Les réseaux sociaux : l’arme ultime des jeunes diplômés ?

Les réseaux sociaux, point de passage obligé pour le jeune diplômé ?

Recrutement 2.0, réseaux sociaux, CVthèque e-réputation, job-boards, personal branding… Ce sont les mots à la mode sur Internet dans le domaine de la recherche d’emploi. Car ces différentes pratiques sont jugées de plus en plus efficaces et indispensables dans le cadre d’un recrutement, que vous soyez d’un côté ou de l’autre de la barrière.

Les réseaux sociaux, point de passage obligé pour le jeune diplômé ?

Les réseaux sociaux, point de passage obligé pour le jeune diplômé ?

Le web 2.0 et les réseaux sociaux bouleversent aujourd’hui les processus de recrutement. Une entreprise comme un candidat gèrent désormais leur identité numérique à travers leur présence sur des blogs, des réseaux sociaux professionnels (LinkedIn, Viadeo…) ou personnels (Facebook, Twitter), des vidéos… Le candidat, comme le recruteur, deviennent actifs : le premier en développant son réseau pour contacter des amis d’amis qui sont susceptibles de l’aider, le second en devenant animateur de communautés autour de la marque employeur et/ou de la spécialité métier. Il devient donc primordial pour les jeunes diplômés de savoir manier les outils d’Internet. Ces derniers ont un énorme potentiel dans le domaine de la recherche d’emploi. Réactivité, simplicité et efficacité pourraient résumer le recrutement 2.0 qui s’opère de nos jours sur le web. LinkedIn et Viadeo sont des réseaux sociaux destinés exclusivement à un usage professionnel. Ils permettent aux candidats et aux recruteurs de se rencontrer. Les candidats construisent sur ces plateformes leur CV numérique et les recruteurs effectuent leurs recherches dans la base de données à leur disposition afin de trouver le meilleur candidat pour remplir les missions de l’offre d’emploi qu’ils ont à proposer. Le recrutement 2.0 permet une très grande rapidité et efficacité des deux côtés. En quelques clics, il est possible d’entrer en contact avec des centaines de personnes suivant le réseau que l’on s’est constitué. D’après une étude sur le recrutement et les réseaux sociaux réalisée en 2010 par RegionsJob.com, un job-board français basé à Rennes, les internautes exploitent les réseaux sociaux avec une approche professionnelle, notamment les diplômés bac+5 (56%), les personnes travaillant dans la filière du marketing et de la communication (53%) ou encore les jeunes de 25 à 34 ans (40%). Les profils commerciaux, quant à eux, ne représentent que 29% des utilisateurs des réseaux sociaux comme Viadeo ou LinkedIn.

Etre chassé

Avec l’émergence des réseaux sociaux, notamment Facebook, s’est également développée la gestion de l’identité numérique. Les internautes déclarent à 68% avoir bloqué l’accès de leur profil Facebook à autrui afin de préserver leur vie privée et dissimuler ainsi des photos pouvant porter préjudice à leur recherche d’emploi. 54% des surfeurs vérifient régulièrement les résultats d’une recherche sur Google avec leur patronyme, et, preuve de son importance, l’identité numérique a déjà coûté un poste à 8% d’entre eux.

Les réseaux sociaux comme LinkedIn ou Viadeo permettent non seulement de construire son CV numérique, son identité numérique et son réseau de contacts mais ils sont aussi un formidable outil pour les recruteurs qui peuvent effectuer une veille précise et de qualité pour chasser les meilleures pointures dans des domaines très spécifiques. Les chasseurs de têtes ont vu leur travail en partie simplifié grâce à l’avènement du web 2.0 et des réseaux sociaux et il n’est pas rare pour les employés de se voir proposer un emploi, qu’ils soient à la recherche d’un travail ou déjà en poste.

