Les incontournables du marketing digital en Chine

Exporter et vendre en Chine nécessite de maîtriser le comportement de consommation des consommateurs chinois, mais aussi leur utilisation des médias sociaux.

Avoir comme objectif de conquérir le marché chinois, c’est bien. Savoir comment faire, c’est encore mieux. Nous allons donc vous donner dans cet article quelques conseils concernant le marketing Digital en Chine, et notamment qu’est ce qu’un manager doit savoir du marché du Web chinois.

La Chine compte le plus d’internautes au monde

Les Chinois sont connectés partout, tout le temps et surtout sur leur mobile. Un mobile qui leur sert également à payer en ligne. Ces acheteurs seront donc plus susceptibles de chercher directement dans leurs applications installées sur le smartphone qu’utiliser de simples moteurs de recherches sur ordinateur. Quelques chiffres énormes :

  • 630 millions d’internautes
  • 500 millions qui se connectent à Internet via leur mobile
  • 25heures / semaine sur internet via mobile

Énorme impact des réseaux sociaux en Chine

Plus qu’un phénomène, les réseaux sociaux font partie intégrante de la vie des internautes chinois.

Les applications leur permettent de faire partie d’une communauté, de suivre leurs marques préférées et de recevoir instantanément toutes les actualités, de partager ce qu’ils aiment et font, de s’inscrire à des événements créés par des marques, d’acheter en ligne…

La censure gouvernementale amène le blocage de Facebook, Twitter et Youtube, ce qui facilite le succès des sites locaux :

  • Wechat : 600 millions d’utilisateurs actifs
  • (Sina) Weibo (Twitter chinois) : 176 millions d’utilisateurs actifs (mars 2015)
  • Tencent QQ (service de messagerie chinois) : 843 millions d’utilisateurs actifs
  • Tencent Q Zone (Facebook chinois) :659 millions d’utilisateurs actifs en 2014

Voici une vidéo permettant d’expliquer le phénomène en Chine.

A peine caricatural…

Les principaux moteurs de recherche

Olivier Verot, Gentlemen Marketing Agency

Olivier Verot, Gentlemen Marketing Agency

Baidu

Il domine le web, et a, selon ses données, près de 89% d’utilisateurs. Il est cependant peu apprécié pour certaines recherches.

Une campagne PPC (Pay per click) coûtera jusqu’à 4 fois plus cher sur Baidu que sur Google mais aura de meilleures chances d’atteindre la cible : les résultats naturels sont en bas de page, tandis que les résultats publicitaires, placés en première position, représentent presque la moitié de la page. Baidu propose des services semblables à ceux de Google, du PPC donc, un réseau d’affichage, une mise en avant du logo…

Par ailleurs, une marque étrangère visible sur Baidu aura plus de chance d’être considérée comme connue et générer du trafic qu’une marque non visible sur la toile chinoise.

Qihoo 360 (haoso.com)

2ème moteur de recherche le plus populaire de Chine qui a obtenu, en 2013, un peu plus de 25% de part de marché en moins d’un an. Cela s’explique en partie par le fait qu’il est le moteur de recherche installé par défaut dans le navigateur Internet 360.

Google

Les expatriés et une faible partie des internautes chinois utilisent des VPN pour y accéder car il est bloqué par la censure. Il fut le moteur de référence pour rechercher et commander des produits et marques étrangères, mais aujourd’hui ne représente que 0.4% du marché.

L’e-commerce chinois

Le groupe Alibaba (13.4 milliards de dollars engrangés en un jour – liens) comprend les sites Taobao.com (plateforme C2C) et Tmall.com (plateforme B2C).

Chaque site propose son application mobile avec de très bonnes fonctionnalités de recherches, ce qui conduira les internautes à rechercher directement sur le site plutôt qu’effectuer une pré-recherche sur Baidu.

Pour certains expatriés, il sera courant de faire une recherche sur Google via un VPN afin d’obtenir le maximum d’information sur le produit désiré, mais les chinois préféreront se connecter à Taobao ou JD.com.

Comprendre le consommateur chinois

Lors d’une conférence à Pékin, un jeune entrepreneur avait déclaré « Avant de juger et tirer des rapides conclusions, nous invitons tous les expats à comprendre la culture chinoise et leur mode de consommation. Tout expat qui se plaint, et ne parle pas chinois fera des erreurs de débutant pour votre entreprise ».

C’est entièrement vrai, parler chinois est l’outil indispensable pour s’immerger dans la société chinoise, et comprendre les modes de consommation des chinois.

Aujourd’hui la Chine consomme, mais elle consomme différemment de l’occident. La culture et les habitudes sont complément différentes. Les challenges des sociétés occidentales sont de s’adapter aux chinois, sauf si elles ont assez d’argent pour sensibiliser le marché comme Starbucks pour la consommation de café. La sensibilisation d’un marché, ici aussi, coûte de l’argent.

En conclusion, au vu de toutes ces données, un dirigeant doit avoir la synthèse d’informations qu’il lui faut.

Les chinois ont l’habitude de dire que le Dragon est plus faible qu’une crevette au fond de l’océan, ce qui signifie que la connaissance du marché local est souvent le facteur gagnant dans le Business. Beaucoup de sociétés ont échoué en Chine, en particulier dans le monde de l’internet : Amazon, eBay, Groupon…

Il est conseillé sur ce type de marché de faire appel à des experts locaux qui, plus pragmatiques, sont capables de guider efficacement les sociétés qui entrent sur le marché chinois.

Auteur : Olivier Verot, Gentlemen Marketing Agency

Lire aussi :

***

(c) ill. SHSM

avatar
L'invité de Marketing Professionnel tient une Tribune Libre. Profil des invités et Tribunes Libres publiées.


1 commentaire

  1. avatar

    VincentL75

    30 novembre 2015 at 13:56

    En post en Chine depuis plus de deux ans, la plupart des sites occidentaux sont bloqués. Pour contourner cette censure de nombreux VPN existent, au quotidien j’utilise ActiVPN. C’est un VPN français à prix abordable qui passe très bien ici.

Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>