La misère marketing des sites de rencontres

Misère marketing des sites de rencontres

Stéphane Rose est l’auteur de Misère sexuelle, le livre noir des sites de rencontres, ouvrage caustique sur ce marché-Eldorado (pour certaines entreprises du moins). Il répond en exclusivité à nos questions, entre autres sur la gratuité et la segmentation des sites de rencontres, l’endogamie des relations, dans le cadre de notre dossier sur le Marketing des sites de rencontres

Misère marketing des sites de rencontres

Misère marketing des sites de rencontres

La gratuité réelle des sites de rencontres existe-t-elle ?

La majorité des sites de rencontres proposent une « inscription gratuite ». En cela ils ne mentent pas : l’inscription est effectivement gratuite, mais si l’on veut envoyer le moindre message, voire, dans certains cas, ne serait-ce que consulter les profils, il faut payer. Seule une infime minorité de sites permettent une utilisation gratuite et ne demandent de payer que pour quelques options pas vraiment nécessaires, comme OK Cupid, qui permet de bons résultats, et que je recommande. Mais c’est le seul. On en trouve certes quelques autres, mais ils sont tellement moches, mal fichus et mal fréquentés qu’à défaut de perdre son argent, on y perd assurément son temps.

A quoi peut conduire la tendance à l’ultra segmentation des sites de rencontres ?

A l’ultra-communautarisation, qui est d’ailleurs très dans l’air du temps. Ceci dit, n’allons pas non plus en déduire trop de conclusions sur d’éventuelles mutations sociétales : beaucoup de sites « spécialisés » existent car des entrepreneurs opportunistes essayent de rafler eux aussi leur part du gâteau, mais ils ne sont fréquentés par personne. Il n’y a qu’à s’y inscrire pour s’en rendre compte… A terme, cette ultra-segmentation conduira donc aussi, je pense, à lasser les utilisateurs, à leur donner leur sentiment que les sites de rencontres, c’est vraiment de l’arnaque, et à ne plus y mettre les pieds.

Est-il possible de s’affranchir des barrières qui entravent la rencontre en utilisant des moyens inspirés des techniques  marketing et communication ?

Stéphane Rose est l'auteur de Misère sexuelle, le livre noir des sites de rencontres

Stéphane Rose est l’auteur de Misère sexuelle, le livre noir des sites de rencontres

Absolument pas. Quand on n’est pas séduisant « dans la vraie vie », on ne l’est pas non plus sur des sites de rencontres. Et je suis convaincu que la séduction est une capacité directement liée à l’individu, et donc à son vécu, son expérience, et non pas liée à des tours de passe-passe inculqués par des prétendus coachs, qui ne font qu’exploiter opportunément le filon de la lose. Recourir au service d’un coach pour séduire, c’est comme gratter un billet de Tac-o-tac pour faire fortune. En outre, l’usage des sites de rencontres nous enseigne que les riches sortent avec les riches, les intellos avec les intellos, les gens de gauche avec les gens de gauche, etc. Le slogan « voyez plus grand pour vos rencontres » utilisé par Meetic cette année relève donc de la douce utopie.

Le phénomène de Net Dating assistant, avenir ou arnaque ?

Cela n’a rien d’une arnaque, car les gens qui proposent ces services jouent carte sur table : on sait ce qu’on achète si on sollicite leurs services. Mais je ne pense pas que ça puisse marcher. D’une manière générale, j’ai constaté (et les nombreux témoignages récoltés pour mon livre le confirment) que la principale source d’échecs sur les sites de rencontres est liée au mensonge : on ment sur son âge, sur son poids, sur son métier, sur la ville où on habite, sur ses véritables intentions… Et ces mensonges se retournent contre ceux qui les profèrent comme un boomerang au moment de la rencontre, en étant inévitablement révélés par la vérité de l’instant. Rencontrer quelqu’un que l’on n’a pas dragué en faisant croire que c’est le cas, c’est un peu le mensonge ultime, et donc l’assurance de passer pour un imposteur complet, c’est-à-dire pour l’inverse de quelqu’un de séduisant. A moins de tomber sur quelqu’un que la dissimulation excite, certes, mais il s’agit là d’une déviance peu commune, j’en ai peur ! Je veux bien croire que ça puisse marcher pour un plan cul d’un soir, mais pour une histoire plus longue, c’est voué à l’échec.

