Immobilier : « Le rideau sur l’agence est tombé »

Immobilier : "Le rideau sur l'agence est tombé"

La conjoncture économique de cette année 2008 a également engendré certaines fermetures d’agences, à tel point que 10% à 15% des agences immobilières pourraient disparaître en 2009 soit entre 3500 et 5200 parmi les 35 000 agences immobilières existantes.

Face aux fermetures, les franchises tissent des liens plus étroits avec leur réseau

« Le groupe KEOPS connaît également les affres de la crise, en subissant malheureusement des retraits et fermetures d’agences qui fragilisent le réseau. Néanmoins, la franchise fait preuve énormément d’écoute et de souplesse vis-à-vis de ses franchisés pour les accompagner du mieux possible dans cette phase difficile et leur prodiguer d’efficaces conseils », Hervé Nawawi, directeur de l’agence Keops, Colombes.

« La franchise fait preuve énormément d’écoute et de souplesse vis-à-vis de ses franchisés », Hervé Nawawi, directeur de l’agence Keops, Colombes.

« Précisons que les agents indépendants sont touchés en premier car dans la majorité, moins « professionnels » que les agences franchisées, leur faible part de marché ne leur permet pas de résister très longtemps. Il semble que le réseau ERA résiste le mieux aux fermetures, car sa stratégie de développement a toujours été basée sur la qualité de ses franchisés, plutôt que la quantité. Arrivé plus tard que ses confrères, sur le marché français, ERA ne cherche pas à être le « champion de la pub », mais jouit probablement de la meilleure image », Serge Henninot, gérant d’agences immobilières ERA.

« Bénéficier de la qualité du réseau de franchisés », Serge Henninot, gérant d’agences immobilières ERA.

Certains intervenants envisagent même de développer leur franchise, parfois sous la forme de master franchises, comme Propriétés Privées et Abithea réseau Immobilier ; et Eric Patural, directeur de créseau priser : « aujourd’hui, nous avons toujours des contacts pour nos futures ouvertures d’agences. Certains sont plus sensibles que d’autre quant à la crise mais les intéressés sont toujours là, le marché est juste ralenti. Notre priorité aujourd’hui est de garder toutes nos agences et d’affronter cette crise ensmble. L’autre priorité est d’accélérer le développement en Master Franchise que ce soit sur les régions ou à l’export. Nous sommes sur le point de conclure deux contrats à l’export. »

… d’autres intervenants répartissant les risques sur leur diverses business units

« L’activité historique d’administration de biens a permis à Citya de poursuivre son développement en 2008 et d’acquérir de nombreux cabinets supplémentaires. L’année 2009 devrait connaitre une croissance similaire. Notre expertise sur l’ensemble des métiers de l’immobilier (syndic, gérance, location, vente, immobilier d’entreprise et défiscalisation) permet à Citya de maintenir un véritable savoir-faire sur ce marché où les clients deviennent de plus en plus exigeants », Stéphane Glucksmann, directeur général adjoint de Citya immobilier.

« Apporter une expertise sur l’ensemble des métiers de l’immobilier« , Stéphane Glucksmann, directeur général adjoint de Citya immobilier.

… ou limitant la portée de la crise

« A ce jour, notre réseau compte une seule fermeture d’agence, celle de la Haute Savoie car c’est un marché de non résident surtout Britannique qui ont déserté le marché français. Fin 2008, nous avons remarqué une chute des ventes mais nous continuons à enregistrer néanmoins on grand nombre d’acquéreurs potentiels qui ont vraiment envie d’acquérir un bien. Ce sont surtout des primo-accédants », Eric Patural, directeur de ABiTHEA Réseau Immobilier.

