Recrutement en marketing : opérationnels recherchés !

Le marketing classique s'organise autour d'emplois types et lLa chasse de profil est rare... à quelques exceptions près. Alors, comment s'effectue la recherche de nouveaux profils et talents et quelle place pour les candidats "outsiders" ?

Le marketing classique s’organise autour d’emplois types : assistant chef de produit, chef de produit junior, chef de produit senior, chef de groupe, responsable Marketing, Directeur Marketing…

Le marketing : des postes « traditionnels »

Le marketing classique s'organise autour d'emplois types et lLa chasse de profil est rare... à quelques exceptions près. Alors, comment s'effectue la recherche de nouveaux profils et talents et quelle place pour les candidats "outsiders" ?

Le marketing recherche avant tout des candidats très opérationnels

Ces postes « traditionnels » , passablement touchés par la crise, continuent cependant d’exister dans la majorité des secteurs. Pour les obtenir, peu de mystère : la voie royale reste celle du diplômé des quatre grandes écoles de commerce qui va progressivement évoluer dans un grand groupe international. On constate cependant que certaines universités, Dauphine en tête, sont davantage considérées aujourd’hui. Des formations plus littéraires comme les IEP, jusqu’à même parfois un DEA de philosophie ( !), ou plus scientifiques comme un Ingénieur Recherche et développement avec un Master Innovation Marketing, gages d’une manière différente d’aborder les projets, peuvent attirer les DRH. Le recrutement dans ce contexte s’effectue avant ou juste après la sortie d’école.

Pour que le CV soit sélectionné, l’expérience internationale est clairement incontournable, ainsi que les stages dans le secteur visé. Vous souhaitez intégrer l’industrie des cosmétiques, pas de salut aujourd’hui encore sans une première expérience au sein d’un poste d’assistant chef de produit dans le domaine des cosmétiques…

Pas de chasse car la demande est supérieur à l’offre…

Ce marché, très restreint et hyper balisé reste toujours extrêmement attractif. La demande est bien inférieure à l’offre. Ainsi une annonce proposant un poste de Chef de produit diffusée sur internet génère plus de 300 CV. Les annonceurs n’ont même pas besoin de diffuser l’offre car la mobilité, la cooptation, le réseau (personnel ou social) sont bien souvent tout à fait suffisants pour trouver des candidats de valeur. La conséquence se ressent dans le peu de chasses effectuées dans ce domaine. Rare sont les postes en Marketing traditionnel pour lesquels les entreprises sont dans l’obligation de « lancer une chasse ». A tel point que lorsqu’un chef de groupe reçoit l’appel d’un chasseur, il est en droit de s’interroger sur la raison qui a contraint l’entreprise à passer par les services d’un spécialiste de l’approche directe. L’entreprise est-elle en difficulté ? Le supérieur hiérarchique a-t-il un comportement hors-norme… ?

… A quelques exceptions près

Sandrine Rais, Consultante, cabinet Menway

Sandrine Rais, Consultante, cabinet Menway

Evidemment, il y a des exceptions et des bonnes raisons de faire appel à la chasse de tête : quand il s’agit d’une création de poste confidentielle, ou lorsque la société souhaite investiguer dans un secteur qu’elle ne connait pas afin d’y trouver des compétences transverses, ou encore dans le cas d’une PME qui se structure et offre un poste de « Responsable Marketing » idéal pour exploiter son savoir-faire autour du Mix-marketing. Alors, les clés qui vont l’emporter dans ce cas de figure et rassurer le chasseur de tête : l’expérience marketing chez un grand annonceur structuré (du type Procter, Orange, LVMH…), le mixte « Marketing développement produit / commercial / finance » qui permet de supposer que le candidat saura allier innovation et gestion, une personnalité semblant pouvoir bien s’intégrer à une petite équipe polyvalente, et la… compétence DIGITALE, l’incontournable du moment.

La recherche de nouveaux profils et talents

Si le recrutement en marketing traditionnel tend à disparaître, les chasses dans le domaine du Marketing Services se multiplient actuellement, et ce y compris sur des profils de 3 ans d’expérience. Beaucoup de nouveaux postes se créent avec un champ lexical si large qu’il est quasiment impossible d’en faire la liste (marketing digital, business intelligence, datamining, référenceurs, affiliateurs, search marketing, e-reputation, community managers…). Les cahiers des charges ou définitions de fonctions sont difficiles à rédiger, et les recruteurs sont exigeants. Dans ce cas, la priorité du chasseur est de devenir un véritable connaisseur des fonctions émergeantes : quelle formation, quelle agence, quelle cvthèque est susceptible de fournir les profils pointus définis avec l’entreprise cliente ? Quelles sont les clés d’attractivités pour ces profils… etc. De leur côté les candidats doivent se positionner clairement face à la forte segmentation du marché et savoir mettre en avant la spécialité qui fait toute leur valeur-ajoutée. Une dimension majeure à acquérir et développer est la dimension commerciale. En effet, au sein des fournisseurs de Servies Marketing l’évolution passe toujours par un poste de Directeur de clientèle, directeur de projet … où la capacité à vendre est primordiale.

