Quand les puces RFID inquiètent…

En quelques années, elles ont envahi notre quotidien : médical, distribution, transports en commun, les puces RFID (pour Radio Frequency Identification entendez par-là identification par radiofréquence), se multiplient. Face à ce développement massif, beaucoup, associations de protection de la santé en tête, s'interrogent : et si la puce RFID, qui facilite tant notre quotidien, n'était en réalité qu'un danger de plus ?

En quelques années, elles ont envahi notre quotidien : médical, distribution, transports en commun, les puces RFID (pour Radio Frequency Identification entendez par-là identification par radiofréquence), se multiplient.
Face à ce développement massif, beaucoup, associations de protection de la santé en tête, s’interrogent : et si la puce RFID, qui facilite tant notre quotidien, n’était en réalité qu’un danger de plus ?

La RFID est une technologie qui rend identifiable et dénombrable à distance tout « objet » muni d’une puce. Transfert d’énergie à basse fréquence, communication sans fil à haute fréquence, champs magnétiques, l’analyse des principes physiques de la RFID nous pousse à établir un parallèle avec la téléphonie mobile, régulièrement pointée du doigt pour l’impact nocif de ses ondes sur la santé humaine.

Les différents systèmes RFID

En ce qui concerne les systèmes RFID, il convient de distinguer les « étiquettes » et les « interrogateurs ». Dans le premier cas, les étiquettes sont « passives » c’est-à-dire qu’elles ne peuvent émettre sans qu’un champ magnétique soit activé à proximité. Dans le second, la technologie RFID permet d’échanger des informations à double sens entre l’interrogateur et l’étiquette, que l’on peut munir de capteurs. L’intérêt réside dans la capacité à obtenir et stocker des informations.

Ce système, qualifié « d’actif », apparaît comme le contributeur le plus important dans l’exposition aux champs électromagnétiques émis par les puces RFID. Véritable innovation, le système actif est promis à un bel avenir lorsque l’on imagine la multitude d’applications possibles dans le transport de marchandises, le secteur médical ou encore celui de l’armement…

Qu’en pensent les pros ?

Le site Internet de la Fondation Santé et Radiofréquences ainsi qu’un des rapports consacrés à l’impact potentiel des puces RFID sur la santé humaine, publié en décembre 2008 par l’Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Environnement et du Travail (Afsset) se refusent à établir un risque. L’Afsset, établissement public administratif de l’état, estime en effet que la prédominance actuelle des étiquettes « passives » sur les systèmes actifs, a priori plus dangereux, limite les valeurs d’exposition à des seuils non dangereux.

Rassurant ? A moitié…

Pourtant, dans le même rapport, l’Afsset déplore un manque de publications scientifiques consacrées à l’impact potentiel du rayonnement des systèmes RFID et encourage la recherche dans ce sens. En outre, elle va jusqu’à affirmer que les applications RFID « ne sont pas spécifiques en termes d’effets sanitaires potentiels par rapport à toutes les autres applications sans fils existantes, (…) notamment la téléphonie mobile ».

Finalement prudente, l’Afsset joue la carte de la sécurité. Le développement, dans les mois à venir, de systèmes actifs RFID de plus en plus performants, risque bien de créer une nouvelle polémique sanitaire. La vigilance reste de mise.

Auteur : Julien Acard

Dossier spécial technologie RFID / NFC et marketing

Pratiques et utilisations de la RFID / NFC

Les dangers et limites de la RFID

Lire le sommaire détaillé de notre dossier sur la RFID.



Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>