Toujours pas de recette miracle pour les RP !

En matière de Relations Presse, voici pourquoi l’important reste la lettre R et le mot Relations

Relations presse, relations publiques ou « publics », RP 2.0, relations médias… On ne cesse d’inventer de nouvelles terminologies pour faire paraître les RP plus accessibles, plus performantes et plus actuelles.

Ne vous y trompez pas : il n’existe toujours pas de recettes miracles pour réussir ses RP… l’important reste la lettre R et le mot Relations.

Oui le paysage RP a changé et les termes de relations médias, de relations « publics » ou de RP 2.0 paraissent plus appropriés à notre communication moderne. En effet, l’avènement du Web 2.0 a multiplié d’une part les types de médias (presse en ligne, forums, blogs, réseaux sociaux) et d’autre part les types de relais d’opinion (journalistes, blogueurs, internautes actifs, twitteurs influents…).

Cette multiplication des supports et des interlocuteurs constitue une formidable opportunité pour développer son activité RP et améliorer la visibilité de son entreprise. Pour autant, quel que soit le média et quel que soit l’interlocuteur, la finalité des RP reste d’engager une relation avec les relais d’opinion de son secteur. Pour ce faire, les 3 règles d’or des RP s’appliquent toujours:

  • Cibler les influenceurs clés de son secteur
  • Proposer du contenu sérieux et pertinent
  • Construire et développer une relation de confiance

Penser que l’arrivée des nouveaux médias rend le travail des relations presse plus aisé est à mon sens une erreur. Pour faire correctement des RP dans les nouveaux médias, un travail de fond est nécessaire, un travail assez peu différent finalement des RP traditionnelles.

Cibler les influenceurs clés de son secteur

Cibler les bons relais d’opinions est la base de toute activité RP. Avant d’envoyer vos CP à un journaliste, vous vous assurez qu’il travaille bien dans les domaines de prédilection qui vous intéressent. Il en est exactement de même pour les nouveaux influenceurs !

Il n’existe pas sur le marché de base de données blogueurs exhaustive. Seuls les plus établis d’entre eux étant intégrés dans des fichiers presse payant, le volume de leur lectorat et de leur trafic web justifiant cette présence.

Pour les autres, et pour vous constituer une base de données d’influenceurs en rapport avec votre secteur, vous ne pourrez pas vous passer d’une veille médias régulière. Regardez qui parle de votre secteur d’activité, parcourez la toile et détectez de nouveaux blogs, découvrez des groupes de discussion sur LinkedIn ou autres conversations sur les forums. C’est ainsi que vous pourrez vous constituer cette indispensable base de données « influenceurs », en ligne avec votre activité.

Si l’on peut se procurer aisément des bases de données journalistes complète et de bonne qualité (payantes évidemment), il n’en est pas de même concernant les nouveaux influenceurs. Pour les identifier, une veille médias parait indispensable. Cela constitue un travail laborieux et assez chronophage. Heureusement, des logiciels de veille performants et accessibles existent. Ils faciliteront largement ces recherches et sauront faire ressortir automatiquement les influenceurs qui vous concernent.

Proposer du contenu sérieux et pertinent

Cyndie Bettant, Responsable Marketing & Communication Vocus France

Cyndie Bettant, Responsable Marketing & Communication Vocus France

Il existe des différences certaines entre un journaliste et un influenceur. Le journaliste est un professionnel. L’influenceur est un passionné, qui peut d’ailleurs fort de son succès, devenir professionnel. Le journaliste a un devoir d’objectivité tandis que l’influenceur au contraire aimera donner son opinion et parler à la première personne.

En termes d’approche et de format, le journaliste reste encore très attaché au communiqué de presse envoyé par email. L’influenceur préférera quant à lui, une écriture plus concise, plus tonique et plus interactive et pourra être plus facilement contacté via les réseaux sociaux ou interpellé par un commentaire sur son blog. Quoi qu’il en soit, il s’agit dans les deux cas de produire du contenu.

Journaliste ou influenceur : on ne peut se passer de rigueur et d’informations fraiches et pertinentes quand on cherche à intéresser des relais d’opinions crédibles.

Si l’approche peut être différente entre un journaliste et un influenceur, la production de contenus sérieux reste évidemment indispensable que ce soit pour ses RP ou pour ses RP 2.0. Même si les blogueurs peuvent sembler plus accessibles que les journalistes, au final, seule la qualité de vos informations fera qu’elles seront relayées ou non.

Construire et développer une relation de confiance

Trop souvent les sociétés font l’amalgame entre RP 2.0 et community management. Les RP 2.0 permettent de multiplier ses relais d’opinions en utilisant les nouveaux moyens de communication et notamment les réseaux sociaux. Le but étant de rentrer en contact avec les influenceurs de votre secteur afin d’initier une relation avec eux. Le community manager va avoir une approche plus quantitative et va tenter d’accroitre au maximum sa communauté de suiveurs, d’amis… sans jamais pour autant avoir une relation directe avec eux.

Avoir un journaliste ou un blogueur comme ami sur Facebook, ou vous suivant sur Twitter n’est pas une relation ! Faire des RP c’est avant tout comprendre cet influenceur, savoir ce qu’il attend comme contenu, avoir un échange sur votre activité, sur les synergies possibles entre vous. Les réseaux sociaux constituent un bon premier contact certes, mais n’en restez pas là ! Envoyez-lui des messages en privé, initiez l’échange, trouvez son email voire son téléphone et communiquez personnellement avec lui.

L’humain est indispensable dans une relation, qu’elle soit 2 .0 ou non. Faire des RP 2.0, ça n’est donc pas se contenter de diffuser son actualité sur ses réseaux sociaux d’entreprise. C’est aller rechercher des relais influents avec qui rentrer en contact et qui sauront à leur tour, relayer vos contenus et donner une meilleure visibilité à votre actualité.

En conclusion, si les types de médias et de relais d’opinion se sont multipliés, les fondamentaux des RP restent les mêmes. Il s’agit avant tout d’établir une relation de confiance avec des relais d’opinion bien identifiés à qui l’on envoie du contenu pertinent.

Les RP 2.0, malgré leur gratuité et leur simplicité apparentes ne sont pour autant pas une recette miracle. Les RP 2.0 induisent des coûts cachés. Ces coûts sont inhérents au temps réellement nécessaire pour pratiquer cette activité efficacement : construire et entretenir une relation avec un influenceur demande un travail de veille, de mise en relation et d’organisation.

Les outils de gestion de RP sont conçus pour minimiser ce temps et pour vous aider à appréhender les RP de manière suivie et professionnelle. Certains de ces outils, comme celui proposé par Vocus, permettent de traiter les RP traditionnelles et les RP 2.0 de manière globale et unifiée.

En tous les cas, faire des RP nécessite un investissement sous une forme ou une autre. Néanmoins, cet investissement n’est pas plus grand que celui de n’importe quelle action marketing ou de communication et peut avoir une portée beaucoup plus grande.

Auteur : Cyndie Bettant, Responsable Marketing & Communication Vocus France

***

Un article de notre dossier Relations Presse : Comment j’ai planté (puis sauvé) mes RP

(c) ill. Shutterstock – Bunny baby in a cabbage

 

 

avatar
L'invité de Marketing Professionnel tient une Tribune Libre. Profil des invités et Tribunes Libres publiées.


Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>