Journalisme citoyen vs. JT media de masse : le choc !

Dossier Télévision connectée, TV 2.0, smart TV

L’arrivée de la TV connectée entrainera-t-elle une transformation du paysage audiovisuel ? Que vont devenir nos émissions, magazines et plus particulièrement le journal télévisé ? Faut-il s’attendre à un choc lorsque le JT actuel sera alimenté par l’intervention des téléspectateurs ?

***

Télévision connectée :faut-il s’attendre à un choc lorsque le JT actuel sera alimenté par l’intervention des téléspectateurs

Télévision connectée : faut-il s’attendre à un choc lorsque le JT actuel sera alimenté par l’intervention des téléspectateurs

Désormais, l’information en continu est gratuite. I Télé et BFMTV supplantent LCI, pourtant la chaîne historique mais dont les dirigeants de l’époque n’ont pas su assurer la présence sur la TNT.

Conséquence : la relation entre les téléspectateurs et l’information s’en trouve modifiée. Ils n’ont plus à suivre religieusement le JT des grandes chaines deux fois par jour. Ils peuvent dorénavant en une dizaine de minutes connaître les grands titres de l’actualité à tout moment de la journée. La mise à jour des informations est continuelle et alimentée par des équipes de journalistes.

2005, l’année où les JT ont basculé

La chaîne M6, de son côté, a toujours joué la carte de la différence par le biais de son JT au format court. On se souvient du fameux « 6 minutes » à l’antenne dès les débuts en 1987. Sentant le besoin de faire évoluer ce genre télévisuel qu’est le JT, elle opte en septembre 2009 pour une mutation de son journal, sa durée passe de six (en réalité treize) à vingt minutes afin de s’adapter à la demande des ménages français. Sa programmation horaire est de plus inédite : le JT débute à 19h45 – d’où son nom – au lieu de 20h. La forme aussi évolue : le présentateur est debout, recourt à des sondages, cède la parole à des experts…

Cette évolution a conduit les autres grandes chaines à transformer à leur tour leurs JT. Même si cette évolution apparaît comme minime, elle marque un grand changement. Depuis les années 80, les JT n’avaient que très peu évolué : seuls les décors ou la musique avaient subi des modifications.

Aujourd’hui dans les JT, le présentateur ne reste plus sur sa chaise, il se lève lors de certaines rubriques, des experts interviennent sur le plateau, des sondages sont réalisés auprès des téléspectateurs – bref le JT s’agite !

Développement du journalisme citoyen

La montée du 2.0 a permis le développement du journalisme citoyen, qui s’est développé grâce à Internet mais n’est pas né avec lui. Abraham Zapruder est en effet considéré comme le premier « journaliste citoyen », en 1963 il a filmé avec sa caméra amateur l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy, ses images seront reprises dans tous les médias.

Un grand nombre de plateformes communautaires de Journalisme Citoyen existent aujourd’hui sur internet : Agoravox, Citizenside, iReport, …

Les sites d’informations déjà bien installés ouvrent eux aussi leurs espaces à ces nouveaux journalistes : Rue 89, site de débat participatif a vu le jour sur la toile ; Le Nouvel Observateur a ensuite lancé en 2011 une nouvelle plate-forme d’information participative, « Le Plus ».

Selon le rapport We Media « How Audiences are Shaping the Future of News and Information » (S. Bowman et C. Willis), le Journalisme Citoyen « fournit des informations indépendantes, fiables, précises, diverses et appropriées nécessaires à une démocratie ». Il permet également de faire face à la concentration des médias considérée par certains comme une menace pour la liberté d’expression et la diversité des opinions.

Mais le Journalisme Citoyen est aussi accusé de manquer d’objectivité, de nombreux « Journalistes Citoyens » étant souvent des militants œuvrant pour des causes ou une idéologie particulière.

Même les partisans les plus impliqués reconnaissent des limites à ces pratiques. « L’avantage, c’est qu’un citoyen journaliste sera capable de publier quelque chose qu’un journal aura peur d’imprimer. L’inconvénient, c’est que la vérification des faits se fait après publication » : tel est en tous cas leur avis.

Vers une con-construction de l’actualité ?

Il est peu probable que l’on assiste à une co-construction de l’actualité entre les journalistes et les téléspectateurs. Le téléspectateur témoin d’une actualité informera plus volontiers les journalistes via le 2.0. Ceux ci vérifieront et apporteront des éléments supplémentaires à cette information. Concrètement, le journaliste citoyen donnera l’information qui sera confirmée par des équipes de journalistes dédiés.

Les journaux télévisés sont aujourd’hui trop longs et l’information est imposée au téléspectateur. Mais sous nos yeux, s’invente une nouvelle forme de journal télévisé. A terme, il sera remplacé par un flux continu d’actualités comme c’est le cas actuellement sur les chaines d’informations. Le téléspectateur pourra ainsi sélectionner les actualités qui l’intéressent : seront ainsi disponibles des reportages de courte durée (3 à 4 minutes) comme dans les JT des grandes chaines. Ou bien, si il a envie d’en savoir plus, il pourra également regarder des reportages plus développés sur le sujet. C’est la fin du JT imposé, le début de l’ère du JT… composé !

Auteur : Mélanie Maury

Un article de notre dossier Télévision connectée, télévision 2.0

TV-Video-Home-cinema-Ecrans-plats-468x60
(c) Ill. : Smart TV – Shutterstock

avatar
Ecole supérieure de Publicité. Profil de l'ESP et articles publiés.


Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>