Naming & international : Au nom du Québec…

Élection du maire de Montréal oblige, les médias ne cesse de parler politique. Et dans ce flot d’informations continues, mon oreille de français s’étonne d’entendre le nom d’un des deux principaux mouvements en place : le PQ, pour Parti Québécois. Difficile d’imaginer ce genre de sigle en France… Preuve qu’un nom doit parfaitement s’insérer dans la culture d’un pays et pas simplement dans son dictionnaire.

Quand le nom de marque se frotte au PQ…

Autre exemple de la force d’un nom quand il est lié à un évènement dramatique, celui du prénom Aurore. En France, rien de choquant, on pense au poétique levé du soleil, au romantisme d’un joli prénom. Au Québec, Aurore évoque le martyr d’une fillette qui dans les années 1920 a subi les mauvais traitements de ses parents jusqu’à en mourir. L’affaire inspira depuis plusieurs pièces de théâtres et films jusqu’à une dernière version en 2005. Une société qui souhaiterait lancer une marque destinée aux enfants du Québec serait bien inspirée de ne pas utiliser le nom de Aurore; ce serait comme si LU en France décidait de commercialiser une gamme  » Le Petit Grégory « . Après tout pourquoi pas, il y a bien  » Le Petit Nicolas  » ou  » Papy Brossard « …

Cyril Gaillard, Fondateur de Bénéfik

Cyril Gaillard, Fondateur de Bénéfik

Autre surprise, beaucoup moins dramatique, l’usage du nom Solex. Si en France tout le monde connaît cette marque mythique régénérée depuis par sa version électrique le E-Solex, au Québec, c’est une agence de voyage plutôt destinée aux hommes d’affaires qui propose des séjours à Cuba, au Mexique ou en Égypte… A quand une fusion des deux marques pour offrir des voyages Solex en Solex…

…On risque de s’en tamponner

Enfin dernier exemple, preuve qu’une société peut décider de communiquer de manière très différente sur un même nom selon la stratégie mise en place, la marque Playtex. En France et d’ailleurs aussi aux Etats-Unis, elle désigne une large gamme de lingerie. On l’associe à Cœur Croisé et autres déclinaisons. Eh bien petit conseil à l’usage d’un Français qui souhaiterait séduire une Québécoise: éviter de lui offrir un produit de la marque en espérant passer une nuit mémorable en sa compagnie… Pas sur que l’idylle très longtemps. Pour une Québécoise, Playtex, c’est une marque de tampons hygiéniques…

————–

Auteur : Cyril Gaillard est le Fondateur de Bénéfik, agence spécialisée en Création de Noms de Marque / Identité de marque. Quelques références récentes : Naturactive pour Pierre Fabre, Swing pour Honda, Axéréal pour Epis Centre & Agralys, Calixir nouveau nom de Vatel.

[les intertitres sont de la rédaction, ne blâmez pas Cyril ;)]

Dossier nom de marque, branding et naming

Le naming s’internationalise

Le nom de marque s’institutionnalise

avatar
L'invité de Marketing Professionnel tient une Tribune Libre. Profil des invités et Tribunes Libres publiées.


1 commentaire

  1. avatar

    Girouard L.

    3 décembre 2009 at 16:37

    J’ai beaucoup apprécié et trouvé très pertinent cet article sur les différences entre les noms et expressions du Québec et de la France. On ne se rend pas compte à quel point certains mots ou expressions qu’on utilise fréquemment chez nous peuvent ne rien dire aileurs, ou avoir une connotation tout autre.

Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *