Quel CMS choisir pour gérer son site web ?

Quels sont les critères à prendre en compte pour choisir son CMS en toute connaissance de cause lorsqu'on n'est pas technicien ?

Le CMS (Content Management System ou Système de Gestion de Contenu) a pour objectif de faciliter la conception et la mise à jour dynamique de sites Web ou d’applications multimédia.

Quels sont les critères à prendre en compte pour choisir son CMS en toute connaissance de cause lorsqu'on n'est pas technicien ?

L’une des premières questions à se poser lorsque l’on souhaite créer son site web est le choix dans les différents modes de gestion. Les différentes possibilités sont les suivantes :

Faire du full HTML

Il s’agit ici de coder manuellement toutes les pages du site. Cette méthode est plutôt destinée à des sites avec peu de contenu : en effet, chaque nouvelle page fera l’objet d’un travail complet, elle s’adapte donc aux sites avec peu de pages et de fonctionnalités. Par exemple, un site de 4/5 pages qui présente simplement une activité, sans vente en ligne ou autres fonctions avancées comme de l’identification.

Développer son propre CMS

Cela permet de faire en sorte qu’il « colle » parfaitement aux besoins du site. Cette solution est à privilégier lorsque l’entreprise dispose d’un SI capable de construire cet outil et disponible (ce genre de projet mobilise des ressources humaines sur des longues périodes). Si l’entreprise est obligée de faire appel à des compétences externes (développeurs ou agence web), le coût humain se transforme alors en coût financier. Il faut savoir trouver un équilibre entre ces deux contraintes.

De plus, celui-ci doit être pensé afin de pouvoir évoluer avec le temps dans un secteur où le Web évolue à un rythme élevé, et où il faut savoir s’adapter rapidement.

Utiliser un CMS existant

Il peut-être développé par une société propriétaire de la solution chez qui il faut acheter une licence d’utilisation. On a aussi la possibilité d’opter pour un CMS Open Source, c’est-à-dire ouvert à tous, et qui se développe grâce à la communauté utilisatrice.

Pour quel CMS opter ?

Beaucoup vont opter pour un CMS existant. Celui-ci offre de nombreux avantages :

  • Gain de temps : quand on écrit un site en html, il faut refaire la structure sur chaque nouvelle page. Avec un CMS, on paramètre une structure de page qui est reprise automatiquement dans chaque nouvelle page. Il est facile de créer un menu, ajouter et classer des pages. Le CMS se charge de répéter des parties communes aux pages du site.
  • Pas besoin d’avoir des notions de programmation ou de code, l’outil peut être utilisé par un novice.
  • Evolution rapide de l’outil grâce à toute la communauté d’utilisateurs ou la société propriétaire.
  • Optimisation du référencement : l’outil est pensé pour le référencement.

Mais il y a quand même quelques désavantages :

  • Le CMS peut être rigide par moment, et avec le temps et par un manque d’anticipation des besoins futurs dans le cahier des charges, certaines fonctions sont par la suite difficiles à mettre en place. Penser son site en amont avec un cahier des charges ultra-complet est indispensable !
  • II est également possible que le site ait besoin de certaines spécificités auxquelles le CMS existant ne pourra pas forcément répondre. Dans ce cas, une programmation sera nécessaire.

L’Open Source a aujourd’hui le vent en poupe, mais attention « libre » ne veut pas forcement dire « gratuit » !

L’Open Source est un système libre. Il est distribué gratuitement. Il est libre en termes d’utilisation et de développement. Ainsi, il est possible de l’adapter à ses besoins en intégrant différents modules pré-existants et développés par la communauté, ou de développer soi-même son module. Ce développement a donc un coût et les modules proposés par la communauté peuvent être payants. Par exemple, donner à ses internautes la possibilité de s’abonner à la newsletter ou intégrer un module de paiement sont des fonctions assez courantes et parfois payantes. Certains CMS Open Source offrent plus de modules payants que d’autres. De plus, c’est la communauté d’utilisateurs et de développeurs qui assure le développement du CMS. Mieux vaut donc opter pour des systèmes qui ont fait leur preuves !