Tous s’interrogent sur le montant de la commission, qui en France, reste quatre fois plus élevée qu’en Grande-Bretagne

« On le sait le travail coûte cher dans notre pays. Le client a tendance à croire qu’une fois nos honoraires encaissés, nous fonçons faire la fête ! Grosso-modo sur 100 payés par le client, ne restera que 20 net dans la caisse de l’agence, après avoir payé les charge et les rémunérations des agents commerciaux (qui eux-mêmes vont reverser à l’Etat leurs charges sociales). De plus, la mentalité française (surtout Parisienne) ‘je sais tout…je fais tout…j’ai besoin de personne… et si je peux tricher tant mieux’. Je m’explique : 50% des transactions en France se font sans passer par un professionnel. La part de marché du pro étant moindre et ses charges ce qu’elles sont, s’il veut joindre les deux bouts, il doit maintenir un minimum d’honoraires. Aux U.S et en Europe de l’Est et du Nord 80 à 90% des transactions passent par les pros… Plus de volume = baisse des honoraires » postule Serge Henninot, gérant d’agences immobilières ERA.

De son côté, Eric Patural, directeur de Abithea réseau Immobilier, affirme que son réseau « a toujours pratiqués une tarification raisonnable. Nous n’excluons pas de les revoir en cas ultime négociation, nous sommes conscients que chaque partie doit faire un effort afin de conclure nos ventes. Ces dernières années ont été trop bénéfique et certains agents immobiliers ont été trop loin dans le montant de leurs commissions, cette crise était peut être indispensable pour calmer un marché trop « enflammé ».

La nuisance des « agents indépendants… »

2008 a vu ces « nouveaux agents » arriver, menant à une lutte sur le montant des commissions, mais aussi à une opacité plus avérée du marché aux yeux des clients acheteurs et vendeurs. Comme l’avoue Hervé Nawawi, directeur de l’agence Keops Colombes, « il est sûr que l’arrivée de nouveaux agents ces dernières années, ainsi que la montée en puissance d’internet ont eu pour effet d’accroître l’intensité concurrentielle du marché et en conséquence la pression commerciale. Si cette dernière a affecté le niveau des commissions, corollairement elle a également touché le niveau de qualité attendu car certaines agences n’ont pensé qu’au commercial à tout prix, sans penser que notre métier est aussi une écoute, une expertise, et du conseil. Donc, les agences qui survivront seront celles qui auront la trésorerie suffisante à passer cette période difficile mais aussi celles qui allieront méthodes commerciales et prestations de qualité. »

De son côté, Eric Patural, directeur de Abithea réseau Immobilier, minimise le sujet : « non aucune guerre plutôt des actes isolés d’agents désespérés. Tout le monde sait bien qu’en dessous de 4% d’honoraires un agent ne peut vivre de son métier. Notre métier ne peut compenser par le volume. »

Le dossier sur le marketing sectoriel de l’immobilier

  • « Le rideau sur l’agence est tombé » : la conjoncture économique de cette année 2008 a également engendré certaines fermetures d’agences, à tel point que 10% à 15% des agences immobilières pourraient disparaître en 2009.
  • Les tendances marketing de l’immobilier en 2009. Approche prospective du jeu des acteurs sur 2009 : stratégies de réduction des coûts, stratégie de développement du réseau et offre de nouveaux services à valeur ajoutée… le tout supporté par un web de plus en plus présent.
  • Satisfaction et logement social ? Stéphanie Passareira, de Init-marketing propose son retour d’expérience sur l’intégration de la mesure marketing de la satisfaction client par les bailleurs sociaux car, contrairement aux idées reçues, le secteur du logement social est un secteur qui s’intéresse de très près à la satisfaction de ses clients !

Nos interviews des acteurs de l’immobilier.

avatar
Planneur stratégique. Profil de Serge-Henri Saint-Michel et articles publiés.


2 commentaires

  1. avatar

    Franchise

    23 juillet 2009 at 14:30

    Bonjour, je ne sais pas où vous allez chercher vos infos… j’aurais aimé de l’info sur d’autres réseaux tels que orpi, era, guy hoquet, elyse avenue.
    Cordialement,

  2. avatar

    Serge-Henri Saint-Michel

    23 juillet 2009 at 15:41

    Nous sommes directement allés chercher nos infos auprès des personnes interviewées.

Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>