Profession de foi marketing

Je crois que le marketing doit rester créatif, qualitatif et humain, je crois au marketing qui remet le client au cœur de l’entreprise... Et vous marketeurs, en quoi croyez-vous ?

Je crois en un Marketing vertueux, au service d’une expérience client optimisée et respectueuse.

Je crois en un marketing personnalisé, qui prend en compte non seulement les besoins exprimés ou induits de chaque individu, mais aussi les attentes et les contraintes de l’écosystème dans lequel celui-ci évolue.

Je crois en un marketing connecté, en mesure d’exploiter en temps réel les informations en provenance de l’ensemble des canaux d’interaction clients, qu’ils soient physiques, traditionnels, virtuels ou innovants

Je crois en un marketing intelligent, capable d’identifier l’information pertinente et utile au sein d’un déluge de données chaque jour renouvelé par les nouveaux comportements clients en matière de connectivité et de mobilité.

Je crois en un marketing innovant et prédictif, à même d’anticiper et de prévenir des situations clients négatives grâce à l’analyse préventive, aux algorithmes et aux objets connectés.

Je crois en un marketing performant, fonctionnant de manière intégrée avec les équipes commerciales et support de l’entreprise, tant dans la qualification de leads que dans le support opérationnel de l’animation commerciale.

Didier Lambert, Marketing Manager Mitel France

Didier Lambert, Marketing Manager Mitel France

Je crois en un marketing technique, mesuré, mesurable, et comptable de son impact sur la performance de l’entreprise. S’il représente l’un des leviers de la démarche commerciale, il le peut cependant pas être réduit à ce périmètre, car son action dans la construction de la relation est bien antérieure et postérieure à l’acte d’achat lui-même.

Je crois que le marketing de masse et basé sur les outils monolithiques est révolu, et avec lui les outils tels que l’emailing généraliste, le cold calling, ou les approches de type personas. Il prouve désormais son intelligence et sa valeur ajoutée dans le recours ciblé, contextuel et complémentaire à ces différents outils.

Je crois que le marketing automation ne doit pas se réduire à un marketing d’automatismes où seule prévaudrait une logique de suivi comportemental et de seuils de déclenchement. S’il peut désormais prétendre résoudre le paradoxe entre traitement de masse et approche individualisée, il ne peut pas s’appuyer uniquement et aveuglément sur cette intelligence artificielle émergente. La fonction marketing doit continuer à être l’âme qui anime les actions de l’entreprise par sa réflexion, son bon sens et sa créativité. Elle doit rester force de proposition, force d’innovation et explorer des chemins encore non modélisés.

Je crois que le marketing n’est pas qu’une simple question de chiffres ou de tableaux de bord, et qu’un indicateur de performance n’en est plus un à partir du moment où il devient un objectif. Si les chiffres sont indispensables à l’analyse, ils ne révèlent qu’une réalité partielle et donc forcément subjective.

Je crois que le marketing doit rester créatif, qualitatif et humain.

Je crois au marketing qui remet le client au cœur de l’entreprise.

Je crois au marketing d’enchantement.

Auteur : Didier Lambert, Marketing Manager Mitel France, Membre du CMIT

***

(c) ill. Bluespix

avatar
L'invité de Marketing Professionnel tient une Tribune Libre. Profil des invités et Tribunes Libres publiées.


Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>