***

Lire notre dossier Sites de rencontres & Marketing




7 commentaires

  1. avatar

    Rencontre

    18 juin 2013 at 8:32

    …Et pourtant il y a des sites de rencontres qui sont vraiment sérieux et totalement gratuits… Je comprends bien qu’il soit impossible de tester tous les sites de rencontres du marché… Mais ça existe bel et bien !
    Comme dans tous les secteurs, il y a des gens sérieux et d’autres qui le sont moins…
    Cette personne recherche probablement à faire le buzz pour vendre son livre, c’est son droit et c’est de bonne guerre !

    PS : petit rappel pourt lui, le choix de la photo est un critère important sur un site de rencontre #conseilgratuit

    • avatar

      Serge-Henri Saint-Michel

      18 juin 2013 at 13:07

      Bonjour, je comprends mal « petit rappel pour lui, le choix de la photo est un critère important sur un site de rencontre ». Pique à l’attention de notre interviewé ?

  2. avatar

    Body

    3 juillet 2013 at 17:38

    Stéphane Rose…
    Ou comment survoler un sujet, s’autoproclamer expert et écrire un livre avec un titre bien vendeur… Que les médias adorent promouvoir :-)
    Je comprends donc que notre site est pour vous moche et mal fichu… Dur… Mais comme il aide des millions de gens à se rencontrer depuis 1998 et qu’il fait vivre une trentaine de familles, on va tout de même continuer !
    Bravo néanmoins pour votre réussite qui repose sur des ouvrages assez moches et assez mal fichus eux-mêmes (ce qui nous fait un point commun !)

  3. avatar

    Meetserious

    8 septembre 2013 at 14:46

    Excellente analyse sur le marché de la rencontre. Pour revenir sur la fameuse inscription gratuite, il est vrai que les sites qui le mentionnent, ne mentent pas à leurs utilisateurs. En revanche on peut tout de même admettre qu’ils détournent la vérité.

    Ce qui est foncièrement dérangeant, ce n’est pas ces tours de passe-passe rhétoriques mais l’appellation « site de rencontre ». C’est beaucoup plus mensonger puisque vous ne payez pas pour rencontrer mais pour discuter.

    La rencontre, elle, n’est pas assurée. On devrait appeler ça des sites de discussions, moins vendeur, je le conçois.

    Nous avons également conçu notre propre site de « rencontre » ou l’on organise des diners de célibataires dans les restaurants, entre trois hommes et trois femmes du même âge. Nous voulions ainsi nous détourner de ces concepts qui reposent tous sur la discussion en ligne. D’ailleurs, ces fameux sites communautaires que tous les médias encensent comme des innovation se distinguent uniquement par leurs cible, pas par le mode de fonctionnement. C’est comme si vous aviez le choix entre un break et une smart : l’acheteur célibataire prendra une smart, la mère de famille achètera le break mais pour autant, ce sont deux produits similaires. Dommage que les médias ne s’intéressent pas aux vrais innovations apportées dans ce secteur.

    Dans tous les cas, nous sommes tristes de ne pas avoir pu participer à ce dossier sur les sites de rencontre. Il y avait longtemps qu’un sujet sur le secteur n’avait pas été traité avec autant d’analyses pertinentes et de sérieux. Bravo à vous ! En espérant que Meetserious apparaisse un jour dans votre mag !

  4. avatar

    Meetserious

    8 septembre 2013 at 16:57

    Mail envoyé :) Merci pour votre soutien !

  5. avatar

    Magda

    6 novembre 2014 at 13:37

    La misère sexuelle, c’est, par exemple, quand un homme est privé de relation sexuelle par sa femme (ou inversement)… Ou quand une personne reste célibataire pendant des années et qu’elle en souffre… On peut dire ce qu’on veut, mais les sites de rencontre aident les gens à sortir de ce genre de situation!

Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>