La Société Générale mène les startups au sommet

Florence Girard, Responsable du Marché des Professionnels et TPE à la Société Générale, nous éclaire sur les réticences des banques à prêter aux startups... et à ces dernières de contacter ces organismes. Elle précise enfin l'importance du plan marketing et du business plan dans le dossier de financement.

Florence Girard, Responsable du Marché des Professionnels et TPE à la Société Générale, nous éclaire sur les réticences des banques à prêter aux startups… et à ces dernières de contacter ces organismes. Elle précise enfin l’importance du plan marketing et du business plan dans le dossier de financement.

Quels sont les freins des startups à se faire financer par les banques ?

La difficulté rencontrée par les créateurs est le financement de leur besoin en Trésorerie pour les aider au démarrage et la constitution d’un business plan solide et cohérent. La vocation traditionnelle des Banques est plutôt le financement de matériel, de murs ou de Fonds de Commerce, toutefois chaque projet est différent et nous accompagnons l’ensemble de nos clients.

…Et ceux des banques à prêter aux jeunes pousses ?

Plus de la moitié des ouvertures de compte de clients professionnels sont faites par des créateurs. Nous accompagnons ces « jeunes pousses » qui peuvent ensuite être suivies en clientèle d’Entreprise selon leur développement et leur besoin bancaire (c’est par exemple le cas de Melty à voir sur histoires-dequipes.fr). Dans ces phases nous nous appuyons sur des réseaux d’accompagnement partenaires : les BGE (Boutiques de gestion), Réseau Entreprendre, les CCI, Initiative France avec l’abondement de leur prêt d’honneur ou encore le MOOVJEE (Mouvement pour les Jeunes et les Étudiants Entrepreneurs) avec qui nous avons lancé une carte business co brandée en juin 2013.

Cet accompagnement très amont est primordial puisque 86% des structures accompagnées ont une pérennité à 3 ans contre 66 % pour les entreprises non accompagnées.

Le montant total des prêts accordés aux entreprises innovantes varie-t-il depuis quelques années ?

Florence Girard, Responsable du Marché des Professionnels et TPE à la Société Générale

Florence Girard, Responsable du Marché des Professionnels et TPE à la Société Générale

Nous ne disposons pas de données sur la part des prêts accordés à des entreprises innovantes mais les dossiers que nous voyons lors de nos présences en salon ou de nos participations dans les comités de sélection de nos partenaires ont trait de plus en plus à des projets « hors économie traditionnelle » (secteur des hautes technologies, secteur du digital pour lesquels il y a de forts besoins en financement R&D, etc.).

Société Générale est aussi l’un des premiers signataires du Pacte PME qui vise à promouvoir le développement des PME les plus innovantes. Concrètement, notre engagement se traduit par l’organisation des « Rencontres Pacte PME ». Deux fois par an, des PME innovantes viennent présenter leurs travaux sur des thématiques proches de nos préoccupations : tablettes numériques, intelligence artificielle ; objets connectés ; coffre-fort électronique. Ainsi, une vingtaine de PME a d’ores et déjà pu gagner en visibilité par le biais de ces évènements depuis 2010. La mise en place de projets communs avec des PME innovantes. Ainsi, en 2011, nous avons travaillé sur l’implémentation de solutions aujourd’hui opérationnelles : par exemple, A world for us, une PME en pointe dans le domaine des plates-formes de réunions virtuelles, ou Yseop qui a développé, dans le domaine de l’Intelligence Artificielle, un système de questionnement intelligent et de rapport en langage naturel.

Dans le dossier de financement, quel intérêt accordez-vous au business plan et au marketing ?

Trois points nous semblent clés pour réussir son projet : l’adéquation homme/projet, la viabilité économique du projet et un business plan cohérent auquel doit également être associé l’Expert Comptable. Nous intervenons également dans le financement de jeunes pousses avec des contre garants partenaires : Bpifrance et SIAGI. La contre-garantie de ces organismes permet de réduire la quotité de la caution demandée au chef d’entreprise.

Votre enseigne est-elle contactée par des leveurs ou oriente-t-elle les startups vers des Business Angels ?

Concernant les levées de fonds, le marché des professionnels n’est aujourd’hui pas concerné. D’ailleurs aujourd’hui les banques traditionnelles ne sont pas forcément dans la boucle des levées de fonds mais ces levées de fonds sont le plus souvent complétées par des prêts bancaires.

A quels usages et avec quelle performance les fonds levés ou prêtés sont-ils majoritairement employés ?

Les prêts sont employés pour le développement de l’entreprise : Trésorerie, locaux, équipements high tech, développements informatiques, marketing. Nous fournissons bien évidemment aux jeunes pousses des solutions évolutives et modernes de paiement, d’encaissement (paiement de factures, virements, prélèvements) et d’e-commerce (paiement en ligne, solution de boutiques en lignes).

***

Un article de notre dossier Business Angels et financement de startups

(c) ill. Shutterstock – Silhouette of helping hand between two climbers

avatar
Planneur stratégique. Profil de Serge-Henri Saint-Michel et articles publiés.


Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>