Réseaux sociaux, nouveaux services publics de l’emploi ?

Réseaux sociaux, nouveaux services publics de l’emploi ?

« Aujourd’hui à la recherche d’un emploi, je cherche un poste au sein d’une entreprise ambitieuse… ».

Voilà le type de phrase le plus répandu sur les réseaux sociaux en ligne tels que Viadeo, LinkedIn ou Facebook.Si l’on en croit une étude réalisée par keljob.com, les réseaux sociaux sont perçus comme un moyen de faciliter la recherche d’un emploi par près de 70% des Français, en raison de la multiplication des contacts ou encore de la visibilité auprès des recruteurs. Il faut donc désormais exister sur Internet (réseaux privés, professionnels ou d’entreprise) pour espérer décrocher le job de ses rêves. Pour autant, les réseaux sociaux utilisés dans une logique de recrutement sont-ils les nouveaux services publics de l’emploi ? C’est au cœur même de cette question que la confusion peut avoir lieu. Car ces réseaux sont à la fois un outil indispensable dans le monde de l’entreprise et pourtant contradictoire dans la manière dont les internautes en usent.

Réseaux sociaux, réseaux de chômeurs ?

A la recherche d’un emploi ou de nouvelles opportunités, ils sont donc nombreux à miser sur les réseaux sociaux. Leur usage rejoint ainsi la fonction des services publics de l’emploi (tel Pôle Emploi) mis en place dans le but de favoriser le travail, la formation professionnelle, et de lutter contre le chômage. Cependant, là où la prise en charge et le suivi des demandeurs d’emploi sont limités dans les organismes et les agences des administrations publiques, les réseaux sociaux se révèlent être les meilleurs alliés pour créer et maintenir des contacts, notamment sur le marché caché du travail. C’est dans cette perspective qu’ils peuvent être plus efficaces pour ceux qui savent bien les utiliser : en échangeant des conseils, les bonnes pratiques, en relayant les contacts, en accélérant la circulation des informations utiles… Internet permet ainsi à tous de se constituer un carnet d’adresses de contacts professionnels et de l’enrichir continuellement. Réciproquement, les réseaux sociaux sont aussi devenus un outil important pour les recruteurs qui ont dû adapter progressivement leur processus de recrutement face à ce déploiement des chercheurs d’emploi sur la toile. Ils utilisent désormais cet outil pour augmenter leur visibilité dans le but de les atteindre et de rester à l’écoute du marché et des opportunités.

Chercheurs d’emploi versus recruteurs 2.0

Si les méthodes de recherche d’emploi ont évolué vers les notions d’échange et de partage, il ne s’agit pas simplement d’un phénomène de transposition des processus traditionnels au réseau (distribution de CV et de lettre de motivation), comme beaucoup semblent encore le croire aujourd’hui. En effet, les recruteurs 2.0 s’intéressent davantage à des profils qui se distinguent par leur personnalité et leur originalité, au-delà de la prise de connaissance de leur formation et de leur parcours professionnel. La transparence est de mise tant pour le candidat que pour l’entreprise : au moment de l’entretien, chacun aura prospecté sur l’activité de l’autre car les chercheurs d’emploi sont eux aussi identifiables par leurs traces de navigation au sein des réseaux (inscription à un espace communautaire, commentaires, etc.). Le vrai changement réside donc dans la nature des informations collectées, plus techniques pour le candidat et plus personnelles pour le recruteur. Selon une enquête d’Eurocom Worldwide, près de 40% des entreprises vérifient le profil de leurs employés potentiels sur les réseaux sociaux. Viadeo et LinkedIn, réseaux dits professionnels, l’un à destination de la population française et l’autre plus international, sont très prisés par les recruteurs car ils donnent accès à un répertoire immense de profils pertinents. Du côté du candidat, le fait de poster des annonces ciblées sur des groupes permet de gagner du temps dans les recherches. Facebook se révèle aussi utile pour retrouver la trace d’une personne bien précise et récupérer des informations parallèles. Par conséquent, il est aussi important pour le candidat que pour le recruteur de s’adapter au réseau en construisant son identité numérique et en surveillant son e-réputation, sans quoi des tendances inverses peuvent s’opérer, le licenciement des salariés ou la fuite devant une entreprise.

Etre présent sur le Web, ce n’est pas forcément être actif

Mais aujourd’hui, les réseaux sociaux servent avant tout à rechercher des personnes que l’on connaît et ne se révèlent pas aussi performants en recherche d’emploi que chacun semble le penser. « Plus de la moitié des personnes en recherche d’emploi utilise les réseaux sociaux pour trouver du travail, mais seule une minorité postule effectivement par cet intermédiaire » (Emploiparlonsnet). En effet, les réseaux sociaux sont majoritairement utilisés comme des outils de veille, en parallèle aux sites d’emploi, pour déposer son CV et consulter des annonces. La recherche d’emploi sur Internet se résume donc encore aujourd’hui à un outil de veille et à une transposition des méthodes traditionnelles proposées dans les services publics qui ont créé leur propre site. Les réseaux sociaux ne proposent pas de réelle innovation dans ce secteur. Alors, quel est l’avenir des méthodes de recherche d’emploi ? Peut-on s’attendre prochainement à un chamboulement des outils traditionnels ? Les plus ambitieux en tout cas l’espèrent et croient aux capacités encore non exploitées des réseaux sociaux dans ce secteur.

Auteur : Charlène Gelder

————–

Sommaire de notre dossier sur la fonction Marketing, l’emploi et les RH liées à notre métier

Introduction iconoclaste : Les métiers du marketing, nourris aux paradoxes, Jean-Marie Blanc, Directeur Institut APEC du Conseil

Emploi et marketing : les jeunes diplômés s interrogent

Emploi et marketing : les jeunes diplômés s’interrogent

Le recrutement côté employeur et cabinet conseil

Jeunes diplômés, comment “entrer” dans le marketing

Réseaux sociaux, recrutement et ressources humaines

Marketeur : entre sauteur dobstacles et super-héros ?

Marketeur : entre sauteur d’obstacles et super-héros ?

La formation professionnelle en marketing

Exercice des métiers du marketing et parcours professionnels

Témoignages sur le marché et les métiers du marketing

Stress, dépendance au travail… et bien être des salariés

Sommaire détaillé de notre dossier sur la fonction Marketing, l’emploi et les RH liées à notre métier

Les métiers du marketing : sans stress ?

Les métiers du marketing : sans stress ?

… avec retour sur la page sommaire du dossier de janvier 2010 :

Suivez-nous sur Twitter !



1 commentaire

  1. avatar

    Ju

    23 février 2011 at 18:35

    Superbe article qui m’aide à y voir plus clair dans ma recherche d’emplois! Une question, quel site me conseillez vous? Et croyez vous vraiment à ce chamboulement des outils traditionnels? Merci Charlène, et bravo pour votre plume.

Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>