Après le web to store, le paper to digital

Le papier connecté vient bouleverser la relation annonceur client.

Internet a vu de nouvelles tendances émergées. La toile a changé les habitudes de consommation.

D’une part les consommateurs « connectés » souhaitent toujours plus d’informations et d’interactions avec le physique. D’autre part les entreprises ont du s’adapter face à cette nouvelle clientèle « exigeante et avertie ».

Tout comme internet l’a fait, un média vient à son tour bouleverser la relation annonceur-client : le papier connecté.

Des phénomènes de consommations bouleversés

Les entreprises ont vu naître de nouveaux modes de consommation cannibalisant les ventes en magasin, à savoir le « le store to web ».

Ce comportement d’achat vise à aller en magasin s’informer et essayer avant d’acheter en ligne.

Au lieu d’opposer Internet aux magasins, les entreprises ont lié ces deux médias pour ré-enchanter l’achat en physique: le « web to store ».

En offrant des renseignements à forte valeur ajoutée (trouver le magasin le plus proche, vérifier les disponibilités du produit en stock, etc.), les entreprises encouragent et facilitent désormais l’achat en magasin.

Aujourd’hui les entreprises ont intégré cette mutation. Cependant un média vit sa révolution et vient changer les habitudes de consommation : le papier.

Un nouveau média de consommation : le papier connecté

Jérôme Idelon, Business Development, Onprint

Jérôme Idelon, Business Development, Onprint

« Flashez moi ». Cette phrase n’est pas utilisé par un nouveau site de rencontre mais le message accompagnement les fameux « QR codes ».
De la bouteille de Pepsi à l’affiche du dernier film de Tarantino, ces petits carrés noirs et blancs ont envahi les documents papier en tout genres.

Ces pictogrammes disgracieux ont été la première solution pour connecter le papier au digital.

Des carrés qui ne tournent pas rond ?

Le Qr code a été victime de son succès. Applications de « flashage » gratuite crachant des contenus sponsorisés, campagnes Print renvoyant sur des « homepages » à volonté, QR placés à hauteur des chevilles, etc. : les annonceurs voient les limites de cette technologie.

Cependant leur besoin de lier le papier au web n’a jamais été aussi fort.

Le « Paper to Web » : les nouvelles solutions

Porter le bon message au bon moment : le casse tête des annonceurs, l’ambition du papier connecté.

Où ca ? Au plus proche du consommateur. A un endroit intime à l’utilisateur où il porte toute sa confiance et bien souvent sa concentration : son Smartphone.

Le papier connecté utilise le Smartphone comme « pont » entre le physique et le digital.

Les entreprises sont les premiers utilisateurs de « papier »(Flyers, catalogues, PLV, prospectus, etc.). Mais également les secteurs comme la presse-magazine, le monde de l’édition ou de l’imprimerie.

Le« papier connecté au digital» permet de nouvelles possibilités aux campagnes Print comme :

  • Paper to Pay : acheter en ligne via un catalogue de VPC
  • Paper to Store : emmener le lecteur dans un point de vente
  • Paper to contents : dévoiler du contenu web (vidéos, jeux, etc.)
  • Paper to event : inviter les lecteurs à un événement, etc.

Enfin le papier connecté permet à l’annonceur de mieux connaître l’expérience utilisateur (statistiques de lectures, actions associées, etc.).

De nouvelles solutions existent pour établir cette connexion entre le papier et le numérique. Des solutions de « réalité augmentée » comme « Layar » ou plus industrielles comme « Onprint », entreprise française.

Auteur : Jérôme Idelon, Business Development, Onprint

***

(c) ill. Shutterstock – Female hands holding credit card with computer tablet

avatar
L'invité de Marketing Professionnel tient une Tribune Libre. Profil des invités et Tribunes Libres publiées.


Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>