Emploi en PME ou grands groupes : David contre Goliath ?

Premier emploi ou évolution de carrière : PME ou grand groupe ?

Un premier job ? Une évolution de carrière ? Vient alors la question : PME ou grand groupe ? Serai-je mieux payé au sein d’un grand groupe mais moins considéré que dans une PME ? Au-delà des idées reçues, certaines PME rattrapent pourtant parfois les grands groupes.

Premier emploi ou évolution de carrière : PME ou grand groupe ?

Premier emploi ou évolution de carrière : PME ou grand groupe ?

Partons à l’assaut des opinions des candidats. Pour eux, l’Atout, avec un grand A, des grands groupes est le nombre d’opportunités proposé. Il est possible de sortir avec un bac+5 en poche et d’être embauché à Paris, de poursuivre sa carrière à New York, de débuter au contrôle de gestion et d’évoluer vers la direction marketing. Les groupes comme L’Oréal ou PPR proposent ainsi plus de 300 offres d’emploi à travers le monde sur leur rubrique « Carrières » en ligne, mais au moins autant d’opportunités d’évolution en interne. Travailler dans un tel groupe, c’est aussi la possibilité de progresser dans une entreprise qui vous donnera, tous les trois ans, l’occasion de changer de poste pour exploiter au mieux vos compétences, tout en vous formant, au risque d’être, par la suite, identifié dans vos méthodes de travail comme un pur « loréalien » ou « lvmhien ».

30% de salaire en plus… à Toulouse !

Autre idée reçue. Le salaire est plus élevé dans une multinationale que dans la SSII de Tonton Dupont. A manier avec précaution. Surtout confrontée à la réalité. Ainsi, Marie D. décide de quitter la capitale pour une PME toulousaine en 2008. A cette occasion, elle voit son salaire parisien augmenter de 30%. Alors, les salariés des TPE/PME gagnent-ils vraiment moins bien leur vie ? La réponse est non. Est-il vrai qu’il n’y a pas d’avantages, comme l’intéressement ou la participation, dans les PME ? Non encore. Les petites et moyennes entreprises ont su s’adapter et concurrencent aujourd’hui les plus grands en matière de GRH avec, en plus, des arguments de choc : « à la stratégie générale de l’entreprise, tu participeras, ton prénom, nous connaîtrons, ton travail, nous considèrerons ».

2.7 millions de PME : l’adaptation avant tout

Ceux qui opteront pour une carrière en PME auront donc à leur portée de toutes autres opportunités. D’une part, celle d’évoluer dans diverses environnements, à condition d’être un tant soit peu nomade et de disposer d’une adaptabilité développée. Les PME proposent notamment un environnement attractif pour les « leaders ». D’autre part, dotées d’une plus petite capacité et souvent impactées fortement par les crises et autres creux commerciaux, les PME ont une formidable capacité de réaction. Pendant qu’un groupe comme Areva prend de plein fouet les effets de la crise et met plusieurs années à construire et mettre en place un plan de relance, une PME, grâce à sa structure souple, rebondit rapidement et ajuste sa stratégie au contexte, qu’il soit économique, social ou culturel.

Autre avantage, les PME offrent la possibilité à leurs équipes de participer au développement même de l’entreprise et ainsi de prendre part à la stratégie globale d’une société. Ingénieur ou commercial, peu importe la formation, l’opportunité est donnée au salarié, à lui de la saisir. Le système fonctionne au mérite et aux compétences directes. Mais pas seulement. Car il ne faut pas perdre de vue la dimension humaine des PME qui prennent en compte, au même titre que les compétences professionnelles, les qualités personnelles de leurs équipes et adaptent souvent leur mode de fonctionnement et leurs relations internes à celles-ci, alors que ce pourrait être l’inverse.

Des pistes d’amélioration

Attention cependant, tout n’est pas parfait dans le monde merveilleux des PME. Il leur reste de gros efforts à fournir, notamment pour renforcer leur attractivité. De part ses ressources limitées, une PME ne peut en effet s’offrir une campagne télé nationale ou des spots radio dont la couverture dépasse le département. Mais lorsqu’elle ose, c’est avec créativité. Ainsi, Invicta, société fabricante de poêle à bois implantée à Charleville-Mézières, s’invite depuis maintenant deux ans dans le métro parisien. Son PDG, Jean-Pierre Dupire y affiche des «Poêles plein la tête» et le «Sourire de l’Industrie Française». Les signes extérieurs de réussite d’une PME qui peut se targuer d’avoir augmenté son chiffre d’affaires de 100% entre 2003 et 2007 et de 15% ses effectifs. Pourtant, des réussites telles que celle-ci suffiront-elles à convaincre les nouveaux managers, souvent attirés par ce qui brille et qui préfèreront toujours un groupe international qui les valorisera plus qu’une société dont la part de marché peine à dépasser le 1%.

Auteur : Damien Molès

————–

Sommaire de notre dossier sur la fonction Marketing, l’emploi et les RH liées à notre métier

Introduction iconoclaste : Les métiers du marketing, nourris aux paradoxes, Jean-Marie Blanc, Directeur Institut APEC du Conseil

Emploi et marketing : les jeunes diplômés s interrogent

Emploi et marketing : les jeunes diplômés s’interrogent

Le recrutement côté employeur et cabinet conseil

Jeunes diplômés, comment “entrer” dans le marketing

Réseaux sociaux, recrutement et ressources humaines

Marketeur : entre sauteur dobstacles et super-héros ?

Marketeur : entre sauteur d’obstacles et super-héros ?

La formation professionnelle en marketing

Exercice des métiers du marketing et parcours professionnels

Témoignages sur le marché et les métiers du marketing

Stress, dépendance au travail… et bien être des salariés

Sommaire détaillé de notre dossier sur la fonction Marketing, l’emploi et les RH liées à notre métier

Les métiers du marketing : sans stress ?

Les métiers du marketing : sans stress ?

… avec retour sur la page sommaire du dossier de janvier 2010 :

Suivez-nous sur Twitter !



Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>