Quand les entreprises du CAC 40 recrutent sur Twitter

Twitter est une nouvelle vitrine pour les entreprises qui l'utilisent pour diffuser des messages corporate et commerciaux. La dernière tendance ? Elles déposent sur Twitter leurs offres d'emploi.

Avec 23 millions de visites par mois, Twitter connaît une audience croissante. A ses débuts, ce réseau social était principalement fréquenté par des particuliers. Aujourd’hui, Twitter est une nouvelle vitrine pour les entreprises qui l’utilisent pour diffuser des messages corporate et commerciaux. La dernière tendance ? Elles déposent sur Twitter leurs offres d’emploi. Microsoft, Thales ou la Société générale ont déjà sauté le pas. Et Twitter pourrait bien devenir un site de recrutement 2.0 majeur pour les employeurs.

Juin 2010. La Société générale ouvre son premier compte Twitter : @CareersSocGen. On y trouve des offres d’emploi, des liens vers l’actualité du groupe ou encore des conseils pour les candidats. Les medias parlent de coup marketing. L’année s’achève et plus de mille personnes sont abonnées à ce fil.

Alors que pour certains, les réseaux sociaux sont souvent synonymes de « flicage » et d’ « intrusion », les grandes entreprises n’hésitent plus à chasser les meilleurs profils sur ces mêmes réseaux, et en particulier Twitter. En effet, pour les DRH, Twitter est désormais considéré comme un outil liant les sphères personnelle et publique. Les classiques réseaux sociaux professionnels Viadeo et Linkedin ne sont donc plus les seuls outils sollicités dans le processus de recrutement. Twitter se positionne comme une alternative crédible dans la recherche du candidat idéal.

Un recrutement rapide et ciblé

En un tweet, le recruteur propose une mission à tous ses followers et, en un clic, tous les followers assurent la diffusion de l’offre.

Une offre de mission publiée sur Twitter assure un élargissement de la diffusion de l’offre de recrutement puisqu’elle sera relayée par d’autres que le recruteur lui-même. Mais les recruteurs doivent rester sur leur garde face à cet aspect viral : il s’agit de garder le contrôle de la destination de leur information au risque de voir baisser la qualité des candidatures.

La cible des candidats est encore très typée. En effet, les membres de la communauté Twitter, les followers, ont un profil essentiellement high-tech : informaticiens, développeurs, ingénieurs et spécialistes des nouvelles technologies, mais aussi graphistes et professionnels de la communication.
En d’autres termes, cet engouement demeure réservé à une sphère d’initiés au web 2.0 et s’éloigne des traditionnels critères de sélection officiels.

Tweet et déontologie

Réactualisée en 2009, la Charte de déontologie du syndicat du conseil en recrutement Syntec affirme des valeurs éthiques propres au recrutement. Les recruteurs qui y adhèrent affirment, entre autres, leur respect de la vie privée des candidats et le refus de toute forme de discrimination. Ils doivent, en outre, fournir une proposition écrite précise de la mission et « favoriser les techniques d’entretien, outil indissociable de l’évaluation ». Et, bien sûr, ils ne doivent formuler leurs appréciations « qu’au regard de compétences et comportements ».

Tous ces fondamentaux sont aujourd’hui oubliés sur Twitter et il est impossible de vérifier leur bonne exécution. Avec seulement 140 caractères disponibles, le recruteur doit préciser les éléments principaux de l’offre d’emploi. Cela laisse peu de chance d’être complet sur la mission proposée. De plus, le recruteur n’utilise pas la totalité des 140 caractères car il faut stratégiquement laisser de l’espace libre permettant aux followers de transférer le tweet à leur réseau : il lui faudra pour cela ajouter au message les lettres « RT » (pour « re-tweet »).

Bien souvent, le recrutement via Twitter suit la même règle officieuse que le recrutement classique : l’importance reste de connaître et non pas d’être. Un tweet de moins de 140 signes permet parfois de décrocher un entretien si le réseau est suffisamment étendu. Il suffit d’avoir de nombreux contacts, bien et/ou hauts placés professionnellement, en commun avec le recruteur. Cela prouve alors que le candidat et le recruteur gravitent dans même écosystème professionnel.

Autre cas : comment agir lorsqu’un candidat paraît plus sympathique qu’un autre ou plus dynamique en raison de son profil ? Qui peut savoir ce que le recruteur favorisera -probablement inconsciemment- comme critère de sélection : les compétences ou l’image renvoyée par un profil virtuel ? En l’état, il est pour le moment impossible de maîtriser le choix honnête et éthique du recruteur.

Si l’intrusion de Twitter dans le processus de recrutement se pérennise, chaque candidat potentiel devra être vigilant et apprendre à maîtriser cet outil.

Auteur : Sara Hami

————–

Sommaire de notre dossier sur la fonction Marketing, l’emploi et les RH liées à notre métier

Introduction iconoclaste : Les métiers du marketing, nourris aux paradoxes, Jean-Marie Blanc, Directeur Institut APEC du Conseil

Emploi et marketing : les jeunes diplômés s interrogent

Emploi et marketing : les jeunes diplômés s’interrogent

Le recrutement côté employeur et cabinet conseil

Jeunes diplômés, comment “entrer” dans le marketing

Réseaux sociaux, recrutement et ressources humaines

Marketeur : entre sauteur dobstacles et super-héros ?

Marketeur : entre sauteur d’obstacles et super-héros ?

La formation professionnelle en marketing

Exercice des métiers du marketing et parcours professionnels

Témoignages sur le marché et les métiers du marketing

Stress, dépendance au travail… et bien être des salariés

Sommaire détaillé de notre dossier sur la fonction Marketing, l’emploi et les RH liées à notre métier

Les métiers du marketing : sans stress ?

Les métiers du marketing : sans stress ?

… avec retour sur la page sommaire du dossier de janvier 2010 :

Suivez-nous sur Twitter !



Commentez !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>