La prépondérance des réseaux sociaux sur le marché de l’emploi des jeunes est telle que leur légitimité dans la recherche d’un travail ne peut que difficilement être remise en cause. Selon l’étude réalisée en 2010 par RegionsJob.com, 35% des internautes auraient ainsi été contactés suite à leur présence en ligne, signe d’une bonne gestion de leur identité numérique. Parmi eux, 30% ont obtenu un entretien après ce premier contact en ligne. Si ces chiffres sont à mettre en perspective vis-à-vis de la situation globale difficile du marché de l’emploi et ne concernent que la génération des jeunes diplômés, ils sont néanmoins prometteurs pour ceux qui souhaitent décrocher leur premier travail à la fin de leurs études. Ils sont d’ailleurs 57% à penser que les réseaux sociaux vont prendre de l’importance dans leur recherche d’emploi.

Une veille précise

Chercher un emploi est un travail à temps plein qui demande beaucoup d’investissements : recherche des offres, sélection, rédaction de la candidature, relance, etc. Les réseaux sociaux permettent d’effectuer une veille précise et spécifique. Les candidats ont la possibilité de recevoir des flux d’informations provenant directement des entreprises qui les intéressent afin de récupérer, par exemple, une offre d’emploi en quasi temps réel. Il en va de même pour la veille sur leur environnement direct ou indirect, pour obtenir des informations sur les potentiels recruteurs ou collègues. Les chercheurs d’emploi peuvent ainsi devenir un Pôle Emploi à eux tout seul, pour peu d’élaborer une veille bien articulée en fonction des offres apparaissant sur les réseaux sociaux, catégorisées par activités, métiers, entreprises, secteurs, régions, villes, etc.

L’avenir de l’emploi ne se résume bien évidemment pas au web, à LinkedIn et Viadeo car ces outils sont encore mal appréhendés par les seniors et beaucoup d’autres catégories de demandeurs d’emploi. Mais ils s’avèrent indispensables pour les jeunes diplômés voulant entrer dans la vie active. Ils offrent l’opportunité de se démarquer de ses « concurrents » ou du moins de se mettre à leur hauteur, car dans la recherche d’emploi on ne peut se permettre de passer inaperçu.

Auteur : Pierre Binet

————–

Sommaire de notre dossier sur la fonction Marketing, l’emploi et les RH liées à notre métier

Introduction iconoclaste : Les métiers du marketing, nourris aux paradoxes, Jean-Marie Blanc, Directeur Institut APEC du Conseil

Emploi et marketing : les jeunes diplômés s interrogent

Emploi et marketing : les jeunes diplômés s’interrogent

Le recrutement côté employeur et cabinet conseil

Jeunes diplômés, comment “entrer” dans le marketing

Réseaux sociaux, recrutement et ressources humaines

Marketeur : entre sauteur dobstacles et super-héros ?

Marketeur : entre sauteur d’obstacles et super-héros ?

La formation professionnelle en marketing

Exercice des métiers du marketing et parcours professionnels

Témoignages sur le marché et les métiers du marketing

Stress, dépendance au travail… et bien être des salariés

Sommaire détaillé de notre dossier sur la fonction Marketing, l’emploi et les RH liées à notre métier

Les métiers du marketing : sans stress ?

Les métiers du marketing : sans stress ?

… avec retour sur la page sommaire du dossier de janvier 2010 :

Suivez-nous sur Twitter !



1 commentaire

  1. avatar

    KlarAgora

    5 janvier 2011 at 11:31

    [Ces outils] offrent l’opportunité de se démarquer de ses « concurrents » … D’après moi, c’est surtout l’opportunité d’entrer plus facilement en contact avec le recruteur, c’est-à-dire de manière moins formelle. Mais également de nouer une relation privilégiée… sauf à être opportuniste, on ne fait pas que chercher à recevoir sur les MS, on donne aussi :-) Et donc on donne matière à intéresser… potentiellement… vos futurs boss…
    Cf cet article de 2010 paru sur Mon Ecran Radar (blog de @JCFeraud puis sur @owni), qui raconte comment il a embauché @foireauxliens en stage aux Echos…
    http://owni.fr/2010/03/31/mon-stagiaire-est-un-mutant-je-lai-trouve-sur-twitter/

Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>