PME et réseaux sociaux : se faire connaître et fidéliser

Une présence mulesurée des PME sur les réseaux sociaux rend l'entreprise plus efficiente

Les PME sont souvent extrémistes, certaines sont très présentes sur les réseaux sociaux, d’autres brillent par leur absence. Pourtant la présence mesurée existe aussi ! Et, si elle est bien maillée avec son site web et une ligne éditoriale pertinente, elle devient une source de visibilité très efficiente.

L’espace d’actualités : la pierre angulaire

Une présence mulesurée des PME sur les réseaux sociaux rend l'entreprise plus efficiente

Une présence mulesurée des PME sur les réseaux sociaux rend l’entreprise plus efficiente

On entend beaucoup parler d’animation sur les réseaux sociaux et de community management, mais on oublie souvent que la finalité de ces dispositifs doit être orientée business. En effet, partager des contenus dans les réseaux ne suffit pas, il faut également avoir une stratégie permettant d’inciter les lecteurs à cliquer pour venir dans les espaces web de la marque et, ainsi, les exposer à l’univers de la marque.

C’est le rôle de l’espace d’actualité d’une marque que d’être ce lieu d’atterrissage des différents contenus partagés. Ce lieu doit être ludique, il doit permettre de mieux comprendre l’environnement de la marque, son marché, les innovations mais pas uniquement de l’information produit ou service.

En outre l’espace d’actualité rempli d’autres rôles important. Les visiteurs d’un site vont toujours regarder la partie actualités pour se faire une opinion du dynamisme de la marque et des nouveautés publiés.

Cet espace sert donc deux objectifs : rendre le site web de la marque vivant et être un réceptacle des visites provenant des réseaux sociaux en favorisant le développement de la notoriété de la marque.

C’est la pierre angulaire d’une stratégie digitale.

Les réseaux sociaux pour rendre ses actualités visibles

Julien Carlier, dirigeant fondateur de Social Dynamite

Julien Carlier, dirigeant fondateur de Social Dynamite

Les réseaux sociaux sont alors le levier de visibilité pour les actualités de la marque. On peut d’ailleurs généraliser en parlant du « owned media » qui inclus l’ensemble d’une audience captive de la marque, dans cette catégorie, on trouvera les fans Facebook, les followers Twitter mais aussi les abonnés à une newsletter ainsi que l’ensemble des contacts LinkedIn ou Viadeo des dirigeants (voir le paragraphe suivant)…

C’est la grande nouveauté de ces modes de communication, les marques grâce à ces canaux de distribution de l’information possèdent désormais leur propre audience et peuvent, à moindre frais, leur adresser des messages régulier au travers de ces actualités.

Attention tout de même, l’objectif est d’utiliser les réseaux sociaux pour susciter l’intérêt, et seulement de susciter l’intérêt, il s’agit alors de bien travailler ses accroches pour que le lecteur ait envie de lire l’article complet se trouvant sur l’espace d’actualité aux couleurs de la marque.

L’implication des dirigeants pour la performance

Mais comment optimiser sa performance sur les réseaux sociaux ?

Le principal levier, très souvent sous-exploité et pourtant très performant, l’implication des dirigeants de la marque. Il y a 3 raisons majeures pour cette implication.

Pourquoi les dirigeants ?

Premièrement, c’est le rôle des dirigeants d’être ambassadeurs de leur marque. Dans ce rôle, on trouve aussi bien la signature d’article de presse que la disponibilité pour des interviews ou autre demandes de journaliste. Le monde digital répond aux mêmes codes et les dirigeants qui relaient les actualités de leur société sur Twitter, LinkedIn, Viadeo ou les like dans Facebook donnent leur signature à ces actualités, signe de crédibilité. En outre, leurs comptes sont souvent très suivis par les acteurs de leur écosystème (clients et journalistes notamment).

Deuxièmement, il s’agit d’une réelle opportunité de performance pour les actualités. En effet, les dirigeants ont toujours la culture du réseau ce qui se ressent dans leur compte LinkedIn et Viadeo, c’est donc une augmentation du « owned media » dont nous parlions précédemment. Leur relais donnera du poids au différents post envoyés dans les réseaux.

Enfin, le rôle d’exemplarité, n’est pas à prendre à la légère. En effet, si les opportunités visibilité sont grandes avec les seuls relais des dirigeants, si l’ensemble des collaborateurs en font autant, les leviers sont immenses. Dans ce cas, il faudra convaincre les collaborateurs et, là aussi, il y a de réelles intérêts tant pour la société que pour les collaborateurs.

Mais comment faire ? Les dirigeants n’ont pas le temps !

Notre réponse est assez simple, le rôle des dirigeants est toujours et a toujours été de savoir déléguer. Dans ce cas également, certaines parties du travail doivent être déléguées. Car si le relais sur les réseaux est performant, il l’est d’autant plus le bon jour et à la bonne heure (un retweet à 23h n’a pas la même audience qu’à 14h…).

Le bonus : impact sur Google et les moteurs de recherche

La nouveauté 2013 c’est que ces dispositifs ont la chance d’avoir un nouveau bonus. En effet, après 20 ans de guerre entre moteur de recherche et professionnels du référencement, les algorithmes de recherche prennent désormais en compte un nouvel indicateur : le signal social.

Cet indicateur est basé sur l’intensité de présence d’un article dans les réseaux sociaux (nombre de like, de tweet, présence dans LinkedIn…). Grâce à ce nouvel indicateur, les stratégies digitales partageant des contenus qualitatifs via les réseaux sociaux gagnent une double prime, voyant les contenus avoir tant une vie sociale que montée dans Google !

Conclusion, la clef de la recette est dans la stratégie éditoriale ! Nous avons beaucoup parlé de contenus, d’actualités et de qualité. La clef de toutes ces stratégies reste toujours la ligne éditoriale choisie. Tant par ses contenus, sa volumétrie et sa tonalité qui sont autant de paramètres qui doivent être adaptés à chaque activité et chaque segment marketing.

Auteur : Julien Carlier, dirigeant fondateur de Social Dynamite

Marketing, PME et digital

Quel état des lieux peut-on dresser de l’utilisation du numérique par les PME françaises ? Quels sont les freins des PME à des actions marketing utilisant le digital ? Dans quels objectifs les PME utilisent-elles les réseaux sociaux professionnels ? Quelle place accordent-elles au brand content ? Sur quels supports ces contenus de marque sont-ils ensuite publiés ? Quelle articulation, dans ce cas, entre les RP et le community management ? Avec quel ROI, selon quels KPI et avec quels coûts  ?

Réponse à ces questions par nos experts !

Comment les PME utilisent-elles le digital ?

(c) Ill. : Shutterstock – Young attractive business

L'invité de Marketing Professionnel tient une Tribune Libre. Profil des invités et Tribunes Libres publiées.


2 commentaires

  1. Guillaume Dardier

    6 avril 2013 at 15:07

    Nous sommes à l’aube d’une ère nouvelle : on redécouvre que c’est bien le contenu intéressant, à valeur ajoutée… qui intéresse ! Cela semble très simple formulé de cette façon, mais c’est une vraie révolution compte-tenu de la direction qui a été prise pendant quelques années !

  2. Dvorak

    20 mars 2014 at 14:33

    Il est vrai qu’une entreprise doit adopter une strat des réseaux sociaux. Puisque ce mode de communication est ce qui se fait de mieux de nos jours. Grâce à la montée en puissance de Facebook. Les entreprises ont compris pour que celles ci puissent attirer de nouveaux clients qu’ils fallaient mettre en places des stratégies de communication sur ce réseaux social ( pour les entreprises qui ont pour ciblent principalement des particuliers) .

    Selon Google les réseaux sociaux permettent d’augmenter les positionnements des sites web. Du coup une entreprise qui vient de se lancer sur le marché à intérêt à se focaliser sur une stratégie de communication Internet.

Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>