Les plus connus d’entre-eux sont WordPress, Joomla, Drupal, Typo3, DotClear, OsCommerce, Prestashop, Magento.

Formaliser ses besoins dans un cahier des charges

Kamel Boudjema, Responsable Webmarketing chez EBP, éditeur de logiciels de gestion

Kamel Boudjema, Responsable Webmarketing chez EBP, éditeur de logiciels de gestion

Finalement, le seul moyen de faire un choix calculé et efficace, c’est de réfléchir mûrement le projet. Cette réflexion aboutie devra se formaliser par le cahier des charges. Il faudra que la solution choisie réponde à chaque point évoqué dans ce document. Voici un pense-bête des questions marketing, techniques et sécuritaires les plus importantes à se poser au moment de la rédaction du cahier des charges :

  • Compétences disponibles en interne (complexité d’administration) : webmaster (qui touche aux codes) ou marketeur uniquement
  • Type de site : site vitrine, blog, forum, boutique ecommerce… ?
  • Identification et définition de toutes les fonctionnalités (dans la mesure du possible en pensant aux besoins futurs) : savoir se projeter !
  • Structure de site (menu, modules nécessaires)
  • Charte graphique : déclinée de modèles existants ou personnalisées ?
  • Gestion du multimédia : types de formats vidéos supportés, retraitement des images… (exemple le redimensionnement automatique des images)
  • Langage : PHP, Java, ASP…Si le SI utilise déjà un langage précis en interne, il faudra qu’il soit en adéquation avec le langage utilisé par l’outil
  • Type de base de données : MySQL, Oracle, DB2… Si le site doit traiter des données comme de l’identification, de la connexion client. Lorsque le site est dynamique, le full html est largement déconseillé
  • Niveau de sécurité : identification clients, paiement en ligne… Certains outils sont réputées pour plus ou moins sécuriser les données personnelles de l’entreprise, attention à bien se renseigner sur ce point là au préalable
  • Fréquence de mise à jour des versions : compatibilité avec les modules plus anciens, possibilité de revenir en arrière…
  • Gestion du multi-langage (back et front-office) : par exemple si le site doit exister en .fr, .es, .be… Le CMS devra permettre de passer d’un site à l’autre d’un simple clic, ce qui limitera aussi les besoins en traduction sur les aspects techniques
  • Respect des standards : W3C (règles qui régissent le web), référencement… ces basiques sont parfois plus ou moins poussés dans certains CMS. Exemple : l’encodage des titres devrait se faire avec des balises de type H1 H2 H3 pour permettre aux moteurs de mieux positionner le site, mais tous les CMS ne l’ont pas standardisé comme ça
  • Gestion d’arborescence : les modifications possibles, déplacements, multi-positionnement des menus
  • Taille et dynamisme de la communauté (dans le cadre de l’Open Source)

Finalement, mieux vaut prendre l’outil qui offre le plus de possibilités et pour lequel la communauté est active pour assurer les besoins futurs. Si tant est bien sûr qu’il réponde aux besoins actuels !

Auteur : Kamel Boudjema, Responsable Webmarketing chez EBP, éditeur de logiciels de gestion. Lancez-Vous !

 

L'invité de Marketing Professionnel tient une Tribune Libre. Profil des invités et Tribunes Libres publiées.


2 commentaires

  1. Mohamed Teka

    22 juin 2012 at 17:24

    quand c’est Libre c’est forcément gratuit (4 liberté de RMS) !!!
    quand c’est opensource ce n’est pas forcément gratuit .

  2. Jérémy

    13 février 2014 at 16:04

    Bonjour,

    Merci pour l’article. ems [précisions supprimées par la modération] est l’exemple d’un CMS développé par une agence pour son propre compte. Fiers de notre outil et convaincus par ses avantages, nous l’avons ensuite ouvert aux professionnels du web qui recherchent un CMS pour créer leurs sites clients facilement

Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Marketing Communication Academy : préparation e-elearning aux concours et examens des écoles de communication, publicité et marketing, cours de mise à niveau en e-elearning