Et si les compétitions ne tuaient pas leurs participants ?

Et si les compétitions ne tuaient pas financièrement leurs participants, agences et free lances ? Vers une juste rémunération des appels d'offre

Les compétitions d’agence, pourtant sujettes à un guide des bonnes pratiques de l’AACC, sont souvent gratuites. Cette non rémunération exaspère les prestataires, indépendants et agences. Précisions avec notre interviewé, Christophe Andrieu, directeur artistique indépendant, adhérent et membre actif de l’association Métiers Graphiques qui a récemment manifesté son exaspération contre les mauvaises pratiques d’annonceurs peu éthiques.

L’association constate que les guidelines de l’AACC sur la rémunération des compétitions ne sont pas respectés…

Les guidelines de l’AACC sont un outil d’information et de sensibilisation, mais les usages ont la peau dure.

Les commanditaires sont habitués à recevoir des propositions gratuites, et la concurrence effrénée qui sévit dans le milieu de la communication les place clairement en position de force. Les agences ont depuis longtemps intégré à leur fonctionnement le temps consacré aux compétitions à perte… mais peinent parfois à leur allouer les budgets nécessaires, et toujours au détriment de leurs clients déjà signés. Les freelances quant à eux ne peuvent tout simplement pas se permettre de travailler à l’œil pour de très prosaïques questions de trésorerie, et ceux qui s’y égarent sont souvent les moins expérimentés ou les plus désespérés.

Ce que nous essayons de démontrer avec notre opération, c’est que ces pratiques pénalisent les clients autant que leurs prestataires : sans budget, on travaille dans l’urgence et on ne peut pas se permettre de prendre le temps nécessaire à la construction d’une réponse solide.

Comment réellement s’assurer de compétitions budgétairement acceptables ?

Christophe Andrieu, directeur artistique indépendant, adhérent et membre actif de l'association Métiers Graphique

Christophe Andrieu, directeur artistique indépendant, adhérent et membre actif de l’association Métiers Graphique

C’est un sujet que traite en partie l’argumentaire de l’opération « Compétition = rémunération », et qui d’ailleurs figure également dans le guide de l’AACC : une compétition budgétairement acceptable est tout simplement une compétition qui accepte de rémunérer les talents qu’elle mobilise. C’est le point de départ, un appel d’offre doit être considéré comme un investissement, et budgété en ce sens par son commanditaire.

Il convient ensuite d’encadrer ce budget pour qu’il reste un investissement mesuré : la meilleure solution pour ce faire est à notre sens de réaliser un travail de présélection en amont afin d’isoler les prestataires susceptibles d’apporter une plus-value substantielle au projet concerné. Et de ne rémunérer que ces prestataires, à hauteur du travail préparatoire qui leur sera demandé. Cette présélection peut d’ailleurs très bien se faire par le biais d’un appel d’offre public, mais sans exiger dès le départ un travail autre que le simple envoi d’un dossier, d’un budget et d’une brève note d’intention.

La solution : plus de régulation ou plus d’éthique en mode RSE ?

Si la responsabilité sociale des entreprises est un mythe auquel plus personne ne croit, nous ne sommes pas non plus persuadés que la solution viendra d’une régulation parachutée d’en haut. C’est pourquoi nous avons choisi de nous adresser directement à la main d’œuvre, aux créatifs, aux personnes et entreprises qui réalisent concrètement les projets et sans lesquelles rien ne se peut se faire. Si ces acteurs-là se mobilisent et décident conjointement de cesser leur collaboration à un système qui dessert tout le monde, alors peut-être que les lignes bougeront enfin…

***

(c) ill. DepositPhotos

avatar
Planneur stratégique. Profil de Serge-Henri Saint-Michel et articles publiés.


Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>