(Re) Faire collectif : l état d’esprit des Français en 2017

3 évolutions structurantes de l’état d’esprit des Français en 2017 à la suite d'une étude sémiométrique

Tous les 2 ans depuis 1990, le Baromètre des Valeurs des Français (BVF) décrypte l’évolution de la société française, de ses valeurs et de ses tendances. Grâce à la Sémiométrie™, méthodologie exclusive Kantar TNS, 210 mots qui structurent notre imaginaire et notre quotidien sont notés par les Français selon le sentiment qu’ils procurent. L’interprétation des résultats met en évidence les évolutions majeures des valeurs et de l’état d’esprit des Français.

La période entre 2006 et 2012 témoignait d’une relative stabilité pendant laquelle il s’agissait avant tout de faire face à un monde de plus en plus complexe et changeant, avec la prise de conscience progressive que les crises successives étaient, en fait, inhérentes au système.

En 2014, lassés d’essayer de « faire face », les Français révélaient une aspiration collective à la recherche individuelle de jouissance immédiate et d’ajustement opportuniste au réel.

En 2016, le Baromètre des Valeurs des Français révèle une véritable prise de conscience qu’il est désormais impossible de s’en sortir tout seul, face à l’ampleur et à la globalité des dysfonctionnements d’un système qui semble “s’abimer” en termes de sécurité au sens large, de chômage, de renforcement des inégalités, des périls environnementaux, de la montée des populismes, du déferlement des affaires…

Une prise de conscience progressive brutalement amplifiée par l’effet conjoncturel des attentats, qui a fait l’effet d’une véritable déflagration, avec l’irruption de l’horreur dans la réalité du quotidien, alors que jusque-là, les menaces pourtant bien réelles restaient néanmoins relativement à distance, donc d’une certaine manière, un peu abstraites.

Face à cet effet de sidération suscitant questions et recherches d’explication et à la certitude que rien ne sera plus jamais comme avant, et pour longtemps, un besoin se fait sentir : celui de se rassembler autour de valeurs communes.

Une aspiration mais aussi « une urgence » à (Re)Faire Collectif dans tous les domaines : refaire société, refaire ensemble, se reconstruire dans un monde commun et positif !

3 évolutions structurantes de l’état d’esprit des Français en 2017

Thierry Millon, Directeur de l’Expertise Qualitative de Kantar TNS

Thierry Millon, Directeur de l’Expertise Qualitative de Kantar TNS

La fin de la bienveillance ?

Et si les valeurs que l’on croyait universelles n’étaient pas universellement partagées ?

Cette prise de conscience conduit en réaction les Français à se recentrer sur la défense et le renforcement de ces valeurs. Être « passivement tolérant » et « bien-pensant » ne suffit plus à l’aune d’une reconnexion avec la réalité « dure », ressentie comme de plus en plus complexe et implacable.

Toute générosité ne va plus de soi mais est interrogée et réévaluée en fonction du nouveau cadre dans lequel elle s’opère : témoins les débats sur l’accueil des migrants, l’attitude à avoir à l’égard du djihadiste, les débats sur la nationalité, les « réactions » des consommateurs (boycott, nouveaux rapports de force avec les marques)…

La séduction des certitudes

Dans un monde fortement déstabilisé, en cours de recomposition, le manque de certitudes renforce le sentiment de peur et d’insécurité. À l’inverse, les réactions souvent impulsives du politique face à l’événement à chaud, ne trompent plus et ne rassurent plus non plus.

Résultat, pour certains, les cadres de pensée globalisants peuvent offrir une simplification rassurante, propice aux populismes de tous bords.

Il devient alors difficile pour le politique de concilier l’impossibilité d’avoir réponse à tout et le sentiment de sécurité que procure l’affirmation de certitudes. Sans parler de l’injonction faite aux acteurs des marchés de consommation, de dire ce qu’ils font et de faire ce qu’ils disent, de façon certaine et prouvée (marketing patriotique, marques qui prônent des valeurs fortes).

Pour autant, cette attente de certitudes doit aussi se concilier avec la fin des idéologies politiques et l’idée de dépassement progressif du clivage gauche-droite traditionnel, ainsi que la perte d’audience et de crédibilité des grands partis, jusque-là dominants dans la vie politique française. D’où le statut d’outsider recherché par certains, et destiné à résoudre cette sorte de quadrature du cercle du positionnement politique, dans la France d’aujourd’hui.

Le culte de l’agir

En réaction à un trop plein de débats d’idées, le maître mot est désormais l’action, le passage à l’acte. Dès lors, il s’agit de se confronter à la réalité et, tout en cherchant des solutions, de toujours rester en prise directe avec le réel.

Seule la mise en œuvre réelle, l’efficacité et le résultat concret comptent désormais pour évaluer et jauger de la valeur d’une idée, une pensée, une intervention.

On privilégie donc le prosaïque, le pratique, non parfois sans une certaine dévalorisation de la réflexion, de la conceptualisation, de la dialectique et du temps nécessaire.

Auteur : Thierry Millon, Directeur de l’Expertise Qualitative de Kantar TNS

***

Lire le Dossier Marketing études 2017

(c) ill. DepositPhotos

avatar
L'invité de Marketing Professionnel tient une Tribune Libre. Profil des invités et Tribunes Libres publiées.


Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *