4 travers connus des journalistes qui énervent les lecteurs

Journalistes, pigistes, rédacteurs… tout ce qui est dit dans cet article vous est déjà connu. Pourtant, immanquablement, « nous », lecteurs, y avons droit.

Journalistes, pigistes, rédacteurs… tout ce qui est dit dans cet article vous est déjà connu. Pour info, dans ce paragraphe, les points de suspension sont appropriés.

Pourtant, immanquablement, « nous », lecteurs, y avons droit… (Dans celui-ci, un peu moins, déjà.)

La langue mal maîtrisée

Défauts d’expression, laxisme de la syntaxe, chausse-trappes de l’orthographe (nous y tombons aussi parfois !) participent à nos montées d’adrénaline… (Et dans ce dernier paragraphe, ça commence à devenir lourd.)

Certaines personnes se disent journalistes, mais se relisent-elles parfois ?

Les fautes d’orthographe

Le 4 novembre, par exemple, au Grand Journal de Canal+, on a pu lire à un moment donné « débacle » au lieu de « débâcle ». Mais le pire reste les textes des chaînes d’information telles que BFM TV, i>Télé

L’usage de la virgule

Certains journalistes sont des fanatiques de la virgule, tandis que d’autres ne l’utilisent presque jamais. Dans les deux cas, c’est pénible.

L’usage des majuscules

Dans les 2 premiers paragraphes d’un même article, nous lisons d’abord « Les professionnels du Web », puis « Ces agences web ou prestataires vendent des sites Web présentés comme « gratuits » ». Même si l’on peut écrire indifféremment Web ou web, pourquoi ne pas l’écrire tout le temps de la même manière ?

Certaines personnes se disent journalistes, mais se voient-elles parfois ?

Une amie travaillant dans l’une de ces « maudites » agences de presse m’a raconté un jour qu’un journaliste d’un quotidien d’info générale gratuit avait publié sur le site du média les infos contenues dans son communiqué de presse avant de les retirer 20 minutes (attention, indice !) plus tard, car il s’était rendu compte après coup que les chiffres contenus dans le communiqué de presse n’étaient pas si pertinents que cela. S’il avait vraiment lu le communiqué de presse, cela aurait été mieux pour tout le monde, non ?

Certains journalistes voient leur amabilité changer selon qu’ils cherchent ou « subissent » l’information : ils peuvent être très aimables quand ils ont besoin qu’une agence de presse leur fournisse des contacts ou du contenu, mais ils peuvent aussi être très désagréables quand la démarche de partage de l’info ne vient pas d’eux. Trop facile.

Perles journalistiques

Pour finir, voici un aperçu des plus belles perles journalistiques :

  • « Visiblement, la victime a été étranglée à coups de couteau. » (Le JDD)
  • « M. Jean C. remercie chaleureusement les personnes qui ont pris part au décès de son épouse. » (La Voix du Nord)
  • « Très gravement brûlée, elle s’est éteinte pendant son transport à l’hôpital. » (Dauphiné Actualité)
  • « Suite à ce succès, les acteurs se reproduiront devant vous. »
  • « Détail navrant, cette personne avait déjà été victime l’an dernier d’un accident mortel. » (L’Alsace)
  • « Elle est décédée mortellement. »

Conclusion : les journalistes critiquent-ils les agences de presse pour masquer leurs lacunes grammaticales/orthographiques/syntaxiques ? ;)

Auteur : Chiche !

P.S. : je ne suis pas journaliste.

***

Cet article est à lire avec son pendant : 4 travers connus des agences qui énervent les journalistes

Un article de notre dossier Relations Presse : Comment j’ai planté (puis sauvé) mes RP

(c) ill. Shutterstock – Romantic pink rose and pearls on a mirror with reflection and shallow depth of field

avatar
L'invité de Marketing Professionnel tient une Tribune Libre. Profil des invités et Tribunes Libres publiées.


Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>