Management par la terreur : mythe ou réalité ?

Détruire les autres pour se valoriser soi-même est l'objectif du management par la terreur.

Le 5 décembre dernier, un salarié de France Télécom a mis fin à ses jours pour des raisons professionnelles, a-t-on appris d’une source syndicale. Ce décès porte le nombre de suicides de salariés chez France Télécom à 23 depuis le mois de janvier 2010. Les nouvelles techniques de management sont subies quotidiennement par des milliers de salariés en France.

France Télécom, Renault, BNP Paribas, autant d’entreprises touchées et dénoncées pour leurs méthodes « particulières » de management. Depuis plusieurs années, ces entreprises se sont penchées sur des techniques d’organisation des ressources internes, dites de management, afin d’améliorer les conditions de travail et la communication, et donc la productivité. Ces méthodes ont été montrées du doigt parmi les grandes entreprises du CAC 40, c’est-à-dire celles qui réalisent toujours plus de profits. Car cette course effrénée au profit doit-elle pour autant être synonyme, pour les employés, de stress, de dépression, de harcèlement moral, de mise « au placard » et de suicides ? C’est pourtant le quotidien de milliers de salariés en France qui souffrent et subissent chaque jour le bon vouloir de leurs managers. Et s’il est malheureusement devenu courant de se pencher sur les conséquences et les victimes de ces attaques quotidiennes, qu’en est-il des « bourreaux » ? Qui sont ces managers prêts à tout pour réaliser des profits et parvenir à leurs fins ? Leurs techniques sont bien souvent militaires. Ils sont formés et formatés pour devenir insensibles à la douleur, ils sont préparés à tuer socialement leurs collègues, à les pousser dans leurs derniers retranchements sans états d’âmes, à les licencier sans remords. Ils sont conditionnés pour broyer, jeter, humilier, briser des salariés, pour la plus grande joie des actionnaires. Au fur et à mesure des mois, des années, les situations empirent et l’entreprise devient pour le salarié le territoire du totalitarisme, où règne la peur et la méfiance. Ces managers n’obéissent qu’à un seul ordre, celui de la rentabilité et cherchent la reconnaissance de leurs pairs une fois le travail accompli.

Détruire les autres pour se valoriser soi-même

C’est le syndrome de destruction des autres pour pouvoir se valoriser soi-même. Comment de telles méthodes peuvent-elles être de mise au 21ème siècle ? Et qui sont ces harceleurs des temps modernes ? Sont-ils des travailleurs lambdas, des collègues que l’on peut croiser tous les jours sans les remarquer ? Il semblerait que la réponse soit oui. En effet, chacun, à son niveau, peut s’octroyer le droit de se comporter en petit tyran vis à vis de ses subordonnés. Cette attitude entraîne une tension et une frustration des salariés qui engendrent parfois une violence, morale ou physique. Petit à petit, au quotidien, le harcèlement au travail s’installe. C’est la raison pour laquelle certains sombrent dans la dépression, le repli sur soi, l’isolement nourri par un sentiment d’incompréhension et de remise en question permanente. Comment peut-on en arriver là ? Sentiment d’inutilité, surcharge de travail, peur de perdre son travail, de se retrouver au chômage et d’engager toute sa famille sur le chemin de la précarité, crainte de passer pour un incompétent, pression sociale… L’échec, tout simplement. Résultat, la seule échappatoire que certains salariés trouvent pour sortir de cette tourmente infernale, c’est le suicide. Beaucoup y ont pensé, d’autres ont franchi le pas. On déplore ainsi 35 suicides à France Télécom entre 2008 et 2009.

Cette réalité existe. Elle n’est pas un effet de « mode » comme a pu le prétendre Didier Lombard, PDG de France Télécom, le 15 septembre dernier sur France 2, en déclarant : « Il faut mettre un point d’arrêt à cette mode de suicide qui, évidemment, choque tout le monde ». Le management par la terreur, comme il est nommé dorénavant, est condamné et certains salariés ont payé de leur vie pour révéler au grand jour leur mal-être et dénoncer les agissements de leurs managers et des équipes dirigeantes. Cette forme de management peut n’être que la résultante de ce qui est enseigné dans les écoles de commerce et de management. Et il est à craindre que ce phénomène ne cesse de croitre si la formation des futurs managers n’est pas plus encadrée et disciplinée. Sans aller jusqu’au suicide, le management par la terreur aura révélé la maladie professionnelle des dernières décennies : le burn out. C’est-à-dire la dépression nerveuse, qui existait déjà auparavant mais qui prend aujourd’hui d’autres formes qui en font une maladie contemporaine. Trop de travail tuerait donc le travail ?

Auteur : Aurélie Gaspard

————–

Sommaire de notre dossier sur la fonction Marketing, l’emploi et les RH liées à notre métier

Introduction iconoclaste : Les métiers du marketing, nourris aux paradoxes, Jean-Marie Blanc, Directeur Institut APEC du Conseil

Emploi et marketing : les jeunes diplômés s interrogent

Emploi et marketing : les jeunes diplômés s’interrogent

Le recrutement côté employeur et cabinet conseil

Jeunes diplômés, comment “entrer” dans le marketing

Réseaux sociaux, recrutement et ressources humaines

Marketeur : entre sauteur dobstacles et super-héros ?

Marketeur : entre sauteur d’obstacles et super-héros ?

La formation professionnelle en marketing

Exercice des métiers du marketing et parcours professionnels

Témoignages sur le marché et les métiers du marketing

Stress, dépendance au travail… et bien être des salariés

Sommaire détaillé de notre dossier sur la fonction Marketing, l’emploi et les RH liées à notre métier

Les métiers du marketing : sans stress ?

Les métiers du marketing : sans stress ?

… avec retour sur la page sommaire du dossier de janvier 2010 :

Suivez-nous sur Twitter !



4 commentaires

  1. avatar

    Philippe

    3 janvier 2011 at 15:53

    Bonjour,
    Bravo pour votre blog qui nous informe régulièrement des nouvelles tendances du Marketing.
    Ce billet sur le Management est également passionnant. Si le sujet vous intéresse, je vous invite à consulter le Blog du Management.fr où les billets et commentaires apportent des éclairages sur les pratiques managériales [URL supprimée par la modération]

  2. avatar

    BUREAU

    4 février 2011 at 10:59

    En Conséquence, La Question qui reste délicate & essentielle, serait :

    Pourquoi, Des pratiques Managériales avec « techniques bien souvent militaires » seraient à l’origine de « milliers de salariés en France » victimes au quotidien, de stress, de dépression, de harcèlement moral, de mise « au placard », de suicides ?

  3. avatar

    Aicha

    9 février 2011 at 10:17

    Ces pratiques mangeriales réduisent la réactivité la création l efficacité don la productivité.. Sans parler bien sûr des dégâts psychologiques …
    On oublie des fois que l être humain est le moteur de cette économie… La vrai richessse c est LUI … Donc be Care

  4. avatar

    Théo

    5 février 2012 at 20:30

    Très bel exposé sans fondement de la manière de valoriser une équipe de dirigeant d’entreprise après l’avoir stérilisée de l’intérieur.

    Le manque d’inovation actuelle en devient la conséquence directe.

    Après cela il est culturellement impossible de prédire l’évolution de la valeur boursière, ce système est fortement lucratif, c’est tout ce que l’on peut dire.

    Après les portes ouverts, Faites fenêtres ouvertes !

Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>