Quelle place pour les candidats « outsiders » ?

Les experts qui, par exemple, travaillent en instituts d’études Marketing souhaitent pour la très grande majorité (autour de 80%) « passer au Marketing chez l’Annonceur ». Une toute petite minorité y réussit, à coup de réseau, de candidatures spontanées, de réponses annonces et cette démarche peut prendre plusieurs années. En effet, sur un marché si saturé, il est très difficile de proposer des candidats « outsiders » bien qu’ils détiennent une compétence marketing évidente. Seule une spécificité rare (digitale…) que l’on ne trouve pas chez les autres annonceurs peut leur ouvrir des portes.

Surveiller les décalages, éviter les incompréhensions

Les étudiants se dirigent massivement vers des formations Marketing qui continuent d’enseigner en majorité le Marketing Fondamental. Leur rêve est de créer des produits, des produits cosmétiques, des produits Bio, des produits ultra-technologiques…

Sur le marché du travail, la réalité est difficile à décrypter mais au final les postes « Marketing développement » ou « Marketing Produits » comme on appelle ces fonctions où réellement le marketeur est chargé d’imaginer les produits de demain sont rares. Ceux que l’on obtient tournent davantage autour du Marketing Opérationnel, Marketing Direct, Marketing Ventes, CRM… chez l’annonceur mais le plus souvent en agence ou instituts d’études.

Au sein même de ces postes, la partie « analyse stratégique » reste souvent minime comparée à celle de « production » c’est-à-dire par exemple : construire un échantillon d’internautes pour répondre à une enquête, codifier un questionnaire, valider les modifications apportées à un argumentaire de vente, comptabiliser les visites sur un site internet, visiter les points de vente, etc.

Mieux vaut savoir dès le départ ce que recouvre le Marketing au sens large, rester réaliste, et choisir ses stages, ses premières expériences en conséquences, afin à terme de pouvoir présenter un CV construit logiquement et apportant une valeur ajoutée identifiable.

Auteur : Sandrine Rais, Consultante au sein du pôle Chasse de Tête de Menway, spécialiste des fonctions Marketing Services pour des clients Instituts d’Etudes, Agences et Annonceurs Grande Conso /Luxe.

————–

Sommaire de notre dossier sur la fonction Marketing, l’emploi et les RH liées à notre métier

Introduction iconoclaste : Les métiers du marketing, nourris aux paradoxes, Jean-Marie Blanc, Directeur Institut APEC du Conseil

Emploi et marketing : les jeunes diplômés s interrogent

Emploi et marketing : les jeunes diplômés s’interrogent

Le recrutement côté employeur et cabinet conseil

Jeunes diplômés, comment “entrer” dans le marketing

Réseaux sociaux, recrutement et ressources humaines

Marketeur : entre sauteur dobstacles et super-héros ?

Marketeur : entre sauteur d’obstacles et super-héros ?

La formation professionnelle en marketing

Exercice des métiers du marketing et parcours professionnels

Témoignages sur le marché et les métiers du marketing

Stress, dépendance au travail… et bien être des salariés

Sommaire détaillé de notre dossier sur la fonction Marketing, l’emploi et les RH liées à notre métier

Les métiers du marketing : sans stress ?

Les métiers du marketing : sans stress ?

… avec retour sur la page sommaire du dossier de janvier 2010 :

Suivez-nous sur Twitter !

avatar
L'invité de Marketing Professionnel tient une Tribune Libre. Profil des invités et Tribunes Libres publiées.


2 commentaires

  1. avatar

    Yannick

    3 janvier 2011 at 16:50

    Il est dommage de trouver des intitulés de postes avec des descriptifs de mission un peu fourre tout dans le cadre des métiers orientés web.
    On a parfois l’impression que les entreprises ne savent pas elles-mêmes ce qu’elles recherchent!

  2. avatar

    Matthieu

    4 janvier 2011 at 19:01

    La fin du Marketing « à la papa », alors ? Cet article est très intéressant et totalement en phase avec ce que j’ai pu voir ici ou là. la crise est passée : place aux opérationnels compétents !!!

Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>