Quand l’utopie devient possible (au XXIème siècle)

Arthur Schopenhauer donnait dans ses Aphorismes sur la sagesse dans la vie, sa vision d'un monde parfait : « L'homme du monde parfait serait celui que l'indécision ne ferait jamais rester à court et que rien non plus ne ferait se presser ». Un siècle et demi après 1851, cette utopie semble se réaliser. Par Tiphaine Murat.

Arthur Schopenhauer donnait dans ses Aphorismes sur la sagesse dans la vie, sa vision d’un monde parfait : « L’homme du monde parfait serait celui que l’indécision ne ferait jamais rester à court et que rien non plus ne ferait se presser ». Un siècle et demi après 1851, cette utopie semble se réaliser.

L’exemple qui incarne le plus cette vieille utopie aujourd’hui est celui du projet de B2B mis en place par la société Colt, Colt Cloud 4 Start Up.

Arthur Schopenhauer donnait dans ses Aphorismes sur la sagesse dans la vie, sa vision d'un monde parfait : « L'homme du monde parfait serait celui que l'indécision ne ferait jamais rester à court et que rien non plus ne ferait se presser ». Un siècle et demi après 1851, cette utopie semble se réaliser. Par Tiphaine Murat.

"L'homme du monde parfait serait celui que l'indécision ne ferait jamais rester à court et que rien non plus ne ferait se presser", Arthur Schopenhauer

Quel est le rapport entre ce projet et l’idée d’un monde parfait émise par Schopenhauer ? Le programme Colt Cloud 4 Start Up, mis en place par la société Colt, qui fournit de la fibre optique, des infrastructures de télécom et du cloud computing, se propose d’aider des jeunes start-up qui opèrent dans le secteur d’Internet et des nouvelles technologies afin de leur permettre de bénéficier de leurs infrastructures, de la fiabilité de leur réseau technique et de leur réseau de partenaires et ce, gratuitement, pendant un an. Ce projet n’est pas un simple projet de financement de jeunes entreprises. En réalité, il montre comment est constitué le modèle économique de l’avenir et ce que sera l’économie de demain : une économie ouverte, collaborative et sociale. Ouverte, tout d’abord, car elle sera décloisonnée par à une communication unifiée en temps réel grâce aux nouvelles technologies. Collaborative, ensuite, parce qu’elle saura inclure tous les acteurs de l’économie, issus de secteurs, de taille et de poids différents. Sociale, enfin, parce qu’elle proposera une vision du monde dans sa globalité et que ce type de modèle aura des vertus sociales, proposera des opportunités et des alternatives ouvertes à tous, car les entreprises sont avant tout constituées d’individus.

De nouveaux modes de communication, terreau du renouveau

Ainsi, ce modèle économique fait écho à la vision de Schopenhauer. Le philosophe disait que « l’homme du monde parfait serait celui que l’indécision ne ferait jamais rester à court ». Grâce à la communication d’aujourd’hui et de demain, instantanée et partagée par tous, un manque d’inspiration, un manque d’opportunités pour un individu ou une entreprise sera compensé, parce que les idées et les projets, économiques et sociaux, se partageront au-delà des frontières géographiques. L’enjeu que représentent les moyens techniques qui se développent plus chaque jour est le suivant : profiter de ces opportunités pour construire des clusters virtuels, c’est-à-dire des pôles de compétitivité fondés sur l’open data, l’ouverture des données et le cloud computing.

Le second versant de la vision de Schopenhauer, qui consiste à dire que « l’homme du monde parfait serait celui que rien non plus ne ferait se presser », relève plus d’un enjeu futur que d’une réalité. En effet, dans un monde où tout va vite, où la prise de décision s’accélère parce que les moyens de diffuser ces décisions sont plus puissants, la tentation est grande de céder à la pression du temps et de manquer du recul nécessaire à toute prise de décision, qu’elle soit individuelle ou collective.

Les moyens dont l’homme dispose aujourd’hui, au-delà de la prouesse technologique, représentent des opportunités économiques et sociales d’une grande portée. Ces opportunités mèneront-elles au monde parfait dont Schopenhauer et tant d’autres ont rêvé ? Il faudra pour cela que chaque individu, chaque entreprise, chaque pays, sache manier ces nouveaux outils avec parcimonie, pour toujours garder l’homme et son bien-être au centre des enjeux et des préoccupations.

Auteur : Tiphaine Murat

Dossier marketing, innovation et prospective



Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>