait craquer les femmes (ses élèves doivent être ravi d’écouter ses conseils les «yeux dans les yeux»).

Une femme coach pour les hommes qui ont besoin d'un coup de fouet dans leur vie sentimentale

Une femme coach pour les hommes qui ont besoin d’un coup de fouet dans leur vie sentimentale

Livre de Kezia Noble

Cette exception faite, le marché reste donc à exploiter. Car la libéralisation de la femme en a laissé plus d’une sur le carreau. A ces célibatantes/célibattues endurcies qui cherchent l’amour et qui ont pour modèle (anglo-saxon) Bridget Jones (Le Journal de Bridget Jones), les filles de la série Sex and the city (Sex and the City), qui viendra en aide ?

Là encore une question culturelle peut-être puisque nos cousins Québecois, chez qui, paraît-il, les femmes sont plus «entreprenantes» que sous nos contrées latines sont parties prenantes de cessions de coaching mixtes. Marie-France Archibald propose ainsi à ses élèves hommes et femmes ni plus ni moins que « le vrai amour » (voir testimoniaux). Les autres vendraient-ils de la contrefaçon ? A moins que certains vendent de la drague et d’autres de l’amour… à l’image de Don Juan et de Casanova.

Coach séduction vs coach relation

L’approche des premiers est très directe, mécanique huilée, les packages vont d’ «accoster une inconnue dans la rue» à « comment flirter par sms» ou «comment conclure». De la psychologie comportementale à l’américaine orientée résultats, chiffres, mesures, bref du coaching. Ils touchent par contre à leurs limites lorsqu’il s’agit de faire vivre sur le long terme cette relation. On vous vend de la séduction pas de la relation. Pour le long terme le changement viendra de vous. Pour l’introspection aussi, car ce qu’on vous propose ici c’est d’entrer en action (voir interview de Remy, coach en séduction).

Pour certains, ce n’est pas assez «profond», et la cause de leur malheur est à chercher plus loin. C’est là que prennent le relais les coachs en «relationnel», à l’image de Florence Escaravage et sa méthode Love Intelligence, plus proches de la pensée européenne en psychologie. Ils sont aussi légions mais leur approche est moins brutale, plus longue aussi. Moins cher, pas sûr. On vous propose ainsi des modules aux noms plus doux : bilans de personnalité, bilan sentimental, test de personnalité, du «êtes vous prêt à l’amour» à «soignez vos blessures». Une psychothérapie qui ne cache pas son nom. La présence masculine écrasante dans le faire (coaching en séduction) laisse ici la place libre aux femmes dans la compréhension (coaching en amour). Conquête du monde extérieur versus compréhension de son monde intérieur. Les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus on vous l’avait bien dit.


//

Coachs en performances

Des coachs en entreprise pour augmenter les performances des équipes aux coachs en séduction pour augmenter les performances sexuelles il n’y a qu’un pas. Ceci n’est pas sans nous rappeler «l’extension du domaine de la lutte» de Michel Houellebecq, je cite : «En système sexuel parfaitement libéral, certains ont une vie érotique variée et excitante ; d’autres sont réduits à la masturbation et la solitude. Le libéralisme économique, c’est l’extension du domaine de la lutte, son extension à tous les âges de la vie et à toutes les classes de la société. De même, le libéralisme sexuel, c’est l’extension du domaine de la lutte, son extension à tous les âges de la vie et à toutes les classes de la société.» Ce n’est pas, que Michel Houellebecq me pardonne, le magazine Cosmopolitain qui le contredira avec son article bassement matériel «trouver l’amour combien ça coûte ?».

Coaching pour tous

Ceux pour qui les rapports hommes / femmes posent de réels problèmes verront dans ces coachs une alternative, certes coûteuse, mais salutaire. D’autres y trouveront une possibilité d’améliorer leur «performances relationnelles». Comme le coaching en entreprise, tantôt appelé à l’aide pour résoudre des crises, tantôt fonction support pour améliorer les performances des dirigeants ou des équipes. L’heure est à la performance et le couple n’échappe pas à cette vision du monde comme le montre le livre de ces deux journalistes américaines qui ont « trouvé » la recette des mariages réussis : gérer son couple comme une entreprise. Les économistes chargés de la lutte contre le chômage et les tribunaux de commerce apprécieront.

Signe d’une époque où le couple est devenu l’alpha et l’oméga de toute vie humaine réussie? Après le mariage pour tous, le coaching pour tous? Ce phénomène gagne en tout cas peu à peu le monde gay, signe d’un phénomène qui touche toutes les couches de la société (voir les interview de nos coachs en séduction Selim et Remy). Ainsi, si vous traînez du côté gay (voir les cœurs se serrer), vous y trouverez du coaching (en version bien plus gaie et cash) pour… devenir un bon coup. La performance, toujours la performance…

Lire notre Dossier Marketing des sites de rencontres

avatar
Consultant en communication. Profil de Ruben Uzan et articles publiés.


Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>