Web TV : une nouvelle vitrine pour les licences

Tendance - Web TV : une nouvelle vitrine pour les licences

Naissantes chez les uns, renaissantes chez les autres, les Tv en ligne à destination des enfants sont une carte à jouer supplémentaire pour les licences.

Bienvenue sur Dora TV ! Depuis le début de l’année, la jeune exploratrice dispose, en effet, de sa propre web TV, alimentée par des nouveaux programmes chaque semaine. Pour ne pas faire de jaloux dans la famille, MTV Networks a également lancé la chaîne Diego TV entièrement dédiée aux aventures du cousin de Dora. Le groupe a aussi pensé à ses internautes plus âgés et mis en ligne dans la foulée Télé Bob, à destination des fans de la célèbre éponge carrée, ainsi qu’Avatar TV dédiée aux personnages de la série d’animation culte de Nickelodeon. « Nous nous sommes lancés dans les web TV de manière un peu particulière car cela s’est fait dans le cadre de notre partenariat avec Canalsat explique Pierre Hergaut, directeur des programmes et de l’antenne de Nickelodeon et de Nickelodeon Junior. Elles ne sont pas en ligne sur nos sites jeunesse mais uniquement accessibles aux abonnés Canalsat ». Un choix qui répond à un objectif gagnant – gagnant, les programmes enfant pesant lourd dans la décision des familles d’opter pour tel ou tel opérateur. MTV Networks est le dernier groupe télévisuel en date à décliner sa programmation jeunesse sous la forme d’une web TV. « Nous avons pris cette décision pour être en phase avec les familles et les enfants qui sont de plus en plus nombreux à regarder des contenus vidéo à partir du web indique Pierre Hergaut. Nous allons d’ailleurs continuer sur cette voie en lançant d’autres chaînes en ligne, toujours autour de propriétés fortes ».

Modèles payants

Nickelodeon suit là une tendance qui va croissant dans l’univers télévisuel global. Les Web TV s’installent, en effet, de plus en plus largement dans le paysage médiatique. Elles ont même depuis peu leur festival, dont la première édition s’est tenue à La Rochelle en mai dernier, mettant en compétition 144 web programmes, dont une catégorie web animation enfant. Mais ce mouvement concerne surtout les TV généralistes ou thématiques pour adultes. Pour l’heure, les chaînes jeunesse suivent, en effet, encore le mouvement en ordre dispersé, en fonction du positionnement historique de chacune. Pas de web Tv pour tous chez Canal + (Teletoon, Piwi) Disney ou Lagardère Active (Tiji, Canal J) : payantes, ces chaînes déclinent leur programme à destination au sein de l’offre CANALSAT WEBTV, un service payant accessible à la fois aux abonnés CANALSAT à un tarif préférentiel (5€/mois) ou aux prospects (25€/mois) et proposant jusqu’à 80 chaînes couvrant diverses thématiques. Canalsat webtv propose une quinzaine de chaînes jeunesse : Nickelodeon, Disney, Tiji, CanalJ, Piwi, Teletoon…

Un modèle qui rappelle celui de Nickelodeon, à une importante différence près : la programmation. Comme le rappelle Pierre Hergaut, «les programmes sont distincts de ceux diffusés à l’antenne, nous proposons 8 nouveaux épisodes chaque semaine de Dora, Diego et Bob l’Eponge pour quelques 3h de programmation». Ce n’est, en revanche pas le cas pour d’autres intervenants. «Nous avons réfléchi un temps avec Canalsat à la possibilité de développer des web Tv autour de héros mais le projet n’a pas abouti. Cela représente des coûts de production à mettre en rapport avec le modèle économique des web Tv qui est encore incertain » explique ainsi Véronique Desroques, responsable des services non linéaires du pôle TV de Lagardère Active. Pour élargir la diffusion de ses programmes jeunesse, le groupe a plutôt choisi de miser sur les cartes du replay et de la vente de contenus vidéo à la demande, comme la plupart de ses concurrents.

Web TV : une nouvelle vitrine pour les licences

Web TV : une nouvelle vitrine pour les licences

Modèles gratuits

En va t-il différemment du côté des chaînes gratuites ? Chez TF1, on préfère parler de zone vidéo plutôt que de web TV. «L’avantage de cette zone vidéo qui regroupe tous les contenus est d’être accessible 24h sur 24 et non uniquement dans une tranche horaire donnée comme c’était le cas pour la web tv» explique Shawn Mahoney, responsable de tfou.fr. Il faut se tourner vers le bouquet France Télévisions pour trouver un concept global de web Tv, destiné à tous les enfants. Les Ludo Zouzous Web TV et Ludo Web TV ont d’ailleurs fait leur retour le 1er juin 2010 avec une nouvelle programmation permettant à l’antenne web de prendre le relais de l’antenne premium avec tous les héros de l’offre jeunesse. «Nous avions mené une première expérience pendant 9 mois en 2009 qui s’est soldée par un bilan très satisfaisant raconte Céline Limorato, directrice adjointe de l’unité jeunesse en charge de l’animation, du global média et de la diversification. La Tv représentait 35% du trafic du site en nombre de pages vues ». Sur Ludo Zouzous Web TV et Ludo Web TV, la programmation change chaque jour « car il s’agit d’une antenne à part entière, et non d’un outil interactif opportuniste uniquement destiné à créer du trafic » insiste Céline Limorato. Cet automne par exemple, les jeunes internautes peuvent ainsi retrouver Garfield ou Elasto Culbuto, avant de passer Noël avec Le Petit Prince.

Mise en avant des licences

Nouvel espace de visibilité pour les chaînes, les web Tv le sont aussi pour les propriétés qui sont au centre des programmes. «C’est une mise en avant supplémentaire de nos héros, il n’y a pas de zones de non territorialité pour les propriétés, elles sont là où sont les enfants et les familles, off line comme on line» estime Laurent Taieb, vice-président de Nickelodeon & Viacom Consumer Products. «Nous intégrons la web Tv dans tous nos plans de communication à destination des licenciés » ajoute de son côté Julien Fabre, responsable des licences d’Ankama qui a lancé sa chaîne interactive il y a près d’un an. Venant du jeu vidéo, nous avons un public qui est déjà très proche de nos contenus et la web Tv renforce encore cette proximité». Chez France Télévisions, Céline Limorato voit même dans les web TV «un moyen supplémentaire de faire émerger de nouvelles licences en étant dans la quotidienneté de l’enfant et dans sa nouvelle manière de consommer la télévision». En attendant l’étape suivante : développer des programmes spécifiques aux web tv comme c’est déjà le cas sur le Net au-delà de l’offre jeunesse.

avatar
Kazachok, agence conseil en licences et produits dérivés


Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>