Les PWA sont mortes, vive les Applications Mobiles Natives ! - Marketing Professionnel e-magazine

Les PWA sont mortes, vive les Applications Mobiles Natives !

Quelles sont les différences et pourquoi une entreprise devrait privilégier une "Application Mobile Native" plutôt qu’une "Application Web Progressive" ?

Quelles sont les différences et pourquoi une entreprise devrait privilégier une « Application Mobile Native » plutôt qu’une « Application Web Progressive » ?

Les dernières statistiques démontrent que les internautes passent aujourd’hui plus de 2h30sur leurs portables. Ils utilisent 19 applications en moyenne par mois. 54% de toutes les transactions digitales mondiales se font désormais via les Smartphones. Pour ce faire, les consommateurs passent de plus en plus par des applications. Ces dernières atteignent désormais des taux de conversion 7 fois supérieurs à ceux des sites web mobile.

Parmi les applications mobiles, on distingue 3 différents types : les « applications mobiles natives » qui ont vu le jour dès l’apparition des premiers Smartphones en 2007, les applications mobiles hybrides ainsi que les applications web, et plus précisément les PWA (‘Progressive Web Application » ou « application web progressive » en français). Introduites à partir de 2015, ces dernières étaient censées remplacer et faire disparaître rapidement les applications web natives, à en juger les annonces régulières dans ce sens émanant des acteurs majeurs du marché, tel que Google.

Or, c’est exactement le contraire que l’on observe à présent. « Les PWA sont mortes – vive les applications mobiles natives » – tel est le point de vue que partage notamment M. Laik avec d’autres experts du marché actuel.

Pour aider les entreprises à y voir plus clair, il convient tout d’abord de rappeler ce qui distingue une PWA d’une application mobile native, avant de prendre une décision hâtive quant au choix de leur future solution de marketing digitale.

Qu’est-ce qu’une PWA ?

Une PWA est une application web qui consiste en des pages ou des sites web, et qui peuvent apparaître à l’utilisateur de la même manière que les applications mobiles natives. Ce type d’applications tente de combiner les fonctionnalités offertes par la plupart des navigateurs modernes avec les avantages de l’expérience offerte par les appareils mobiles.

Les adeptes de cette technologie affirment qu’une PWA se consulte comme un site web classique, depuis une URL sécurisée, et qu’elle permet une expérience utilisateur similaire à celle d’une application mobile native, sans les contraintes de cette dernière (soumission aux App-Stores, utilisation importante de la mémoire de l’appareil…). D’après eux, les PWA permettent de conjuguer rapidité, fluidité et légèreté tout en permettant de limiter considérablement les coûts de développement d’une application native.

En dépit des promesses de ces dernières années, force est de constater que les PWA ne sont toujours pas arrivées à maturité. Elles ne supportent pas encore ou partiellement seulement de nombreuses fonctionnalités, offertes par les applications mobiles natives depuis longtemps et ce indépendamment de l’environnement iOS ou Android sur lequel elles reposent. Le coût de développement historiquement plus élevé pour une application mobile native, n’est effectivement plus un argument suffisant pour combler les lacunes mentionnées pour les PWA, puisqu’il existe des solutions innovantes qui permettent désormais de développer des applications mobiles natives riches à partir d’un site web existant,

Les limites des PWA

Des études récentes prouvent qu’il existe de nombreuses fonctions, qui ne sont toujours pas prises en charge ou seulement partiellement supportées par les PWA :

"Application Mobile Native" ou "Application Web Progressive" ? Tableau comparatif

« Application Mobile Native » ou « Application Web Progressive » ? Tableau comparatif

Du fait qu’elles utilisent la même ergonomie et les mêmes graphismes pour toutes les plateformes (web, iOS, Andrïod), les PWA offrent une expérience utilisateur assez limitée. Côté performance également, les PWA laissent bien souvent à désirer, puisque la qualité de l’application web progressive dépend étroitement du navigateur et du réseau qu’elle utilise.

Parmi les principales fonctionnalités que les PWA ne supportent pas, on trouve notamment :

  • La reconnaissance faciale (Face ID / Face Unlock)
  • La reconnaissance d’empreintes digitales (Touch ID / Fingerprint Scanner)
  • Le Geofencing (détection d’un utilisateur à son entrée dans une zone prédéfinie)
  • La réalité augmentée (3D)
  • Les messages in-app

D’autres fonctionnalités phares qui ne sont que partiellement couvertes par les PWA en fonction de l’OS utilisé, comprennent par exemple :

  • L’accès au bluetooth
  • L’intégration avec assistant vocal (non supporté sur iOS/ Siri)
  • La synchronisation de contenu en background (uniquement supporté sur Android)
Pascal Laik, CEO et Président de FollowAnalytics

Pascal Laik, CEO et Président de FollowAnalytics

Or, ces fonctions sont indispensables pour répondre aux attentes des utilisateurs et assurer la réussite d’une application mobile aujourd’hui.

Le fait de s’identifier sur une application native via des fonctions de Face ID, Touch ID offre à l’utilisateur final une simplicité d’utilisation accrue,

Quant aux notifications push, cela n’est pas envisageable de s’en priver étant donné qu’elles représentent désormais le canal N°1 de communication sur mobile entre une marque et ses utilisateurs. Selon des études récentes, en moyenne 5 à 10% des mobinautes recevant une notification push personnalisée ouvrent l’application dans les minutes qui suivent. Finement ciblées et personnalisées, elles permettent aux entreprises de booster la visibilité, le taux de conversion et in fine les ventes via leurs applications mobiles.

De la même manière, les PWA ne permettent pas encore l’utilisation des messages in-app, ni sur Android ni sur iOS. C’est d’autant plus regrettable dans la mesure où ce format permet de cibler des utilisateurs sans avoir besoin d’ouvrir l’application. Via une application native, les formats très divers et riches permettent une personnalisation avancée de l’engagement et de l’animation de sa base d’utilisateurs.

Bâtir une application mobile native dernière génération à partir de son site web existant

Grâce aux dernières avancées technologiques, il existe aujourd’hui des alternatives telles que la solution « Build » de FollowAnalytics, qui permettent d’allier les meilleurs bénéfices des deux mondes et de créer une application mobile riche en fonctionnalités, à partir d’un site web existant, tout en s’affranchissant de la complexité et des coûts élevés historiquement liés au développement d’une application native.

Une telle solution…

  • Ne requiert que quelques heures de configuration pour convertir un site web mobile en une appli native ;
    aucun développeur n’est sollicité ;
  • Ne nécessite pas de maintenance ni d’accompagnement dans la durée ;
  • Se connecte facilement avec tous les outils CRM/ Marketing Automation/ Plateformes e-commerce etc. via des connecteurs.

Auteur : Pascal Laik, CEO et Président de FollowAnalytics

***

(c) Ill. Pixabay

avatar
L'invité de Marketing Professionnel tient une Tribune Libre. Profil des invités et Tribunes Libres publiées.

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *