Se déplacer mieux en polluant moins…

Pour Renault, la voiture de demain sera électrique

C’est une révolution ! Pour le constructeur au losange, la voiture de demain sera électrique ou ne sera pas. Et sera une Renault. Ce nouveau positionnement explique par exemple pourquoi l’entreprise n’a pas investi dans l’hybride, préférant se concentrer sur le tout électrique, pour devenir, à terme, expert et leader du marché.

Aller plus loin, tout de suite ! C’est le pari audacieux pris par Renault lorsque la vénérable Régie a décidé, au tournant du nouveau siècle, d’investir sur le tout électrique. Pour marquer les esprits et affirmer sa différence, le constructeur aime et à pour habitude de comparer le véhicule électrique qui ne rejette aucune émission de CO2 et n’est aucunement polluant au véhicule hybride qui, lorsqu’il utilise son moteur thermique, rejette des gaz à effets de serre. Pour la marque, aucun doute : seul l’électrique est synonyme d’écomobilité, même si ce discours est fortement nuancé par les spécialistes et les concurrents. Il est vrai qu’en France, l’électrique ne dégage pas de gaz à effets de serre, l’électricité étant produite par le nucléaire. Néanmoins, dans les pays où l’électricité est produite dans des centrales électriques au charbon, ces propos ont une toute autre véracité. Ces divergences de points de vue n’empêchent pas la marque de souhaiter renforcer son image d’entreprise militant pour l’écomobilité et plus largement pour le développement durable en investissant le secteur électrique. Mais ce n’est pas la seule raison.

Pour Renault, la voiture de demain sera électrique

Pour Renault, la voiture de demain sera électrique

Renault Éco 2, une vraie stratégie

Son image de marque associée à un engagement en matière de développement durable, Renault la doit surtout à son programme Renault Éco 2. Dans ce programme, qui traduit la démarche développement durable menée par Renault depuis 1995, l’entreprise s’engage dans des processus industriels, dans le choix de développement de gammes de véhicules, dans le respect de ses salariés et des normes européennes. Concrètement, Renault développe et met sur le marché des véhicules thermiques et électriques qui rejettent le moins de CO2 possible, avec un processus de fabrication respectant les lois du développement durable. Afin de renforcer la crédibilité du programme, Renault s’est associé à différents supports porteurs de sens dans le développement durable. Par exemple en sponsorisant l’émission « C’est ma Terre », diffusée sur TF1 à une heure de très grande écoute (après le journal de 20h), durant laquelle le message consiste à présenter des éco-gestes sans liaison directe avec l’automobile. Ou encore avec le site internet « ecomobilite.tv », émanation d’une chaîne de télévision canadienne, « Alternative Channel ». Et, pour terminer, avec la création de « Renault Environnement », une filiale Green Business qui a pour objectif de développer de nouveaux marchés dans le recyclage et la formation à l’éco-conduite, afin de répondre aux nouvelles demandes tout en soutenant l’image développement durable de l’entreprise.

Stratégie gagnante ?

Tout ceci porte et portera ses fruits. C’est en tout cas ce qu’espère Renault. À l’heure actuelle, ce pari semble plutôt payant. En effet, l’observatoire Ifop du développement durable vient d’annoncer ses résultats pour l’année 2010 et Renault se trouve parmi les premiers de la classe. Derrière EDF, la SNCF et La Poste, la marque au losange cumule 60% de score d’engagement (contre une moyenne nationale de 41%) en matière de développement durable. Renault semble donc mener une stratégie gagnante dans son engagement pour l’éco mobilité dans la dimension développement durable alors même que les Français sont de moins en moins dupes face la véracité de la publicité verte et attendent des preuves d’authenticité sur le réel engament des marques. C’est ce que semble leur donner Renault.

Auteur : Charlotte Mille



Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>